Inovyn va investir près de 70 millions € dans le Jura. SKF ferme son usine de l’Yonne et investit dans celle du Jura. Crossject sécurise ses besoins en trésorerie pour 2021. PSA Sochaux va travailler pendant les fêtes. Le Conseil départemental de la Côte-d’Or prêt à reprendre les routes nationales. Mavipal rachète Prodex. Un plan de continuation pour le décolleteur bisontin Camelin. Hynamics, filiale d’EDF, choisie pour la station d’alimentation des bus à hydrogène d’Auxerre. Le petit commerce se serre les coudes dans le Pays de Montbéliard. Jeux Olympiques 2024 : du business pour les PME ? Records battus à la vente des vins des Hospices de Beaune. La cave coopérative des Vignerons de Buxy et la maison Edouard Delaunay distinguées.


• Inovyn va investir près de 70 millions € dans le Jura


Le projet était dans les cartons et c’est le coup de pouce du Plan de relance et plus précisément, son volet décarbonation des procédés industriels, qui l’en fait sortir plus vite que prévu. L’usine Inovyn qui fabrique des produits chimiques (chlore, chlorure de vinyle, soude caustique) à Dole-Tavaux va investir 68,5 millions d’€ pour changer d’énergie. Le gaz utilisé pour fabriquer la vapeur nécessaire à l’évaporation de la saumure pour la production de sel sera remplacé d’ici 2024 par de l’électricité. L’installation de « Recompression Mécanique de Vapeur »  sera implantée sur une surface de 10.000 m2 à construire. Elle produira 370.000 tonnes de sel par an, l’équivalent de la saline actuelle.
Avec ce nouveau procédé, le chimiste estime pouvoir améliorer son bilan carbone de près de 10 %, en réduisant les émissions de CO2 de plus de 60.000 tonnes par an. Le projet a été annoncé le 17 décembre dernier, à l’occasion de la visite d’Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie. L’exemple a été choisi par les 16 premiers lauréats du fonds décarbonation pour l’industrie du Plan de relance, qui vont se partager 60,7 millions d’€ d’aides.
Inovyn est née en 2015 sous la forme d’une co-entreprise entre Solvay et INEOS, de laquelle Solvay est sortie un an plus tard. Elle emploie 780 personnes. C.P.


 

bpbfcvirus


• SKF ferme son usine de l’Yonne et investit dans celle du Jura

poncagecompositeskf
Ponçage d'une pièce en composite dans l'usine SKF de Lons-le-Saunier. © Traces Ecrites


Elles n’ont pas toutes les deux le même marché. L’usine du suédois SKF à Avallon (Yonne) qui fabrique des de couronnes d’orientation pour l’industrie automobile doit fermer d’ici la fin de l’année 2022. Cette décision entraîne la suppression de 140 emplois avec un redéploiement de l’activité sur le site de Saint-Cyr-sur-Loire qui, lui même, verra la perte de 113 postes en 2021. Les salariés refusent catégoriquement de mettre à la table des négociations du PSE. Selon le syndicat FO de la métallurgie, ce plan n’est pas économiquement justifié : le groupe affiche  13,5 % de rentabilité au troisième trimestre, « soit le meilleur résultat depuis 10 ans. »
L’usine du Jura, à Lons-le-Saunier (347 salariés) travaille quant à elle dans le secteur aéronautique. SKF Aerospace 39 va bénéficier du fonds de modernisation aéronautique du Plan de relance pour deux projets d’investissements : la création d’une ligne de production de ferrures en composite et la modernisation des lignes roulement et rotules. Cette décision du 8 décembre 2020 n’efface cependant pas les incertitudes au niveau social. En septembre, le groupe (chiffre d’affaires d’un milliard d’€ d'euros, huit sites et 3.000 salariés en France) annonçait la suppression de 123 postes à Lons-le-Saunier et la création de 13 autres « pour répondre au mieux à des conditions de marché de plus en plus difficiles. » SKF est le premier fournisseur mondial de roulements hybrides des moteurs d’avions de ligne de dernière génération. C.P.

 pvfnouveau

 

Crossject lève 12 millions d’€

Le spécialiste dijonnais des situations d’urgence, inventeur de la piqûre sans aiguilles, qui attend ses autorisations de mise sur le marché, lève  12 millions d’€. L’opération prend la forme d’une émission d’obligations convertibles à hauteur de 5,24 millions, souscrites par les mêmes investisseurs européens qu’en 2019 dont Gemmes Venture, l’actionnaire historique.
Elle est complétée par une émission d’obligations simples d’un montant équivalent souscrit par ces mêmes investisseurs. Cette émission obligataire déclenche le versement par Bpifrance de 2 millions supplémentaires dans le cadre d’un Prêt Garanti par l’Etat (PGE). L’ensemble sécurise les besoins de trésorerie du laboratoire pharmaceutique. D.H.

caissedepargnebf


• PSA Sochaux va travailler pendant les fêtes

psasochaux
700 salariés, « volontaires » selon la direction, viendront travailler pour fabriquer 1.200 véhicules entre Noël et le jour de l'an. ©PSA


Fait rare dans la longue histoire de l’usine – il ne s’est produit que l’an dernier – PSA Sochaux va travailler entre Noël et Nouvel An. La décision résulte du succès commercial de la Peugeot 3008 qui appelle un besoin de production après les confinements. C’est donc le système 2 qui produit ce modèle ainsi que la 5008 et l’Opel Grandland qui restera ouvert, en horaires de matinée pendant trois jours, du 28 au 30 décembre.
700 salariés, « volontaires » selon la direction, viendront travailler pour fabriquer 1.200 véhicules. Ils toucheront au total une prime de 75 €. Les syndicats auraient souhaité davantage de générosité. La remise en place de l’équipe de VSD, qui était prévue début novembre mais avait été reportée avec l’annonce du reconfinement, n’est pas encore à l’ordre du jour. M.N.


Le Conseil départemental de la Côte-d’Or prêt à reprendre les routes nationales dans le cadre de la future loi 4 D



Lors la session budgétaire des 14 et 15 décembre, François Sauvadet, président du Conseil départemental de la Côte-d’Or s’est dit prêt à expérimenter le transfert des 60 km de routes nationales de son territoire. Celui-ci devrait être permis par le projet de loi 4 D, qui signifie « Décentralisation, différenciation, déconcentration, décomplexification ». Présentée au printemps aux parlementaires, elle proposera la décentralisation «  à la carte » de compétences de l’état aux collectivités territoriales.
Dans la liste de ces 60 kilomètres, figurent la rocade de Dijon, l’A 38 (36 km d’autoroute gratuite de Dijon jusqu’au péage de l’A6 à Pouilly-en-Auxois) et la Lino (rocade nord ouest de Dijon). François Sauvadet estime qu’il aurait ainsi la main pour passer l'intégralité de l'itinéraire de la Lino à 2x2 voies, celle-ci connaissant, depuis sa mise en service en 2014, des embouteillages récurrents aux heures de pointe au niveau de l’échangeur d’Ahuy (nord de Dijon).
Transfert ou pas, il est question de modifier cet échangeur d’Ahuy, le principal fauteur de bouchons. Le Conseil départemental a voté 10.000 € de participation financière aux études de requalification de ce rond-point, un projet évalué à 3 millions d’€ que le préfet de Côte-d’Or doit mettre sur la table en janvier 2021. C.P.

 

flandria

 

• Mavipal rachète Prodex, filiale de Savoye

mavipalfusion
L'usine de Mavipal, fabricant de mobilier industriel et solutions de stockage est situé à Liernais, en Côte-d'Or. © Mavipal


Fabricant de mobilier industriel et solutions de stockage créé à Liernais (Côte-d’Or) en 1962, Mavipal (chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’€, 35 salariés) rachète Prodex, filiale du groupe Savoye depuis 1995, basée en Bretagne.
Le spécialiste des solutions logistiques dont le siège est à Dijon (chiffre d’affaires de 130 millions d’€, 760 collaborateurs) et la PME indépendante dont le siège est à Brive-la-Gaillarde (Nouvelle-Aquitaine) travaillaient ensemble depuis des années, fabriquant des gammes complémentaires.
L’acquisition de Prodex apporte une « taille critique pour la pérennité de l’entreprise », indique Mavipal dans un communiqué. C.P.

 

mecateam

 


Un plan de continuation pour le décolleteur bisontin Camelin

Le tribunal de commerce de Besançon a validé fin novembre le plan de continuation de Camelin Décolletage Industries qui était en redressement judiciaire depuis juin 2019. L’entreprise de décollage, basée à Besançon, poursuit son activité avec 8 emplois en moins sur un effectif de 63 salariés. Sous-traitant de l’industrie automobile,  l’industriel avait vu son chiffre d’affaires fondre de 20 millions d’euros en 2015 à 13,5 millions en 2019, en raison selon la direction, de la perte du marché du constructeur Volkswagen. C.P.

 

• La Communauté d’agglomération de l’Auxerrois choisit Hynamics, filiale d’EDF pour la station d’alimentation de ses bus à hydrogène


auxerresafra
La Communauté de l’Auxerrois a attribué en décembre 2019 à Safra (Société Albigeoise de Fabrication et Réparation Automobile) le marché de cinq bus à pile à combustible.




La communauté d’agglomération de l’Auxerrois (Yonne) choisit EDF et plus précisément sa filiale Hynamics, pour conduire son projet de station hydrogène à Auxerre. Cette unité de production  par électrolyse de l’eau approvisionnera, à l’automne 2021, les cinq premiers bus à hydrogène du réseau de transport urbain géré par Transdev, et que la collectivité a commandés auprès du constructeur Safra ((Société Albigeoise de Fabrication et Réparation Automobile).
D’une capacité de production quotidienne de 400 kg d’hydrogène, la station prendra place sur une ancienne friche industrielle, à proximité immédiate du dépôt de bus et de la gare d’Auxerre-Saint-Gervais. A terme, elle sera dimensionnée pour approvisionner les TER de la ligne du Morvan. La Région Bourgogne-Franche-Comté vient de passer commande auprès d’Alstom de trois rames H2 pour 51,9 millions d’€.
D’autres utilisations sont en réflexion, notamment la flotte de véhicules utilitaires des entreprises. À cette fin, une soixantaine de chefs d’entreprise de l’Auxerrois ont été réunis le 8 décembre afin d’imaginer collectivement les futurs usages de la station. C.P.

 crri


• Le petit commerce se serre les coudes dans le Pays de Montbéliard

 

entreemarchedenoelParmi les nombreuses initiatives de conversion du petit commerce aux achats en ligne du fait de la crise sanitaire, le Pays de Montbéliard se situe aux avant-postes dans la région. Deux plates-formes ont vu le jour : Mon comptoir local et J’aide mes commerçants. En cumul, elles regroupent une centaine de commerçants de l’agglomération et les adhésions se poursuivent.
Ces initiatives privées, respectivement de l’entreprise HLP et le cabinet d’expertise-comptable Sodecc avec l’agence Lézards’Création, reçoivent également un soutien public, en complément des remises et avantages que les commerçants peuvent accorder. « Nous sommes face à un nouveau défi collectif. C’est aux collectivités et aux élus de trouver des solutions pour soutenir le commerce de proximité, les artisans et les TPE. Soutenons le commerce local ! », déclare Charles Demouge, président de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA).
La communauté d’agglomération fait partie des partenaires de soutien à « J’aide mes commerçants », à l’instar des villes de Montbéliard et d'Audincourt ou de la CCI du Doubs, sous forme d’un bonus de 15 % à chaque commande, dépensable à la réouverture. PMA a également reproduit pour cette fin d’année son aide « Echop » de prise en charge partielle (50 %) et temporaire du loyer. Ce dispositif conçu pour les créateurs d’entreprise a été étendu lors de la première vague aux artisans et commerçants existants. M.N.

 

justdijondecembre

 

• Jeux Olympiques 2024 : du business pour les PME ?


affichejo


Partenaires des Jeux Olympiques de Paris 2024, les Caisses d’Epargne et les Banques Populaires accompagnent les TPE/PME et structures de l’Economie Sociale et Solidaire, pour saisir les opportunités liées à l’événement.
Un site Internet dédié, Entreprendre2024bfc.com, relaie les appels d’offres publics et privés des plateformes « Entreprises 2024 » et « ESS 2024 », et apporte des conseils d’experts pour candidater. Les prestations vont de l’événementiel (production audiovisuelle, équipement vidéos, location de stands) à la gestion quotidienne des jeux (collecte des déchets, nettoyage, équipements vestimentaire etc) à des solutions technologiques de contrôle et d’information.
Les PME peuvent candidater à toute demande de service, mais ce sont surtout les 36 Centres de Préparation des délégations étrangères labellisés en Bourgogne-Franche-Comté constitue un potentiel plus accessible de contrats pour les PME. C.P.

negociants



bichot• Records battus à la vente des vins des Hospices de Beaune


Initialement prévue le 15 novembre et repoussée au 13 décembre pour des raisons sanitaires, la vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune a finalement bénéficié de ce contexte exceptionnel.
La recette de 12,761 millions d’€ pour 630 pièces de vin est la deuxième meilleure de son histoire. La pièce du Président – un Clos  de la Roche Grand Cru élevé dans un fût de chêne du Parc national de la forte de Chambord (en photo) – a aussi battu un record, à 660.000 €. Elle été acquise par la Maison Albert Bichot  pour le compte d’un client chinois.
Le négociant de Beaune, propriétaire de 107 ha de vignes en Côte-d’Or, élevera le vin avant de le remettre à son acquéreur, en bouteilles, comme le veut la tradition. 

La Maison Albert Bichot qui fait de la vente des vins un élément fort de stratégie commerciale a acquis au total 98 pièces pour 2,974 millions d’€. Les bénéfices de la vente reviennent au centre hospitalier de Beaune. C.P.

 

• Des récompenses pour deux maisons de vin bourguignonnes

buxy
© Vignerons de Buxy


La Cave Coopérative des Vignerons de Buxy (Saône-et-Loire) remporte l’appel à projets du fabricant de bouteilles Verallia et de l’Association Vignerons en Développement Durable, catégorie lutte contre le changement climatique.
L’opératrice viticole est récompensée à hauteur de 5.000 € par ce fabricant de bouteilles pour sa thermo-nébulisation dédiée à la protection des vignes contre les destructrices gelées de printemps. Quésaco ?
Il s’agit d’une solution écologique utilisant un mélange de glycérol et d’oligoéléments 100% naturels. Elle relègue ainsi aux oubliettes les vieilles pratiques des chaufferettes, paille brûlée et brûleurs à propane.

 

fetesdenoel
 

delaunay
Laurent Delaunay. © Traces Ecrites

 

Laurent Delaunay aura eu raison de relancer il y a trois ans la maison de vin familiale de Côte-d’Or. Au dernier concours de dégustation l’International Wine Challenge 2020, il décroche une double distinction mondiale. Son collaborateur, Christophe Briotet, ancien responsable de cave au domaine du lycée viticole de Beaune, se voit gratifier du titre de meilleur vinificateur au monde pour les vins rouges.
Et c’est justement Le Clos de la Roche Grand Cru 2017 de la maison qui cumule le trophée du meilleur vin rouge bourguignon, du meilleur vin rouge français et du meilleur Pinot Noir du monde ! Très rigoureux et apprécié, ce concours réunissait 11.000 vins, dont 6.000 français. Les 90 jurés, parmi les meilleurs spécialistes anglo-saxons ont imposé que chaque vin soit dégusté au moins trois fois. La cave coopérative La Chablisienne (Yonne) obtient de son côté avec son grand cru Les Clos, le titre de meilleur chardonnay bourguignon et français. D.H. 

Commentez !

Combien font "7 plus 4" ?