L’italien Air Max Company Group s’installe chez Batifranc dans le Pays de Montbéliard. Bernard Streit, le fondateur de Delfingen créé Vipp & Philippe, un centre d’appel qui fait une grande place aux handicapés. La restauration du château de Ray-sur-Saône boostée avec la Fondation du patrimoine. Le club des 13 PME de Bourgogne-Franche-Comté en forte croissance est lancé. Percipio Robotics planche sur la robotique du futur. Décès de Christian Cuyl, président du Mouvement Français pour la Qualité Bourgogne-Franche-Comté.

• L’italien Air Max Company Group s’installe à Grand-Charmont

La filiale française du groupe éponyme italien (Turin) choisit le Pays de Montbéliard pour installer une petite unité industrielle. « En attendant de voir plus grand », laisse entendre Massimiliano Monastero, le président de Air Company Group.
Spécialisée dans tout le process et les outillages des lignes de ferrage pour l’automobile et l’aéronautique, Air Max Company est en train de poser ses premiers équipements : une rectifieuse, une fraiseuse et un tour, au sein de l’Artiparc du Charmontet. Localisé à Grand Charmont, il propose à la location deux bâtiments de sept modules imaginés par la société anonyme d’économie mixte, crédit-bailleur et promoteur, Batifranc.
La surface louée à l'industriel italien s’élève à 500 m2 et sera opérationnelle après quelques aménagements au début du mois de mai. L’équipementier se rapproche ainsi du constructeur PSA et de son principal client, une filiale du groupe allemand Bertrandt, implantée à Montbéliard même. Quelques emplois seulement seront créés au démarrage. D.H.

actiparcducharmontet
Un des deux bâtiments de l'Actiparc du Charmontet. © Batifranc.

 

caissedepargnebf

 

• Vipp & Philippe, la jolie petite sœur du groupe Delfingen 

vippphilippe
Bernard Streit et Charles-Emmanuel Berc, sur le plateau technique de Vipp & Philippe, entouré des téléconseillers. © Éric Laurent.

Installée sur le site industriel de Delfingen, à Anteuil (Doubs), la petite nouvelle emploie déjà 18 salariés et vise 150 emplois d’ici trois ans. Vipp & Philippe, c’est son nom, est née de la rencontre entre Bernard Streit, le fondateur de l’équipementier automobile Delfingen (chiffre d’affaires de 214 millions d’€ en 2018) dont il a tranmis les rênes à son fils Gérald à l’été 2018, et Charles-Emmanuel Berc, le dirigeant du centre d’appel Vipp Interstis qui emploie 1200 personnes en Afrique francophone. 

Avec son épouse, le premier souhaitait mettre à profit sa retraite pour créer des emplois destinés à des personnes handicapées physiques ou moteur, comme le fut son frère Philippe, décédé en 2018, qui a donné son nom à l’association Action Philippe Streit, à l’origine du projet. Le second avait dans l’idée de relocaliser une partie de l’emploi en France et apporte son savoir-faire.

Le premier client de Vipp & Philippe est le site Leboncoin, venu inaugurer ce centre d’appel particulier le 7 mars dernier, sur place, à Anteuil. L’objectif de Bernard Streit, qui pilote le projet, est d’embaucher une petite centaine de personnes en CDI et une cinquantaine en CDD dans les deux ans. Le PDG vise 55 à 75% de travailleurs handicapés selon la fourchette que devraient fixer, à l’horizon 2021, les directives gouvernementales pour les entreprises adaptées, dans l’objectif de les préparer à re-travailler en milieu ordinaire.
Homologuée « Entreprise adaptée » et « Entreprise solidaire d’utilité sociale », et bénéficiant à ce titre d’aides de l’Etat, Vipp & Philippe s’illustre par un fort volet accompagnement des travailleurs handicapés en matière de logement, de transport et de rééducation. M.C.

 

granvelle



• Le département de la Haute-Saône restaure le château de Ray-sur-Saône avec la Fondation du patrimoine

chateauderay
Devenu propriété du Conseil départemental de la Haute-Saône, suite à une donation, le château de Ray-sur-Saône sera restauré grâce à la Fondation du patrimoine, en complément de subventions publiques.

C’est parti pour la restauration du château de Ray-sur-Saône, propriété du Département de la Haute-Saône depuis que la comtesse Diane de Salverte, lui en a fait don en mai 2015. Le Conseil départemental a sécurisé les lieux. Il s’agit maintenant de restaurer l’ensemble, en premier lieu les toitures qui représentent une facture de 1,9 million d’€.

La première phase de travaux est subventionnée par l’Etat et la Région, le département devant acquitter de 40% du montant, soit 700 000€, qu’il souhaiterait alléger de 200.000 € grâce à des dons privés collectés par la Fondation du Patrimoine et ouvrant droit à des déductions fiscales. Malgré un bon état général, le château de Ray d’origine médiévale mérite une restauration estimée au total à 5,5 millions d’€. C.P.

 

pub-siege-and-co

 

• Le club des 13 PME de Bourgogne-Franche-Comté en forte croissance est lancé

Après le Grand Est en 2018 (Lire ici), c’est au tour de la Région Bourgogne-Franche-Comté de lancer son Accélérateur PME, un programme d’accompagnement de Bpifrance pour accompagner les PME à forte croissance. Ce dispositif s’adresse à des PME non ciblées par des dispositifs existants et dont les dirigeants sont porteurs d’une véritable ambition de développement.
C’est le cas des 13 (*) de la première promotion qui s’est retrouvée le 5 mars dernier chez l’un d’entre eux, Excamed, plus connu sous le nom de Cryla à Besançon. Leur chiffre d’affaires, en moyenne de 15 millions d’€, a suivi une progression de 14 % entre 2016 et 2018.
Le programme de deux années d'accompagnement débute par un diagnostic qui analyse le positionnement de l’entreprise sur une dizaine d’items, de la stratégie à l’organisation RH en passant par l’international ou la transformation digitale, se poursuit avec des missions de conseils sur un ou deux des leviers de croissance identifiés, ainsi que par des formations des dirigeants. C.P.
(*) Les 13 de la première promotion de l’Accélérateur régional de Bourgogne-Franche-Comté : dans le Doubs, Cryla, Cattin Filtration (ventilation industrielle), CristelOpale Énergies Naturelles ; dans le Jura, Diager ;  en Côte-d’Or, la fromagerie Delin et SETP Holding ;  en Saône-et-Loire, UBI Transport, le groupe Seeb et Prespicuus ;  dans la Nièvre, Danielson Ingineering et dans l’Yonne, Mobil Wood et le groupe Momentum (matériel de manutention).

 

crri



• Percipio Robotics planche sur la robotique du futur

percipio
Percipio Robotics fabrique des robots de manipulation et d'assemblage pour des pièces de très petite taille. © Percipio Robotics.

Des robots encore plus intelligents et autonomes, c’est le programme de R&D conduit par le fabricant de robots de micro-assemblage Percipio Robotics à Besançon. Pour conduire ses recherches, la petite entreprise reçoit le soutien de Bpifrance suite au concours d’innovation organisé par la banque publique et l’ADEME en 2018. Lauréate, elle est accompagnée pendant trois ans et pour un budget de 1,423 million d’€. 

David Hériban, son dirigeant, veut introduire davantage d’intelligence artificielle dans les robots pour qu’ils soient capables de comprendre tout ce qui se passe sur une chaîne de fabrication, de s’y adapter grâce à des algorithmes et d’être autonomes sur une plus longue période. Le but est également améliorer l’accès aux opérateurs en rendant la machine aussi facilement pilotable qu’un ordinateur. Cette technologie concerne les propres machines de Percipio Robotics, mais le dirigeant souhaite également la diffuser auprès d’intégrateurs de machines spéciales. Rendez-vous au plus tard dans trois ans. C.P.

 

Disparition : Christian Cuyl, président du Mouvement Français pour la Qualité Bourgogne-Franche-Comté

cuylAncien chef d’entreprise bien connu en Franche-Comté, en Alsace et dans les Vosges, avec CTAA France à Giromagny (Territoire de Belfort), sous traitant de l’automobile, Christian Cuyl est décédé le 4 mars à l’âge de 78 ans. Aussi discret qu’efficace, passionné par l’entreprise et par l’économie régionale, chacun le reconnaissait derrière son légendaire noeud papillon en bois.
Il fut l’un des premiers lauréats nationaux du très exigent Prix Français pour la Qualité et continuait de militer en ce sens comme président du MFQ Bourgogne-Franche-Comté, organisateur du Mois de la Qualité,  qu’il avait créé en 1992, puis remis sur les rails au début des années 2000. En totale synergie avec Serge Guillemin de la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon, son co-président depuis toujours, ils ont créé au sein du MFQ BFC, un club d’auditeurs internes croisés de France et du réseau francophone, fort de ses 130 membres actifs. Il s’était particulièrement investi sur les thèmes tau Développement Durable, de la Responsabilité Sociétale (RSE), et encore dernièrement, la Santé Qualité de Vie au Travail.
Son investissement dans la vie économique locale lui a valu la présidence de la CCI du Territoire de Belfort, son fief, puis de la Chambre régionale de Commerce et d’Industrie. « Un homme juste, totalement désintéressé, exigeant avec les autres comme avec lui-même, ambitieux pour son territoire », écrivent ses collègues

Commentez !

Combien font "2 plus 10" ?