Régulièrement, Traces Ecrites News donnera des nouvelles de ses adhérents du club TEN, à l’occasion de leur entrée dans ce club de soutien ou du renouvellement de leur confiance. Elles sont aujourd’hui une centaine d’entreprises de Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est, identifiées sur la page d’accueil de notre media par leur logo.


•  LCDP mise sur la construction durable

carsat
Projet de restructuration des anciens bureaux de la Carsat à Dijon.  © Archigroup


Beau coup de projecteur en ce mois de mars sur le promoteur dijonnais LCDP qui a choisi de se positionner sur la construction bois. Le parking silo de 565 places qu’il achève de construire, sur le parc d’activité de Valmy à Dijon, a été l’un des finalistes des Mipim Awards 2022, concours des projets immobiliers du monde entier organisé chaque année au Marché international des professionnels de l’immobilier à Cannes. Les raisons de cette distinction ? Son caractère réversible, autrement dit la possibilité de changer d’usage facilement grâce à sa technique constructive : une ossature bois constituée de portiques en lamellé collé boulonnés entre eux pour être désolidarisés sans être endommagés.
LCDP n’est pas arrivé au palmarès final, mais sa nomination récompense le pari de son dirigeant Thierry Coursin de faire entrer le bois dans la ville. Il lui tarde de voir inauguré le siège de la Caisse d’Épargne Bourgogne-Franche-Comté, plus grand complexe tertiaire en construction bois de France – même les cages d’ascenseur sont en bois –  sur le même parc Valmy.
L’autre pari de LCDP est de recycler les bâtiments plutôt que les démolir. Son terrain de jeu est l’ancien site, datant des années 1970, de la Carsat Bourgogne-Franche-Comté, dans la zone Cap Nord de Dijon. Avec Engie Solutions, le promoteur compte faire de ce programme baptisé « Tellus », « le démonstrateur d’une programmation innovante et visionnaire fondée sur la mixité des usages, ainsi qu’un site exemplaire en terme de sobriété énergétique ». L’immeuble de 18.000 m2 sur 6 niveaux, dont 4 étages de bureaux, au sein d’un parc clos de 30.000 m2, accueillera aussi de l’hébergement, des espaces de loisirs, une conciergerie multi-services etc.


bpbfc


• Rietsch.Co guide les entreprises vers un autre ailleurs

 
nicolasrietschAprès onze ans à Paris, Nicolas Rietsch (photo ci-contre) a décidé en début d’année d’installer définitivement sa société de conseil aux entreprises à Pouilley-les-Vignes, près de Besançon, dans la région où il comptait une grande partie de ses clients, PME et grosses entreprises. Et il saisit l’occasion de donner une autre visibilité à Obalys qu’il avait créée en 2011, avec une marque « Rietsch.Co » mise en avant sur un site Internet dédié.
« Le monde bouge, les opportunités également. Réinventez votre entreprise et vos services — Maintenant »
: avec ce slogan, ce diplômé d'un M.B.A. (Birmingham, UK) puis d'un doctorat en management (EM Grenoble) qui avait démarré sa carrière de consultant dans des entreprises internationales à Shangaï puis à Londres, invite les entrepreneurs à prendre de la distance avec la gestion quotidienne de leur affaire. Identifier de nouveaux leviers de croissance, développer des offres de services innovantes, accompagner les évolutions humaines, technologiques ou organisationnelles de l’entreprise, sa transformation digitale, sont quelques-unes des pistes de travail. Dont il trouve les meilleures solutions... sur son vélo ! raconte t-il.
Ces dernières années, Nicolas Rietsch s’est spécialisé dans l’accompagnement des start-up, « trois-quatre par an », précise-t-il. Pour ce faire, il développe des collaborations avec les incubateurs de jeunes entreprises de Bourgogne-Franche-Comté, comme Propulseur à Besançon, le Village by CA, et Toaster Lab de Vitagora.


besançon

• Roland Bailly continue de se mettre en mouvement

rolandbailly
L’atelier d’injection plastique de Roland Bailly à Besancon est spécialiste des toutes petites pièces. © Laurent Cheviet


Thierry Bailly sait depuis qu’il a reprit l’entreprise familiale d’outillages qu’il ne faut pas rester les deux pieds dans le même sabot. Devenue spécialiste reconnu des bols vibrants, sa société Roland Bailly SAS est loin d’avoir encore exploré tout le sujet. À preuve, les dernières évolutions se mettent à l’heure de l’industrie 4.0. Un robot de détection visuelle s’affranchit de la complexité de trier des pièces sur un même système de distribution.
L’entreprise de micromécanique de Besançon s’est diversifiée dans l’injection plastique avec succès. Le département « Microplast »  fournit 40 % d'un chiffre d’affaires de 4 millions d’€  en 2021.  Des investissements conséquents, ces dernières années, dans des machines d’injection plastique lui donnent la capacité de faire de grandes séries de toutes petites pièces, pour beaucoup destinées à l’horlogerie. Avec une singularité à laquelle l’industriel est très attaché : la fabrication de tous les moules.
Dernière pierre à son édifice. Depuis l’an dernier, Roland Bailly a ajouté une activité d’usinage de précision pour  faire la décoration des masses oscillantes des calibres de montres. Une activité développée en association avec l’horloger bisontin Reparalux à qui le Suisse La Joux-Perret a confié la fabrication de ses mouvements.


Salon Industrie Dijon

• Trevix œuvre dans la marbrerie de décoration

trevix
Agnès et Lionel Pommey, les dirigeants de Trevix, en compagnie de Bruno Saint-Yves, Meilleur Ouvrier de France (MOF). © Traces Ecrites


Agnès et Lionel Pommey, les dirigeants de Trevix ont poussé la robotisation de leur atelier de marbrerie installé à Ouges, près de Dijon. Débiteuse à disque diamanté, centre d’usinage numérique avec changement d’outils automatisés et mouleureuse-polisseuse : les entrepreneurs ont investi 500.000 € depuis leur installation il y a une vingtaine d’années. Ils ont fait de l’agencement et de la décoration leur spécialité, en travaillant divers matériaux, granit, pierre calcaire, résine minérale, céramique… qui prennent place dans les cuisines, salles de bain, au bord des piscines, sur les terrasses en dallages etc.
Du beau et du qualitatif, c’est ce que le couple Pommey recherche. Ce n’est pas un hasard si la petite entreprise compte dans son effectif, depuis une dizaine d’années, un marbrier d’abord Meilleur Apprenti de France, puis en 2019 Meilleur Ouvrier de France. Son œuvre (en photo) trône toujours dans l’atelier, une cheminée du 16ème siècle en marbre rouge du Languedoc et marbre de Carrare.


En savoir plus sur le club de soutien du Club TEN en cliquant sur ce lien.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Lionel POMMEYdit :

    Nous vous remercions de ce beau focus sur notre entreprise. Nous aimons beaucoup le regard que vous portez sur la vie économique de notre région et sur les valeurs humaines auxquelles nous sommes attachées. Belle continuation à Traces Ecrites News. Agnès & Lionel POMMEY

Commentez !

Combien font "2 plus 2" ?