Les composants de volets roulants Zurflüh-Feller changent de main dans le Doubs. Près de 8 millions d’€ pour doper le fret ferroviaire à la gare de triage de Gevrey. La charcuterie Secrets du Val d’Argent investit 5 millions d’€ sur son site de Scherwiller. Union des Pôles emploi par-dessus les Vosges pour les chômeurs de longue durée. Un nouveau design pour les capsules de transport Urbanloop nées à Nancy. Conjoncture dans le Grand Est : un retour à une certaine normalité. Clémence Kuhn, responsable de l’agence Elithis Strasbourg. Emmanuel Viellard, nouveau président Medef Territoires Franc-Comtois. Olivier Fabre, nouveau directeur d'Agria Grand Est.


 • Les composants de volets roulants Zurflüh-Feller changent de main dans le Doubs

Zurflüh-Feller, le fabricant de composants de volets roulants dans le Doubs, change d’actionnaire de référence. La société d’investissement française Geneo Capital Entrepreneur endosse ce rôle depuis fin juin, via son fonds Evergreen qui prend la suite d’un holding industriel, Edify, lui-même successeur de Somfy. La continuité de stratégie pour l’entreprise de 500 salariés (chiffre d’affaires de 90 millions d’€ en 2021) s’incarne par le maintien à sa tête de son président directeur général Thierry Jeanmart et de l’équipe de management.
Basée à Noirefontaine et à Autechaux son site historique, Zurflüh-Feller entend poursuivre son développement à l’international qui représente un tiers de son chiffre d’affaires et a franchi en palier depuis 2017 par le rachat du concurrent allemand Eckermann. Détentrice de 70 brevets, la PME revendique la place de leader en France de sa spécialité avec près de 70 % de parts de marché. Outre les usines dans le Doubs, elle produit à Marseille des composants de rideaux métalliques suite à l’acquisition sur place en 2015 de la société Profilmar. M. Noyer  

 

Nouveau dijonbourgogneinvest

 

• Près de 8 millions d’€ pour doper le fret ferroviaire à la gare de triage de Gevrey

sncffret
Jusqu'à la fin de 2023, la gare de triage de Gevrey-Chambertin bénéficie de 7,9 millions d'€ de travaux. © SNCF Réseau


SNCF Réseau achèvera, d’ici à fin 2023, un programme d’investissement de 7,9 millions d’€ entamé en 2021 dans la modernisation des voies de service de la plateforme de triage de Gevrey-Chambertin. Jusqu’à la fin juillet, 2,4 kilomètres de voies sont remplacées pour un montant de 2,5 millions d’€ cofinancé avec l’État et la Région Bourgogne-Franche-Comté. Puis en août, les voies de liaison de Dijon à Gevrey-Chambertin et leurs équipements seront modernisés pour 3,5 millions d’€, cette fois entièrement financés par SNCF Réseau. Le chantier se déroulera en « opération de coup de poing », les nuits du 5 au 8 août de 21h à 5h.
SNCF Réseau a évalué à 14,5 autres millions les besoins d’investissement pour améliorer la productivité des activités de triage. Ils sont envisagés de 2024 à 2028. Le centre de triage de Gevrey-Chambertin, considéré par la SNCF comme « stratégique » pour le fret international, à la croisée des flux venant du Nord et de l’Est en direction du Sud de la France et de l’Europe, accueille entre 310 et 350 trains par semaine. Il dispose de 80 km de voies. C.Perruchot

 

PVFmars

 

• La charcuterie Secrets du Val d’Argent investit 5 millions d’€ sur son site de Scherwiller

val dargent
La boucherie-charcuterie Secrets du Val d’Argent se déploiera sur 6.000 m2 dans le courant de 2023. © Cical Synergies


Secrets du Val d’Argent investit 5 millions d’€ dans l’extension de son site de production à Scherwiller (Bas-Rhin)
. Plus de 2.000 m2 viendront s’ajouter aux 4.000 existants. Réalisé par un partenaire local, Cical Synergies (filiale de KS groupe et Cical SA), ce nouvel espace, livré au courant de l’année 2023, accueillera entre autres, des quais de charge, de l’espace de stockage, des locaux sociaux (vestiaire, réfectoire, bureaux) ainsi qu’un nouvel outil industriel. Cet agrandissement sera créateur d’une quinzaine d’emplois.
L’entreprise familiale, qui fête ses 50 ans cette année, est spécialisée dans la boucherie, la charcuterie et la charcuterie pâtissière. Ses produits sont vendus en grande distribution, auprès des détaillants (boucheries), des distributeurs régionaux, mais aussi des collectivités (hôpitaux, écoles, restauration d’entreprise...). Secrets du Val d’Argent emploie 105 salariés et a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 27 millions d’€. J.Giorgi

Union des Pôles emploi par-dessus les Vosges pour les chômeurs de longue durée

Ignorant la barrière naturelle du massif, cinq agences Pôles emploi des Vosges (Gérardmer, Remiremont, Saint-Dié-des-Vosges) et du Haut-Rhin (Guebwiller et Thann) s’unissent pour une action commune d’aide au retour sur le marché de travail des demandeurs d’emploi de longue durée (plus d’un an). « Les problématiques sont analogues : forte proportion de demandeurs d’emploi de longue durée, difficulté de réinsertion, mais pourtant pénuries de main d’œuvre dans ces bassins de tradition industrielle », relève Jérôme Desblancs, chargé de mission Pôle Emploi dans le département des Vosges.
Une centaine de ces personnes vont bénéficier d’un parcours d’intégration en cinq étapes, dont la première est la plus originale : elles passeront cinq demi-journées dans la nature pour retrouver confiance en elles par l’art thérapie, des exercices de respiration et tout simplement le contact avec le plein air.
Suivront, une journée sur les outils numériques si besoin, trois à quatre mois de mentorat (plan d’action de retour à l’emploi) et les premiers pas chez un nouvel employeur qui peut aussi se tourner vers Pôle emploi en cas de difficultés qu’il constaterait de son côté.
Soit au total un temps long, de l’ordre d’un an, « mais dont plusieurs étapes, à commencer par la première, font gagner du temps. Sans cela, retrouver confiance en soi peut durer une éternité », souligne Jérôme Desblancs. Les bénéficiaires se répartiront en groupes de 10, soit donc une dizaine au final, le premier a démarré en juin. Baptisée « Trait d’union Transvosges », l’initiative est lauréate du challenge national DELD (demandeurs d’emploi longue durée) du ministère du Travail.  M. Noyer

 bpbfc

 

• Un nouveau design pour les capsules de transport Urbanloop nées à Nancy

urbanloop
Les capsules biplaces seront mises en circulation à Paris lors des JO 2024 et à Nancy en 2026. © Philippe Bohlinger


La capsule de transport biplace Urbanloop a dévoilé son nouveau design à l’occasion du départ du Tour de France le 8 juillet à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle) dans l’agglomération de Nancy. Les nouveaux contours de cette innovation conçue au sein de l’Université de Lorraine ont été choisis par les internautes il y a quelques mois.
Les premiers voyageurs devraient embarquer dans ce système de transport écologique, imaginé pour se substituer à la voiture en ville, sur un site olympique des Jeux de Paris 2024. Urbanloop a également été retenu dans le cadre du Plan métropolitain des mobilités du Grand Nancy pour acheminer les usagers de Maxéville à la future cité judiciaire à horizon 2026. Ce projet disruptif est né en 2017 dans le cadre d’un projet étudiant de l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique de Nancy (Ensem). Il est développé par onze écoles d’ingénieurs de l’Université de Lorraine. P. Bohlinger

Conjoncture dans le Grand Est : un retour à une certaine normalité

L’économie du Grand Est a globalement su effacer en 2021 les effets de la crise sanitaire de l’année précédente, selon le bilan annuel présenté par l’Insee fin juin dernier. Les 42.900 emplois supplémentaires recensés au solde des créations et des suppressions permettent de retrouver un total d’effectifs supérieur de 0,9 % à celui d’avant-crise. Le phénomène est constaté dans sept départements sur dix, les exceptions venant de la Meuse, de l’Aube et de la Haute-Marne. Cette dernière, en revanche, affiche le taux de chômage le plus bas du Grand Est à fin 2021 (6,1 %), juste devant le Bas-Rhin (6,3 %), pour une moyenne à 7,2 %, en baisse de 0,6 point sur un an.
Ces indicateurs sont soutenus par l’intérim qui a bondi de près de 18 % en un an, mais aussi par le chômage partiel qui est resté d’un usage significatif avec 79.800 bénéficiaires en moyenne en 2021 (262.900 en 2020). La plupart des secteurs d’activités observent un « retour à la normalité ». Mais la vigilance reste de mise avec notamment le remboursement des prêts garantis par l’État qui risque de dévoiler la fragilité d’entreprises et les conduire à des dépôts de bilans. M. Noyer

 Salon Industrie Dijon

 

• Mouvements

 

elithis alsace
© Mathieu Noyer

- Clémence Kuhn, responsable de l’agence Elithis Strasbourg


Clémence Kuhn a pris le mois dernier la direction de l’agence de Strasbourg de l’ingénieriste dijonnais Elithis, intervenant sur le périmètre Alsace, Lorraine et Territoire de Belfort. Ingénieure en fluides et environnement venue du monde des bureaux d’études et de l’OPC (ordonnancement, pilotage, coordination) pour le bâtiment, elle est chargée de développer l’activité régionale d’Elithis, avec le soutien d’un chargé d’affaires chauffage-ventilation, climatisation, Vincent Morgenthaler, et le renfort attendu de deux prochaines embauches. M.Noyer.

 

parcmulhouse

 

eviellard- Emmanuel Viellard, nouveau président Medef Territoires Franc-Comtois

Le directeur général du groupe coté Lisi, dont le siège se situe à Grandvillars (Territoire de Belfort), succède depuis le 7 juillet à Véronique Bouvret, qui ne pouvait plus se représenter, à la présidence du Medef Territoires Franc-Comtois. L’élection d’Emmanuel Viellard, pour un premier mandat de trois ans, s’est faite à l’unanimité des membres du conseil d’administration.
Diplômé de l’EDHEC Business School, après un parcours au cabinet Arthur Andersen, il  intègre l’entreprise familiale en 1995 où il occupe divers postes avant d’assumer la fonction de directeur général du Groupe Lisi, spécialisé dans la conception et la fabrication de pièces et d’assemblages de haute technologie l’aéronautique, l’automobile et le médical.
L’entreprise emploie près de 10.000 collaborateurs dans le monde répartis dans 43 usines et 13 pays de production. Cet homme discret est également président du Comité de liaison Défense au sein du Medef depuis 2018 et depuis peu, membre du comité exécutif. Il s’entoure de Matthieu Fréchin (Vétoquinol), vice-président pour la Haute-Saône ; Françoise Jeanneret (France Clôture Environnement), vice-présidente pour le Jura ; Olivier Rodary (Plastiform), vice-président pour le Doubs ; Martial Devaux (Mantion), représentant l’Union des Industries de la Métallurgie Franche-Comté et Jacques Gros (Gros SAS), représentant la Fédération Française du Bâtiment (FFB). D.Hugue

 

ofavre- Olivier Fabre, nouveau directeur d'Agria Grand Est


Ingénieur des industries alimentaires à l'École Nationale Supérieure d'Agronomie et des Industries Alimentaires de Nancy (E.N.S.A.I.A.) avec pour spécialisation la formulation et le développement Industriel, Olivier Fabre devient le nouveau directeur d’Agria Grand Est. Il succède à Cécile Raphoz.
Son parcours professionnel de quinze années en agroalimentaire, en tant que responsable atelier de conditionnement et des achats dans différentes entreprises, coordinateur, chargé de projets, puis responsable du pôle technique et pôle ressources en charge de la partie administrative lui donne toute légitimité pour occuper ce poste.
La performance industrielle, le développement de nouveaux produits, l’intégration de nouveaux procédés, l’étude technico-économique, l’ingénierie de projet que ce soit au niveau régional, national ou européen..., constituent son quotidien. Agria Grand Est est une association fondée en 1986 par des entreprises agroalimentaires et des organismes de recherche et d’enseignement supérieur de Lorraine. D.Hugue

Commentez !

Combien font "2 plus 5" ?