Fonderie MBF Aluminium à Saint-Claude, c’est la fin. L’équipementier automobile Schaeffler allège ses effectifs à Haguenau. Trois fabricants de produits bourguignons saluent le retour de la restauration. Des marchandises vers l’Amérique du Nord depuis Bâle-Mulhouse. La Banque des Territoires et France Active au secours de l’économie sociale et solidaire. Catella Residential Investment Management achète la tour Arsenal de logements et bureaux d’Elithis à Dijon. Jérôme Lionet, directeur-général de Saint-Gobain PAM.



• Fonderie MBF Aluminium à Saint-Claude, c’est la fin


Pas de miracle pour la fonderie MBF Aluminium de Saint-Claude (Jura) : l’entreprise a été liquidée mardi 22 juin par le tribunal de commerce de Dijon (Côte-d’Or), entraînant la suppression à venir de ses 280 emplois permanents. L’option envisagée d’une société de portage publique-privée autour du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté s’étant avérée inopérante, le seul dossier de reprise était monté par l’entrepreneur et investisseur Michaël  Azoulay.
Le tribunal l’a jugé insuffisante, en termes de garanties financières et de plan industriel, pour pouvoir la retenir. Pour les salariés, l’usine avait pourtant de quoi travailler jusqu’en 2024-2025. Ils estiment avoir été lâchés par les clients Renault et PSA-Stellantis, et tout autant par l’Etat qui n’a pas souhaité accompagner l’offre Azoulay, dans un contexte où la réduction du nombre de fonderies automobiles en France est recommandée par des experts. MBF, née sous Manzoni-Bouchot, fabrique des carters de moteurs et des éléments de boîtes de vitesse.
En pleine campagne du second tour des élections régionales, les candidats ont sitôt réagi. En premier lieu, la présidente sortante Marie-Guite Dufay, candidate à sa succession, qui déclare que « la Région a poussé les feux comme jamais elle ne l’a fait, allant jusqu’à se désolidariser de Bercy et accorder 1,8 million d’€ d’aide à l’investissement matériel au seul repreneur, ainsi qu’une entrée au capital de la nouvelle structure pour garantir sa pérennité. » 
Stéphanie Modde, candidate écologiste (EELV) qui fusionne sa liste dénonce « un drame social pour la vallée de Saint-Claude qui va perdre son principal employeur. » Le PCF dénonce l’attitude de l’Etat qui n’a pas voulu accompagner le repreneur : « A qui fera-t-on croire qu'il n'y a pas de solution pour sauver une entreprise avec des salariés compétents, des machines modernes, un marché d'avenir dans la voiture du futur ? De l'argent, il y en a : la preuve par les milliards qui sont tombés ces derniers mois. » M.N.

 

pvffevrier

 

• Schaeffler (automobile) allège ses effectifs à Haguenau

schaeffler
Schaeffler France réduit ses effectifs de 184 personnes sur 1.800, dans son usine principale et siège de Haguenau. © Schaeffler


L’équipementier automobile Schaeffler France a annoncé la semaine dernière un plan de réduction de ses effectifs de 239 personnes, dont 184 dans l’usine principale et siège de Haguenau (Bas-Rhin). Il compte organiser ses départs par des ruptures conventionnelles collectives (RCC).
La filiale française du groupe allemand explique la décision par le fait qu’elle prévoit une diminution significative de commandes dans le contexte de l’électrification du parc de véhicules automobile, alors que sa production de composants pour moteurs et boîtes de vitesse reste aujourd’hui orientée vers les voitures thermiques. Elle avait déjà supprimé près de 200 postes entre fin 2019 et l’an dernier, toujours par des ruptures conventionnelles collectives. Schaeffler France emploie environ 1.800 salariés à Haguenau. M.N.


delin• Trois fabricants de produits bourguignons saluent la réouverture des restaurants

Pour marquer le retour de la convivialité qu’incarne la restauration et en geste de solidarité après la période que viennent de traverser les restaurateurs, trois fabricants bourguignons s’allient pour offrir à une cinquantaine d’entre eux, de la place de Beaune (Côte-d’Or), un  plateau (en photo) de trois produits emblématiques de la gastronomie régionale : un Brillat Savarin affiné de la fromagerie Delin, du jambon du Morvan de Salaisons Sabatier et une bouteille de Crémant de Bourgogne (cadeau de l’Union des Producteurs et Elaborateurs de Crémant de Bourgogne). Baptisée « tournée générale », cette opération de promotion qui invite les restaurateurs à partager ce plateau avec leurs équipes, fait l’objet tirage au sort qui désignera le 6 juillet l’heureux élu pour recevoir, tous les mois pendant un an, un colis de ces trois produits. Pour les producteurs, c’est aussi une façon d’inciter les restaurateurs à mettre leurs produits sur leur table. C.P.

 


ui-investissement-062021


• Des marchandises vers l’Amérique du Nord depuis Bâle-Mulhouse

 

baseltoronto
Lancement du vol Bâle-Toronto pour le fret sur le tarmac de l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse. © Traces Ecrites


Le fret long-courrier de l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse jusque-là orienté vers l’Orient (Turquie et Qatar) connaît un développement à l’ouest : une ligne transatlantique est mise en place depuis ce trimestre par Air Canada Cargo, entre la plate-forme franco-suisse et Toronto, à la cadence de deux vols aller-retour par semaine. La liaison est assurée par un Boeing Dreamliner 787-900 dédié au tout-cargo, d’une capacité d’un peu plus de 40 tonnes.
Cette ligne assure notamment le transport de produits pharmaceutiques et d’équipements de protection individuelle (EPI), dans le contexte de la crise sanitaire qui a accru la demande pour de telles marchandises, souligne la direction d’Air Canada Cargo.  Mais d’autres produits industriels remplissent l’appareil. « Ces vols servent aussi à acheminer ces marchandises au-delà de  l’Amérique du Nord, mais aussi plus loin à travers notre réseau, en Amérique Latine et même en Asie-Pacifique », complète Air Canada Cargo.
L’an dernier, Bâle-Mulhouse a transporté 16.475 tonnes en tout-cargo, et 108.500 tonnes en fret au total, un niveau en conformité avec ses scores d’avant-pandémie. M.N.

 flandria

 



• La Banque des Territoires et France Active au secours de l’économie sociale et solidaire


La Banque des Territoires et France Active qu’elle a co-fondé il y a 30 ans pour accompagner les entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) lancent une expérimentation en Franche-Comté pour apporter leur soutien aux structures locales de l’ESS, fortement implantées par la crise sanitaire. « La dimension sociale de leur projet peut être remise en question, alors que trouver des financements et un accompagnement sur la durée reste toujours difficile », commentent les deux acteurs.
Les demandes de financement (des prêts à taux préférentiels) sont à déposer sur un guichet commun https://www.relance-ess.fr/#form avec simple un formulaire à remplir, ensuite examiné par les antennes territoriales des deux partenaires. La Banque des Territoires a apporté 1,5 million d’€ à France Active Franche-Comté pour mener à bien cette mission.
L’AFSAME près de Gray (Haute-Saône) qui gère Jardins Bio, entreprise maraîchère adaptée qui emploie  27 personnes en situation de handicap, et C’Bio, entreprise d’insertion qui accueille des personnes éloignées de l’emploi est l’une des premières à bénéficier de ce dispositif. C.P.

 

 zeodechetcd21



• Catella Residential Investment Management achète la tour Arsenal de logements et bureaux d’Elithis à Dijon

elithis
La tour Arsenal en construction à Dijon. © Arte Charpentier / Elites


Catella Residential Investment Management (CRIM), acquiert pour 16 millions d’€ la tour Arsenal à son concepteur, la filiale immobilier du groupe dijonnais d’ingénierie du bâtiment Elithis, située dans le quartier de l’Arsenal, avenue Jean Jaurès au sud de Dijon. Avec « une facture énergétique proche de zéro euro », la tour de 6.000 m² abritera 59 logements et près de 1140 m² de bureaux. La livraison est prévue en 2023,
C’est la deuxième acquisition, après la tour de 56 logements, 500 m² de bureaux et 257 m² de boutiques de Saint-Etienne (Loire), de l’investisseur et gestionnaire de fonds basé à Stockholm (5 milliards d’€ d’actifs) dans le cadre d’un partenariat avec Elithis de 2 milliards d’€, pour la réalisation de 100 projets résidentiels en Europe d’ici 10 ans, annoncent les deux protagonistes par voie de communiqué.
Elithis avait concrétisé son concept de tours vertueuses en énergie en 2009 à Dijon où se situe son siège, et la première résidentielle en 2018 à Strasbourg, dans le quartier du Danube. C.P.

 bpest



stgobainpam• Jérôme Lionet, directeur-général de Saint-Gobain PAM

Entré chez Saint-Gobain il y a exactement 20 ans, Jérôme Lionet a débuté sa carrière en exerçant des responsabilités au sein de l’activité « abrasifs » du groupe en Pologne et en France. Cet ingénieur de 48 ans a ensuite pris les rênes de l’activité « vitrages » de Saint-Gobain en Europe, en tant que directeur des opérations de Glass Industry et directeur-général de Glass Industry Europe. 
Père de trois enfants, passionné de musique, Jérôme Lionet prendra le 1er juillet prochain la direction générale de Saint-Gobain PAM à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), l’activité « canalisations » du groupe industriel. Ce diplômé de Polytechnique et de Mines Paris succèdera à ce poste à Ludovic Weber, nommé directeur-général de la région Asie-Pacifique du groupe Saint-Gobain.
Arrivé en novembre 2018, Ludovic Weber avait eu à gérer l’épineux dossier du projet de vente de l’activité « canalisations » du groupe ; un projet qui ne serait plus d’actualité. Saint-Gobain PAM emploie 6.000 salariés dans le monde dont 2000 en France, dans la Marne mais surtout en Meurthe-et-Moselle. P.B.

Commentez !

Combien font "9 plus 3" ?