La reconversion de la caserne Vauban avec 800 logements et parc d'un hectare
La reconversion de la caserne Vauban avec 800 logements et un parc d'un hectare.
(Esquisse : CM-CIC Aménagement Foncier).

ECO)BREF.

- CM-CIC Aménagement Foncier remporte le marché de l'aménagement du site de la caserne Vauban à Besançon selon un projet de l'architecte Nicolas Michelin.

La filiale du Crédit Mutuel était en compétition avec la société d’équipement et de développement du Doubs (SedD) associée à BDR Immo, et avec Nexity.

Ce contrat, le plus gros qu'ait pu signer CM-CIC Aménagement foncier en Franche-Comté illustre une diversification des acteurs de l'aménagement relevant jusqu'à présent principalement de l'économie mixte.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

La concession d'aménagement de 10 ans se déroulera aux risques et frais du concessionnaire, c'est-dire que la collectivité ne participera pas à l'équilibre de l'opération.

Propriété de l'établissement foncier du Doubs qui l'a acquis pour le compte de la ville, le site de 7,2 ha sera cédé au concessionnaire pour 3,3 millions d'€ en trois temps, au fur et à mesure de la réalisation des trois tranches.

Le futur quartier comptera environ 800 logements avec des commerces et des services au rez-de-chaussée, dont 20% de logement social, 15% d'accession abordable et des logements pour les aînés ainsi que 4000 m2 de bureaux.

Les travaux démarrent en 2015 avec la démolition des anciens casernements, à l'exception de deux bâtiments : l'un sera dédié au projet pendant le chantier, l'autre à un équipement public non encore déterminé.

- Mecateam Cluster obtient 6,1 millions d'euros de l’État au titre du Programme des Investissements d’Avenir.

Dédiée aux engins mobiles, la grappe d'entreprises dont le berceau se situe à Montceau (Saône-et-Loire) aménage une plate-forme technique, dont le coût prévisionnel s'élève à environ 25 millions d'€, bénéficiant d'un accès direct au réseau ferré national et permettant la création de services de maintenance et de formation pour les acteurs du ferroviaire.

- Hier 20 janvier, le syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort a lancé un service d'autos en libre-service. Les tarifs démarrent à 1€ l’heure + 0,20 € le km parcouru.

140 véhicules de cinq modèles différents, de la berline à l'utilitaire en passant par la familiale, ont été acquis pour un peu plus d'1,8 million d'€ HT. Ce territoire situé entre les centres de production de Sochaux et de Mulhouse ne pouvait pas faire abstraction de la gamme Peugeot, auxquels s'ajoute une Renault Mégane. 60 véhicules hybrides Toyota complèteront le parc au printemps.

« Les transports en commun traditionnels ne peuvent satisfaire l’ensemble des besoins. Pour les déplacements courts (de 1 à 3 km), le vélo est parfaitement adapté. Pour les déplacements longs, la voiture reste d’une efficacité inégalable», précise le syndicat mixte. D'où une offre baptisée Triple Play (à l'image de la téléphonie) : bus + vélo + auto.

Au premier plan, les 21 000 m2 de surfaces commerciales et d'activités qui seront aménagées par emc2. (Esquisse emc2).
Au premier plan, les 21 000 m2 de surfaces commerciales et d'activités qui seront aménagées par emc2.
(Esquisse emc2).

- La ville du Creusot (Saône-et-Loire) confie au promoteur constructeur lyonnais em2c l'aménagement des 6 ha encore vierges de  la plaine des Riaux - le site historique des anciennes forges-.

Le programme s'étend sur 21 000 m2 d’activités commerciales, tertiaires et de services.

Les premiers permis de construire seront déposés au cours du premier trimestre 2014, tandis que les travaux de voirie et de terrassement devraient suivre au 2e trimestre. La livraison des premiers bureaux est prévue au premier trimestre 2015.

- Une dizaine d'entreprises de la construction (bureaux d'études et entreprises de mise en œuvre) ont élu domicile au pôle Energies nouvelles et responsables de Cernay (Haut-Rhin).

Ciblée sur les professionnels de la construction durable, la pépinière de 2 100 m2 constituée d'ateliers et de bureaux veut aussi jouer un rôle pédagogique en tant que centre de formation à la performance énergétique pour les entreprises et lieu d'information pour le grand public.

Cet investissement de 4,4 millions d'€ HT est la première implantation au sein de la zone d’aménagement concerté des rives de la Thur.

- Cinq établissements supérieurs et de recherche de Bourgogne-Franche-Comté constituent un réseau de recherche publique interrégional.

Une convention a été signée pour 5 ans le 10 janvier entre le CNRS, les universités de Bourgogne et de Franche-Comté qui doivent fusionner à l'horizon 2020, l'UTBM (Université de Technologie Belfort-Montbéliard) et l'ENSMM (école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques).

Le partenariat entre le CNRS et les établissements signataires s’est déjà concrétisé au travers de certains projets d’investissement d’avenir : le labex ACTION (Systèmes intelligents intégrés au cœur de la matière) et le projet IMAPPI (Integrated Magnetic resonance And Positron emission tomography in Preclinical Imaging) ainsi que dans les pôles de compétitivités Vitagora®, Véhicule du futur et Plastipolis.

Les laboratoires concernés représentent, en équivalent temps plein, 130 chercheurs, 398 enseignants chercheurs et 317 techniciens, ingénieurs et administratifs.

- Pierre-Yves Scheer est nommé au directoire de la Caisse d'Epargne de Bourgogne Franche-Comté, en charge du pôle Banque de Développement Régional (BDR).

Pierre-Yves Scheer, nouveau responsable des entreprises et des collectivités territoirales la caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté.
Pierre-Yves Scheer, nouveau responsable des entreprises et des collectivités territoriales la caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté.
(Photo : Caisse d'Epargne)

Responsable des entreprises et de l’ingénierie financière, des institutionnels locaux, des professionnels de l’immobilier ainsi que de l’économie sociale, il succède à Jérôme Lacaille.

Agé de 45 ans et diplômé de l’école supérieure de commerce de Paris, Pierre-Yves Scheer vient de la Banque Populaire où il a fait toute sa carrière, d'abord dans le Haut-Rhin, puis à Strasbourg, avant de rejoindre en 2010 celle d'Atlantique comme directeur adjoint.

 

Commentez !

Combien font "8 plus 1" ?