Mulot et Petitjean, 225 ans de pains d’épices. Le fabricant de couettes et oreillers Dodo rachète le groupe ACF. CRRI 2000 préserve un portefeuille de beaux chantiers dans un environnement incertain. Cryostar investit 15 millions d’euros dans un nouveau bâtiment à Hésingue. A Carling Saint-Avold, Metex inaugure son investissement de 48 millions d’€ dans la chimie verte. La farine alsacienne Alsépi élargit son marché aux particuliers. Isabelle Froment-Meurice, nouvelle présidente de Yonne Tourisme.

 

• Mulot et Petitjean, 225 ans de pains d’épices


Deux dates – 1796 - 2021 –, deux noms – la Maison Boittier et Mulot & Petitjean –, et deux familles réunies en une par ailliance : l’unique fabrique de pains d’épices de Dijon – l’un des trois produits porte-drapeau de la capitale régionale avec la moutarde et le cassis – a fêté ses 225 ans le 24 septembre. Catherine Petitjean, la présidente qui incarne la 9ème génération a, à cette occasion, officialisé le passage de flambeau à sa fille cadette, Marie Dugourd, 26 ans, nommée directrice générale. Mais ce n’est pas pour tout de suite, tiennent à préciser l’une et l’autre : le binôme veut prendre le temps d’apprécier un travail en commun, la mère avec son expérience, la fille avec son regard neuf.
Car pour l’heure, l’entreprise (chiffre d’affaires de 5,7 million en 2019, 44 salariés) se redresse de « la tempête » engendrée par la Covid, privée de ses magasins et de leur  clientèle de touristes pendant de longs mois. «  Un PGE nous a permis de traverser la crise », indique Catherine Petitjean qui n’a pas pour autant cédé à l’attentisme.
Les investissements prévus ont été maintenus : le changement du four et l’équipement de début de ligne, d’un montant d’1,2 million d’€ est achevé et il sera suivi l’an prochain de la modernisation du bout de ligne qui rendra les opérations d’emballage « plus compétitives. » S'est aussi concrétisé le projet d’une gamme salée qui a fait ses débuts de commercialisation en juin. C.P.

 justdijonseptembre

 
• Le fabricant de couettes et oreillers Dodo se diversifie avec l’acquisition du groupe ACF

couettesdodo
L’atelier de garnissage des couettes de Dodo à Saint-Alvod, en Lorraine. © Dodo

 
Dodo, leader européen des couettes et oreillers basé à Saint-Avold (Moselle), annonce avoir bouclé l’acquisition du groupe textile ACF à Cours (Rhône). La reprise de l’entreprise rhodanienne de 160 salariés (chiffre d’affaires  de 30 millions d’€ en 2020) permet à l’industriel mosellan de diversifier sa gamme de produits. Le groupe ACF s’est bâti à partir de 2008 par acquisitions successives. Il est composé de quatre principales sociétés : le fournisseur textile et de literie pour les collectivités et l’hôtellerie Lamy (Marne), une des dernières usines de couvertures française Poyet Motte (Rhône), le spécialiste du linge de maison Toison d’Or (Rhône), la manufacture de vêtements professionnels Bastié (Tarn).
Au travers de cette opération, le groupe Dodo fait également son entrée sur le marché de la puériculture avec les marques Domiva, Cedoo et Mon P’tit Dodo. « La complémentarité des activités du groupe ACF est réelle. Elles vont maintenant bénéficier des forces d’un grand groupe industriel français du textile », éclaire David Czimowski, directeur-général de Dodo. Avec cette acquisition, le groupe fondé en 1937 dépasse désormais les 900 salariés pour un chiffre d'affaires de 180 millions d’€. P.B.

 

bpalcseptembre

 

• CRRI 2000 préserve un portefeuille de beaux chantiers de construction dans un environnement incertain

selligermain
Bruno Selli, président de CRRI 2000, avec le micro et Laurent Germain, le directeur général du groupement d'entreprises du bâtiment. © Samuel Carnovali

 

Le bâtiment souffre non pas d’un manque de commandes, loin de là, mais d’une pénurie de matériaux qui font flamber les cours, de livraisons aux délais jugés « démentiels » et d’un manque crucial de main d’œuvre qualifiée et de candidats à former. Mis bout à bout, tous ses facteurs font que les professionnels s’inquiètent comme Bruno Selli, nouveau président du groupement CRRI 2000 et Laurent Germain, son directeur général. Ils ont eu l’occasion de l’exprimer le 17 septembre lors du traditionnel barbecue que l’entreprise générale tous corps d’état et contractant général, organise chaque année sauf en 2020 pour cause de crise sanitaire.
Pas moins de 200 convives, clients, adhérents et fournisseurs entendirent aussi de bonnes nouvelles comme l’implication forte pour réussir à livrer à temps la Maison de santé de Belfort (la plus grande de France actuellement), la résidence pour seniors de Désandans (Doubs) ou encore parmi les réalisations les plus marquantes, les bâtiments industriels de Middle Tech à Étupes, toujours dans le Doubs. CRRI 2000 mobilise également ses troupes pour des chantiers majeurs comme le conservatoire de musique et la future Maison de santé de Monbéliard. Soucieuse de se diversifier et d’intégrer le marché de travaux plus modestes, le groupement fait monter en puissance son pôle « Travaux Services ». CRRI 2000 fédère une quarantaine d’adhérents, emploie 9 permanents et atteint les 8,5 millions d’€ de chiffre d’affaires. D.H

 

besançon

 

• Cryostar investit 15 millions d’€ dans un nouveau bâtiment à Hésingue

cryostar
Esquisse du futur bâtiment de Cryostar. © ITECO/ DRLW Architectes


Depuis juillet dernier, les travaux du nouveau bâtiment de Cryostar, ont démarré sur le site d’Hésingue. Leader mondial dans la fourniture d’équipements cryogéniques de haute technologie destinés aux applications dans le domaine du gaz industriel et du gaz naturel, la société renforce ses moyens opérationnels, en complément des stands d’essai existants.
Avec ce nouveau bâtiment de 1.600 m2 dédié à l’assemblage et aux tests des équipements, la capacité de test de compresseurs 4 ou 6 étages et de turbines de détente se verra doublée. Cet investissement de 15 millions d’€ va aider l’entreprise à accompagner les opportunités de croissance dans les mois et les années à venir.
« Cet investissement constitue le plus important investissement jamais réalisé dans l’histoire de Cryostar. Il illustre la confiance que l’entreprise porte en l’avenir et en ses opportunités de croissance », affirme Samuel Zouaghi, président de Cryostar. Le futur bâtiment intègrera une toiture végétalisée, des panneaux solaires et aura recours à la géothermie pour le chauffage.
Le calendrier vise une disponibilité du bâtiment d’ici fin de l’été 2022, pour être opérationnel à fin 2022. Cryostar France emploie 751 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 359 millions d’€ (à fin décembre 2020), dont plus de 98% à l’exportation. J.G.

 

B 4.0

 

• A Carling Saint-Avold, Metex inaugure son investissement de 48 millions d’€ dans la chimie verte

metex
L’unité de biochimie construite en l’espace de deux ans incarne le renouveau de la plateforme de Carling Saint-Avold. © METabolic Explorer


Du carreau de mine à la chimie verte… c’est désormais une réalité. Le 23 septembre, la société de biotechnologies METabolic Explorer (Metex) a coupé le ruban de sa plateforme de biochimie à Carling-Saint-Avold (Moselle), un investissement de 48 millions d’€ en partenariat avec le fonds public SPI (Société de projets industriels) porté par Bpifrance avec la participation de la Banque européenne d’investissement. L’usine de 48 salariés avait démarré en juin la production de deux molécules biosourcées, l’une destinée aux marchés de la cosmétique et des polymères (1,3 propanediol), l’autre à celui de la nutrition animale (acide butyrique).
Construite en deux ans, cette unité de chimie verte incarne le renouveau de la plateforme lorraine créée en 1947 en vue d’exploiter la chimie du charbon, avant d’être réorientée dans les années 1960 vers la pétrochimie. Un autre projet dans la biochimie, celui d’Afyren, qui consiste lui, à produire des acides organiques à partir des résidus de l’industrie betteravière, devrait être mis en service début 2022.
Le projet de Metex a reçu le soutien du groupe TotalEnergies dans le cadre d’une convention de développement signée en 2014 avec l’Etat, la région Grand-Est et la Communauté d’Agglomération Saint-Avold Synergies, suite à la restructuration de ses activités à Carling Saint-Avold. Coté sur Euronext Paris, Metex emploie 450 personnes et table sur un chiffre d’affaires de 170 millions d’€ en 2021. P.B.

 

ridy 

• La farine alsacienne Alsépi élargit son marché vers les particuliers

 

alsepi

Créée en 2000 par des artisans boulangers, la marque Alsépi était jusque-là réservée aux professionnels (boulangers, acteurs de la restauration collective ou privée, fabricants artisanaux ou industriels de produits du terroir…). Depuis ce mois de septembre, la farine Alsépi garantie 100% alsacienne est désormais disponible en grandes surfaces et dans les trois moulins engagés dans cette filière locale : Hurtigheim,  Burggraf-Becker et  Advens.
Une démarche qui fait écho aux envies de consommation locavore, de transparence et de qualité des consommateurs. D’autres projets sont à l’étude : l’élaboration de farines issues d’autres céréales et des farines labellisées bio qui seront commercialisées d’ici deux ans.
La filière locale Alsépi regroupe cinq acteurs : Armbruster et le Comptoir Agricole, deux collecteurs qui récupèrent les blés récoltés par les 75 agriculteurs partenaires d’Alsépi et les trois transformateurs cités plus haut. J.G.


florentmeurice• Isabelle Froment-Meurice, nouvelle présidente de Yonne Tourisme


Vice-Présidente en charge de la promotion touristique et culturelle du  Département  de  l'Yonne, Isabelle Froment-Meurice  a été élue le 6 septembre,  présidente de l’Agence de Développement Touristique et Relais Territorial des OTSI de l’Yonne, plus connue sous le nom de Yonne Tourisme. Elle succède à Anne Jérusalem.
A sa charge d’animer l’élaboration d’un nouveau schéma touristique départemental qui se donne pour horizon 2024. La nouvelle présidente est conseillère départementale du canton Coeur de Puisaye, l’un des territoires bourguignons attractifs en matière de tourisme. C.P.



 

 

Commentez !

Combien font "5 plus 8" ?