Pour une même prothèse, 7 ou 8 modèles différents peuvent être envoyés au chirurgien, selon la pathologie ou l'âge du patient.
Pour une même prothèse, 7 ou 8 modèles différents peuvent être envoyés au chirurgien, selon la pathologie ou l'âge du patient.

MEDICAL.  Deux unités de Zimmer France, fabricant de prothèses, sont installées à Technoland, dans le Pays de Montbéliard (Doubs).

L'une est dédiée à la production, l'autre à la logistique. Cette dernière alimente en implants et prothèses les cliniques et hôpitaux de la France entière.

Elle déménagera en mai dans un bâtiment moins vaste, mais plus adapté et offrant de meilleures conditions de travail.

Une façon de sceller son ancrage dans ce territoire, après une année marquée par une réduction d'effectifs.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Pour l'unité logistique du fabricant de prothèses Zimmer à Technoland, près de Montbéliard (Doubs), le temps, c'est de l'argent.

Quarante-huit heures : c'est le délai maximum qui doit séparer une commande de sa livraison. Le même délai est souhaité pour le retour du matériel après la pose de la prothèse par le chirurgien.

Le temps de rotation maîtrisé est un facteur de rentabilité de l'entreprise : le stock immobilise environ 25 millions d'€ et l'investissement annuel pour le renouvellement et l'ajout d'instruments de pose est de l'ordre de 3 millions d'€.

Dirigée par Raoul Barthez, l'unité logistique assure l'approvisionnement des établissements hospitaliers français en prothèses (hanches, genous, épaules, coudes) et implants (colonne vertébrale, pied), ainsi qu'en instruments liés à la pose.

La plateforme logistique emploie 70 salariés. Elle est voisine d'une unité de production, totalement indépendante, d'une trentaine de personnes.

Voisine pour quelques mois encore, car elle va déménager en mai à quelques centaines de mètres de là, toujours à Technoland, dans un bâtiment flambant neuf.

L'intérieur du nouveau bâtiment de Zimmer France. Sa construction est assurée par Pays de Montbéliard Agglomération.
L'intérieur du nouveau bâtiment de Zimmer France. Sa construction est assurée par Pays de Montbéliard Agglomération.

Contrairement à l'habitude dans ce genre de situation, il ne s'agit pas d'un agrandissement. Au contraire, la surface du bâtiment va passer de 5000 m² à 3000 m².

« Nous sommes propriétaires du bâtiment actuel, explique Raoul Barthez, directeur des opérations. Mais au premier étage, nous louons une partie, et la seconde partie est vide. »

A l'optimisation de l'immobilier, Zimmer ajoute un ajustement de la production. L'an dernier, la filiale française du groupe américain a procédé à une réorganisation.

Le site du Pays de Montbéliard a perdu un magasin au bénéfice de Eschbach, en Allemagne. Un peu moins de dix postes ont ainsi été supprimés à Etupes.

Attention particulière aux conditions de manutention

Construit en moins d'un an par la société d'économie mixte patrimoniale de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) qui lui loue, l'installation dans le nouveau bâtiment est l'occasion non seulement de rationaliser les flux, mais aussi d'offrir de meilleures conditions de travail : nouvelles normes climatiques et environnementales et attention toute particulière aux conditions de manutention.

Selon Raoul Barthez, le transfert de site représente un investissement de plus de 5 millions d'€, dont 700 000 à 800 000 consacrés aux conditions de travail.

Il est aussi, estime le dirigeant, la marque de l'ancrage de l'entreprise dans le Pays de Montbéliard, où elle est présente depuis 22 ans.

L'unité logistique remplit deux missions. La première consiste à répondre aux appels d'offre, dont 50% émanent du public (hôpitaux) et l'autre moitié du privé (cliniques). La seconde est celle d'un service client : force de vente, planification et vérification.

Elle fournit deux types de clients. Tout d'abord, ceux qui sont considérés comme des « gros poseurs » : les structures qui assurent plus de 30 implants de la même famille de produit par an. Ceux-ci reçoivent en dépôt des kits d'implants et prothèses avec les instruments liés à la pose.

Les « petits poseurs » se font livrer quant à eux des kits complets (prothèse et instruments) au coup par coup, en fonction des interventions programmées.

Ce sont eux en particulier qui sont concernés par les 48 heures de délai. L'intérêt pour Zimmer étant que ses rayonnages soient les plus dégarnis possible pour alléger le coût d'immobilisation des stocks.

Raoul Barthez, directeur des opérations de l'unité de Technoland présente un ensemble de valisettes pour un kit d'instruments liés à la pose.
Raoul Barthez, directeur des opérations de l'unité de Technoland présente un ensemble de valisettes pour un kit d'instruments liés à la pose.

De hanches ou de genoux, un marché mature

De même qu'elle alimente les structures hospitalières de toute la France, l'unité d'Etupes se fournit auprès de toutes celles du groupe américain : USA, France, Suisse, Irlande.

La force de vente de Zimmer en France représente 130 salariés, dont les 70 d'Etupes. La direction, le marketing et la direction des ressources humaines sont basés à Lyon.

Le chiffre d'affaires d'Etupes est de 93 millions d'€ en 2013 (en légère hausse par rapport à 2013 : 91 millions d'€).

Les perspectives de développement de l'activité ne sont désormais plus liées au prix de vente des prothèses. Car l'Etat vient de décider d'une baisse des montants de remboursement.

Gagner des parts de marché va donc passer par la qualité du service et du produit. Et par une adaptation de l'évolution des besoins. Autant la pose de prothèses de hanches ou de genoux est devenue une intervention commune, autant celle d'épaules ou de coudes offre encore des perspectives.

Photos: Pierre-Yves Ratti et Raoul Barthez.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Yves Cirotteaudit :

    Bonjour, En 1984, j'ai eu l'opportunité de travailler à Djeddah avec le matériel de l' A.O. Je vous ai commandé deux jeux de matériel d'ostéosynthèse. J'ai eu le plaisir d'être publié par Masson. Ce livre démontrait les possibilités de votre matériel. Je souhaiterais voir l'un de vos responsables, pour savoir si vous êtes intéressé par un nouveau concept dans le traitement de la fracture du col du fémur d'origine ostéoporotique. Je viens d'assister à la table ronde à l'Assemblée Nationale et j'ai eu l'opportunité de parler de cette technique en présence du député de l'Isère : Olivier Veran. Bien cordialement à vous. Yves Cirotteau MD.

Commentez !

Combien font "2 plus 9" ?