Dans deux semaines, le siège de la Caisse d’épargne de Bourgogne-Franche-Comté construit en bois sera à l’abri des intempéries de l’hiver. Comme le veut la tradition des charpentiers pour marquer l’achèvement du clos et couvert, un sapin a été posé, le 12 novembre, sur le faîte du bâtiment en présence de quelques visiteurs.


Au début de l’année 2022, les 400 employés du siège de la Caisse d’Epargne de Bourgogne-Franche s’installeront dans un immeuble tout neuf, dans le parc Valmy à Dijon. Un véritable vaisseau – 22 mètres de haut et 70 mètres de long –, mais « léger » comme le qualifient Jean-Pierre Deramecourt, le président de la banque et l’architecte Mathias Romvos (Graam Architecture, Paris), grâce au matériau de construction choisi, en majorité du bois. 


C’est LCDP, la filiale promotion immobilière de la Société Est Métropoles à Dijon qui construit « le plus grand bâtiment tertiaire en bois à ce jour. »  Assis sur un sous-sol en béton, il est formé d’une structure en poteaux poutres de lamellé collé qui s’élève sur six étages. « Le bois lamellé collé est cinq fois plus léger que le béton armé et quinze fois plus que le métal », argumente Mathias Romvos, qui a fait de ce matériau son mode de construction de prédilection.
Il présente comme avantages d’introduire une grande part de préfabrication en atelier ; les façades se montent deux étages par deux étages avec des panneaux isolés et dotés de leurs menuiseries, de sept mètres de hauteur.  Comme les cathédrales autrefois, des contreventements renforcent la stabilité de l’ouvrage : fait de poutres croisées en bois, ils font partie de la signature architecturale.



frtpbfc

 

Le charpentier Simonin combine de plusieurs techniques de construction bois

L’entreprise de Montlebon, près de Morteau (Doubs), est bien connue pour les défis techniques. Simonin avait construit le pavillon de la France à l’exposition universelle de Milan en 2015 (Lire l’article de traces Ecrites News : Simonin illustre le savoir-faire français à l'exposition universelle de Milan).
Le charpentier s’est fait une spécialité du lamellé collé : des planches de bois sont collées entre elles dans le sens du fil du bois, ce qui permet de fabriquer des poutres de grande longueur avec une résistance mécanique élevée.
Ici, Simonin combine plusieurs techniques. La première d’entre elles étant son système d’assemblage Résix® qui permet d’assembler des poutres de lamellé-collé entre elles avec une jointure invisible. La structure principale est constituée de poteaux poutres en lamellé-collé. Les façades sont formées de panneaux de grande hauteur (7 mètres) en mélèze.
Les planchers des couloirs de circulation sont en dalles de bois CLT (les autres en béton). Même les cages d’escaliers et d’ascenseurs sont en bois, ce qui n’est pas courant.  Au total, le chantier utilise 2.500 mètres cubes de bois, du mélèze.


vuegene

 « Respectueux de l’environnement – ici on stocke 2.500 tonnes de Co2 –» , le bois répond à une volonté du donneur d'ordre de soutenir une filière régionale. Celle-ci prend forme avec la société Forestarius qui réunit des entreprises de la construction bois de Bourgogne-Franche-Comté. « C’est un signal fort de la banque mutualiste au service de l’économie régionale », commente Eric Fougère, président du Comité d’Orientation et de Surveillance (COS) de la Caisse d’Epargne. Le projet sert aussi de démonstrateur des qualités thermiques du bois pour atteindre le standard basse consommation d'énergie : « il est quinze fois plus isolant que le béton », disent ses promoteurs.



Trois bâtiments compactés en un seul

 

bouquet
Pose du « bouquet » sur le faîtage du bâtiment : un rituel de la corporation des charpentier. © Traces Ecrites


Mené à vitesse grand V pour un bâtiment de cette taille (9.500 m2 sur 6 étages), le chantier entamé ce printemps, prendra fin dans un an. Fin novembre, il sera entièrement hors d’eau hors d’air, à l'abri des intempéries de l'hiver. Avec un peu d’avance sur le calendrier, le 12 novembre, les invités de la Caisse d’Epargne ont assisté au rituel du « bouquet » bien connu dans le haut-Doubs où est implantée l’entreprise de charpente Simonin qui réalise le lot bois avec le jurasien ALD : la pose d’un sapin décoré de fleurs et de rubans sur le faîtage d’un bâtiment en bois marque l’achèvement du gros œuvre, effectif dans deux semaines.

 

Relire l’article de Traces Ecrites News sur le chantier : La construction du siège tout en bois de la Caisse d'Epargne commence

 

 viabilitehivernale

 

Le projet associé à un parking silo, lui aussi en bois, et qui sera terminé fin décembre, est également léger pour les finances de la banque, a expliqué Jean-Pierre Deramecourt. « Nous aurions du rénover nos deux bâtiments de Dijon, Hoche et Rond-Point de la Nation ce qui aurait coûté 10 à 12 millions d’€ et nous allons faire 600.000 € d’économies par en charges de fonctionnement et d’amortissement en passant d’une surface de 11.700 m2 avec les deux bâtiments de Dijon et celui de Besançon, à 9.500 m2. »  La destination des locaux actuels est déjà écrite : Hoche est vendu en immeuble de bureaux, tandis que Rond-Point de la Nation sera loué ; la banque étant locataire de celui de Besançon.

interieur
L'intérieur du bâtiment : à gauche, le couloir de desserte des bureaux qui seront implantés à droite sur la photo.

 

avecmaire
Parmi les invités à la visite de chantier, le maire de Dijon, François Rebsamen (à gauche sural photo). Ici, en compagnie de Mathias Romvos, architecte et Eric Fougère, président du COS de la Caisse d'Epargne Bourgogne-Franche-Comté. © Traces Ecrites

 

vuetoison
Vue sur le centre commercial de la Toison d'Or depuis le deuxième étage. © Traces Ecrites

Photos non signées fournies par la Caisse d'Epargne.

Découvrir les atouts économiques de la Côte-d'Or avec


invest

Commentez !

Combien font "5 plus 1" ?