Pendant la construction du bâtiment de Vibrasens, l'hiver dernier avec un système de façades préfabriquées et isolées. ©Christiane Perruchot
Pendant la construction du bâtiment de Vibrasens, l'hiver dernier avec un système de façades préfabriquées et isolées. ©Christiane Perruchot

ECO)BREF. Vibrasens inaugure son bâtiment passif à Besançon. Les syndicats de Peugeot Scooters craignent un nouveau plan de restructuration à Mandeure (Doubs). Le sort de Caddie attendu fin septembre. L'exception fiscale des entreprises suisses de l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse en question. Pierre Vieillard devient président des Bourgogne Angels. Le coutelier nogentais Dussaussay liquidé. Le minéralier Carola investit 2 millions d'€ en Alsace pour diminuer son empreinte carbone.  Qui veut de la Champagne-Ardenne ? Zimmer a inauguré sa nouvelle unité logistique dans le Pays de Montbéliard.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

- Vibrasens inaugure aujourd'hui ses nouveaux ateliers à Besançon.

Les perspectives de croissance du fabricant de capteurs de vibration l'ont conduit à s'offrir un nouveau siège sur la zone de Temis, moyennant un investissement de 1,2 million d'€.

Vibrasens fait figure de précurseur dans l'immobilier industriel. Construit par Elmère/Pénapale, récemment installé à Besançon, le bâtiment de 700 m2 est le 1er en Franche-Comté à afficher la double certification, passive et à énergie positive. Il a suffi d’ajouter 168 m2 de panneaux photovoltaïques sur la toiture terrasse pour que le bâtiment soit à énergie positive.

L’entreprise de 6 salariés réalise hors de France, 80 % de son chiffre d'affaires qui s'est élevé à environ 700 000 € en 2013.

Les capteurs qu'elle fabrique s’installent dans toutes les machines tournantes : éoliennes, turbines, pompes, ventilateurs, et permettent de détecter la moindre anomalie de vibrations. Ils renseignent aussi les centres techniques sur l’état d’usure des pièces et les besoins de maintenance.

scooter- Les syndicats de Peugeot Scooter ont provoqué hier à Mandeure (Doubs) un comité d’entreprise extraordinaire, par crainte d'un nouveau plan de restructuration.

La filiale cyclomoteurs de PSA Peugeot-Citroën enregistre encore des pertes : 18 millions d'€ l’an dernier après 40 millions en 2012.

Le dernier-né fabriqué à Mandeure, un engin à trois roues baptisé Métropolis 400, lancé au printemps dernier n'enregistrerait, selon la CGT, que 2500 ventes sur un prévisionnel annuel de 7000.

Les 488 salariés du site du Pays de Montbéliard vont connaître une semaine d’arrêt de travail en septembre par anticipation de plusieurs journées de modulation et une autre de chômage partiel en octobre.

La direction qui n'a livré aucune information, va convoquer un nouveau CE extraordinaire d’ici deux à trois semaines.

L'absence de projets de R&D à lancer en 2015 fait craindre le pire, en particulier la délocalisation d'une partie de la production en Chine où Peugeot exploite depuis 2008 une joint-venture, détenue à parité avec le constructeur chinois Qingqi.

banniere_vigilec-sec

- Le sort de Caddie sera joué fin septembre.

Le fabricant alsacien de chariots de supermarchés, en redressement judiciaire, pourrait être repris par Stéphane Dedieu, l'ancien P-DG de Caddie démissionnaire lors du rachat par le groupe Altia, aujourd'hui dirigeant de Hebeco, une société de plasturgie fournisseur de Caddie, implantée à Colmar.

Le bilan social risque d'être lourd, avec la suppression de près de la moitié des effectifs de l'usine de Drusendheim (Bas-Rhin) qui emploie 430 salariés. Le sort de l'usine de galvanisation d'Oberhausbergen est également aux offres qui seront faites au tribunal de commerce de Paris, d'ici le 12 septembre.

l'Euroairport Bâle-Mulhouse est le 5ème aéroport de province français.
L'Euroairport Bâle-Mulhouse est le 5ème aéroport de province.

 - Les élus alsaciens de tous bords politiques défendent l'exception fiscale des entreprises suisses de l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse.

La France veut remettre en cause le statut particulier des entreprises suisses installées sur l'aéroport binational : elles bénéficient du régime fiscal helvétique plus avantageux que le Français. Les impôts et la TVA d'environ 70 entreprises échappent ainsi aux services fiscaux français.

Durant l'été, une lettre des autorités françaises au Département fédéral des affaires étrangères a réveillé la polémique.

Les élus alsaciens soutiennent la position suisse car plus de 70% des 5000 employés sont français, et la plupart payés sous droit suisse.

Des négociations en cours pourraient rapidement aboutir.

Le conflit fiscal a éclaté l'an dernier, en même temps que la question du statut social des frontaliers.

Relire à ce sujet l'article de TEN en cliquant ici.

vieillard- Pierre Vieillard succède à Philippe Winter à la présidence de l'association des Bourgogne Angels.

Élu à l'unanimité, cet expert-comptable et commissaire aux comptes de 60 ans, est diplômé de l’ESC Dijon et titulaire d’un DESS de droit fiscal de l’Université de Bourgogne.

Il est co-gérant du Cabinet Exco Socodec qui regroupe plusieurs bureaux situés notamment à Dijon, Beaune, Semur-en-Auxois, Chalon-sur-Saône et Autun. Pierre Vieillard préside également EXCO, réseau non intégré de 22 cabinets d’expertise-comptable comptant plus de 200 associés et 2 500 collaborateurs.

- Coutelier-ciselier à Nogent (Haute-Marne), Dussaussay a été placé en liquidation judiciaire fin juillet.

Le fabricant de ciseaux employait 14 salariés. Il avait été récemment repris par la manufacture Bohin, dernier fabricant d'aiguilles à coudre et d'épingles en France, basé en Normandie.

Une chaîne d'embouteillage des eaux Carola à Ribeauvillé (Haut-Rhin).
Une chaîne d'embouteillage des eaux Carola à Ribeauvillé (Haut-Rhin).

 - Carola investit 2 millions d'€ pour diminuer son empreinte carbone.

Un an après son rachat par le groupe belge Spadel, le minéralier alsacien (chiffre d'affaires de 13 millions d'€, 49 salariés) améliore la chaîne d’embouteillage de son usine de Ribeauvillé, en remplaçant notamment les machines de conditionnement (fardeleuse, convoyeur, palettiseur) par des outils plus flexibles.

L'objectif est de réduire le volume de matière première pour économiser plus de 350 tonnes par an, et dynamiser les packagings de sa gamme d'eaux plates et gazeuses.

- Qui veut de la Champagne Ardenne ?

La réforme territoriale, en seconde lecture au Parlement en octobre, a agité les élus de l'Est pendant l'été.

L'Alsace et la Lorraine appelées à fusionner avec avec la Champagne Ardenne, refusent un mariage à trois.

Les Champardennais y sont pourtant favorables à 56 %, même si leur préférence irait à une fusion avec uniquement leur voisin lorrain (63 %), selon l'enquête Ifop publiée le 2 septembre par l'Union-L'Ardennais, L'Est-Éclair, Libération Champagne et le Journal de la Haute-Marne.

Favorable à un rapprochement avec la seule Lorraine, Philippe Richert, le président UMP de la région Alsace, ne veut à aucun prix s’allier à la Champagne-Ardenne : trop éloignée et culturellement trop différente.

Jean Rottner, Maire de Mulhouse a même lancé une pétition Arrêtons de subir qui a recueilli plus de 50 000 signatures à ce jour.

Du coup, le projet de Conseil d’Alsace, rejeté lors d’un référendum local en avril 2013, renaît. Il s'agit de créer une collectivité territoriale unique entre la région et les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin.

Comme son collègue alsacien, le président de la région Lorraine est contre le rapprochement avec la Champagne Ardenne.

Le nouveau bâtiment de Zimmer sur Technoland. ©Dominique Delfino.
Le nouveau bâtiment de Zimmer sur Technoland.
©Dominique Delfino.

- Zimmer a inauguré sa nouvelle unité logistique début juillet.

Le fabricant de prothèses, installé à Technoland, dans le Pays de Montbéliard (Doubs) rationalise sa logistique en l'installant dans un bâtiment moins vaste, d'une surface de 3000 m2.

Construit par la société d’économie mixte patrimoniale de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) qui lui loue, l’installation dans le nouveau bâtiment est aussi l'occasion d’offrir de meilleures conditions de travail aux 70 salariés. L'investissement s'élève à 5 millions d'€.

Autres photos : fournies par Peugeot Scooters, EuroAirport Bâle-Mulhouse, Carola.

Commentez !

Combien font "9 plus 6" ?