Retour sur l’actualité économique de l’année 2018 en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Grand Est. Second épisode.

 

Un mot aimable est un jour ensoleillé.
Proverbe ukrainien

 

• L’Alsacien 2CRSI entre en bourse


2CRSI est sur le marché d’Euronext à Paris. La levée de 50,3 millions d’€ représente l’une des plus importantes introductions en bourse menée en 2018 sur le marché réglementé d’Euronext à Paris. Avec 32% de son capital sur les marchés boursiers, le concepteur de serveurs informatiques basé à Strasbourg se donne une visibilité et une notoriété « pour prétendre à des appels d’offres internationaux et des entreprises du CA 40 ».

 

• Le groupe MCGP implante un atelier de joaillerie de luxe à Besançon

vinci
© Vinci.

 

L’atelier de joaillerie qui s’installera d’ici l’été prochain sur le technopole des microtechniques de Temis à Besançon promet 150 emplois d’ici 5 ans. Il est l’oeuvre du groupe MCGP qui possède Losange, plus connue dans la capitale comtoise sous le nom de Frank et Person, et la société de haute joaillerie parisienne Coringer. La construction de 7.000 m2 a démarré.

Cette implantation, dont le coût dépasserait les 12 millions d'€ entraîne d’ailleurs le transfert à Châtillon-le-Duc du siège social de Losange de Toulon-sur-Allier (Allier) où il possède aussi un atelier.

 

caissedepargnebf

 

• L’équipementier automobile Voestalpine investit 20 millions d’€ à Belfort.

 

voestalpine
Voestalpine Automotive Components approvisionne les sites de Mulhouse et de Sochaux de PSA. © Voestalpine.


Avec la reprise de l’automobile, les investissements chez les équipementiers reprennent. Voestalpine Automotive Components qui approvisionne les sites de Mulhouse et de Sochaux de PSA (70% de son chiffre d’affaires) en pièces de formage à froid double la surface de son usine de Fontaine, près de Belfort, et de son centre de logistique. Un investissement de 20 millions d’€ qui sera bouclé d’ici 2022 avec une quarantaine de créations d’emplois, promet l’industriel.



• Garnica implante une usine de déroulage à Troyes

garnicausine
Garnica a choisi l'Aube pour une usine de déroulage en raison de la présence de forêts de peupliers. © Garnica.

 

L’Espagnol implante une unité de transformation de peuplier à Troyes. 300 postes sont à pourvoir d’ici 2020, date de la mise en service d’un outil de déroulage de feuilles de peuplier : personnel de production, de maintenance, soudeurs, mécaniciens, responsable qualité.

L’investissement de 80 millions d’€ comprend dans un second temps, d’ici à 2025, un atelier de fabrication de contreplaqué. La construction d’un bâtiment de 40.000 m2 démarre début 2019 sur le Parc du Grand Troyes à Sainte-Sabine.



Kremernouvellepub

 

• La pépite alsacienne Alsachim sous pavillon japonais

alsachim
Alsachim est devenue l'une des rares sociétés dans le monde à développer et fabriquer des molécules marquées aux isotopes stables.

 

Rachetée par Shimadzu, groupe japonais spécialiste de l'instrumentation, Alsachim  conserve le management, la marque et l'autonomie de fonctionnement. Créée en 2005 à Strasbourg, Alsachim est l'une des rares sociétés dans le monde spécialité du marquage moléculaire des médicaments.

La géographie des deux mariés se complète bien, elle aussi. Shimadzu ne réalise en Europe que 10 % de son chiffre d'affaires de 3 milliards de dollars. Alsachim n'est pas absent de l'Asie, mais son activité se déploie principalement aux Etats-Unis et en Europe.

 

 • Cuisines Grandidier veut fabriquer une cuisine complète par jour

granddidierateliers
©Philippe Bohlinger.

 

Cuisines Grandidier a été la 250ième entreprise à faire l’objet d’un diagnostic dans le cadre de cette démarche Industrie du futur lancée par le conseil régional du Grand Est. Le fabricant de cuisines haut-de-gamme de Rémilly (Moselle) est à la recherche de marges de progrès dans un secteur très concurrentiel. D’ici 2021, la PME planifie l’ouverture de trois magasins en franchise à Metz, Strasbourg et Annecy.

 


BPALC

 


• Faiveley s’offre une cuverie œuvre d’art de 8 millions d'€

faiveley
La maison Faiveley à Nuits-Saint-Georges a rénové une partie de ses anciens bâtiments pour y installer un outil de vinification ultra moderne. © Traces Écrites.

 

La maison de vins de Nuits-Saint-Georges, qui atteint près de 17 millions d’€ de chiffre d’affaires, met en valeur un patrimoine du 19ème siècle équipé des dernières technologies de vinification. C'est dans cette nouvelle cuverie que seront élaborés, les grands crus du domaine Faiveley (120 hectares (dont 10 de Grands Crus et près de 25  de 1ers Crus).

L'aménagement de 8 millions d'€ signé de l'architecte chalonnais Gilles Gauvin, en fait  l'une des plus belles cuveries de Bourgogne. L’entreprise viticole est codirigée par Ève Faiveley, 7ème génération, et son frère Erwan.



• Butachimie investit 250 millions d’€ sur le complexe chimique de Chalampé

butachimie
Butachime, la coentreprise de Solvay et invista est l'un des plus gros investissements de l'industrie chimique en France. © Butachimie.

 

La coentreprise entre Solvay et Invista investit 250 millions d’€ dans un nouveau procédé de production d’adiponitrile (ADN) sur son site de Chalampé (Haut-Rhin). Ce composant entre dans la fabrication du nylon soumis à une forte demande mondiale. Une centaine de millions d'€ supplémentaires seront injectés par l'Allemand B + T pour la fourniture d'énergie du site industriel.

Avec ce projet, Butachimie assure gagner « 20 ans de travail sur les rendements en une seule étape ». La nouvelle technologie, dont le brevet a été déposé par Invista, utilise les matières premières de façon plus efficace, réduit les déchets et la consommation énergétique de 10 à 15%.

 

LCRDijon


• PSA prépare ses usines de Mulhouse et de Sochaux à l’hybride rechargable

psamulhouse
L'usine PSA de Mulhouse sera la première à fabriquer des voitures hybrides rechargables. © Traces Écrites.

 

PSA se lance dans l’hybride rechargeable avec une première production qui se fera à Mulhouse avec la DS 7 Crossback commercialisée à la rentrée 2019, puis à Sochaux avec la Peugeot 3008.

Du coup, le constructeur investit massivement dans ses deux usines de montage : 326 millions d’€ à Mulhouse de 2019 à 2021 où 245.000 véhicules ont été fabriqués en 2018 (5.350 salariés en CDI et 1.400 intérimaires) et 200 millions d’€ (en courd de réalisation) à Sochaux qui a battu son record de production en 2018 avec 500.000 véhicules (7.800 salariés permanents).

 

BPALCnovembre


• Le robot Sherpa de l’Alsacien Norcan fait un tabac

 

norcan
Le robot collaboratif de Norcan peut remplir différentes fonctions, notamment la manutention de palettes de 500 kg à une tonne. © Traces Écrites.


Il fallait voir au dernier salon BE 4.0 de Mulhouse, en octobre 2018, Stéphane Linderer, ingénieur technico-commercial chez Norcan « promener le chien ». De chien, en réalité, il s’agit de Sherpa, un petit robot autonome et collaboratif de manutention qui vous suit comme un petit…, emportant à la vitesse moyenne de 8km/h une centaine de kilos et pouvant en tracter jusqu’à 200.

Une dizaine d’exemplaires a déjà été commercialisés. Stéphane Fauth, le dirigeant de l’entreprise, emploie déjà 108 collaborateurs au siège d’Haguenau (Bas-Rhin), dont un quart à la R&D, et 140 personnes au total avec les cinq filiales étrangères. Une vraie success story » en matière d’innovation.

 

frtpbfc

 
• Deux installations de maintenance ferroviaire en Saône-et-Loire

mecateam
La halle de MecateamCluster à Montceau où Eiffage Rail et TSo font leurs opérations de maintenance. © Traces Écrites.

 

2018 a été l’année de la concrétisation d’une activité de maintenance ferroviaire à Montceau (Saône-et-Loire). Le groupement d’entreprises MecateamCluster a mis en service une halle de maintenance des engins ferroviaires de 4.200 m2 : un investissement de 6 millions d’€ auquel ont participé Eiffage Rail et TSO, deux des gros opérateurs de travaux ferroviaires européens qui réalisent une partie de leurs actvités de maintenance des trains dans les lieux.
Juste côté, l’opérateur espagnol Érion a démarré la construction d’une halle de réparation des locomotives de 4.153 m2 pour 10,25 millions d’€ qui sera opérationnelle courant 2019.  Ces opérations ont été réalisées par le contractant général de Chalon-sur-Saône Keops et le crédit bailleur Batifranc.


• L’Alsacien Viwamétal crée sa propre agence d’intérim

viwametaltete
Les critères de l'iagence d'intérim crée par la tôlerie Viwamétal pour satisfaire ses besoins de main d'oeuvre sont le savoir-être, le potentiel et la volonté de s’investir. © Julie Giorgi.

 

Face au problème récurrent d’embauche, la famille Walter, à la tête de cette entreprise de tôlerie du Bas-Rhin, a créé sa propre agence de travail temporaire à Strasbourg. Sur les 18 derniers mois, l’effectif de l’entreprise est ainsi passé de 33 à 40 salariés pour répondre à une croissance qui frise les 20%. Viwamétal a également fondé une société de logiciels pour accompagner sa transformation digitale. L’une et l’autre peuvent s’adresser à d’autres industriels locaux.

 

négociants


• BMW étoffe sa logistique sur le port de Strasbourg


L'investissement de 12 millions d'€ apporte 17.750 m2 supplémentaires pour porter à 42.000 m2 les surfaces de la plateforme logistique. Celle-ci devient ainsi l'un des plus importants centres de distribution de pièces de rechange le constructeur automobile dans le monde. 

BMW y stockera 80.000 références en 2020. Le site livre en un jour les concessionnaires et filiales de la moitié Est de la France (pour les marques BMW, Mini et BMW Motorrad) mais aussi de la Suisse et du sud-ouest de l'Allemagne qui lui sont limitrophes.


• Le plasturgiste dijonnais Benvic élargit son rayonnement européen

benvic
L'usine de Benvic à Chevigny-Saint-Sauveur, près de Dijon. © Benvic.

 

Le numéro un français du PVC, implanté à Dijon, engage une stratégie de croissance externe vers l’Europe de l’Est et de diversification vers des composants biodégradables. L'acquisition en 2018 du Polonais Alfa et d'une start-up italienne en est une première pierre.
Rachetée le 1er janvier 2018 par l’Italien Investindustrial, Benvic réalise, avec 250 salariés, un chiffre d’affaires de 200 millions d’€, à 75% dans l’industrie du bâtiment, le reste, dans le médical et l’automobile. L’entreprise est née en 1963, dans le giron du chimiste belge Solvay, qui l’avait cédée en juin 2014 au fonds américain Opengate Capital.

Commentez !

Combien font "9 plus 8" ?