ECO)BREF. Beaucoup de Bourguignons et de Franc-Comtois ont profité des vacances scolaires pour prendre l’air. Pour leur rentrée qui correspond au début des vacances de leurs voisins alsaciens et lorrains, retour sur 15 jours d’actualité économique.
Hermès inaugure sa troisième manufacture en Franche-Comté. L’équipementier automobile Voestalpine investit 20 millions d’€ près de Belfort. Le plasturgiste Benvic devient italien. Kuhn annonce une croissance à deux chiffres pour son 190ème anniversaire. La Société Est Métropoles construit à Dijon le plus grand complexe en bois de France pour la Caisse d’Épargne Bourgogne-Franche-Comté. Une troisième École de production en Bourgogne-Franche-Comté.

 - Hermès inaugure sa troisième manufacture en Franche-Comté.

 

 

sitehermes
La nouvelle manufacture Hermès sur la zone de Technoland, dans le Pays de Montbéliard. © Benoit Teillet.

 

La manufacture de l’Allan, la troisième que compte Hermès dans le pays de Montbéliard (Doubs), a été inaugurée le 6 avril par Emmanuel Pommier, le directeur général d’Hermès maroquinerie-sellerie, sur la zone d’activités Technoland 2. On y fabrique notamment depuis fin 2017, les sacs Kelly, l’emblématique “petit sac pour dame” des années 30.
Un premier atelier de maroquinerie de la maison de luxe avait ouvert en 1996 à Seloncourt, également dans le Doubs, puis un second dix ans plus tard, dans une ancienne usine textile d’Héricourt (Haute-Saône). A eux deux, ils emploient déjà 500 compagnons maroquiniers. La manufacture de l’Allan d’ici 2023, emploiera quelque 250 personnes. M.C.

 

- L’équipementier automobile Voestalpine investit 20 millions d’€ près de Belfort.

 

voestalpine
Voestalpine confirme son ancrage à Fontaine, près de Belfort. © Voestalpine.


Spécialisé dans le découpage et l’emboutissage de pièces pour l’automobile, Voestalpine Automotive Conponents prévoit une extension de 10.000 m² de son site de Fontaine, entre Belfort et Mulhouse,  qui doublera la surface actuelle. Le plus grand bâtiment, de quelque 6.000 m², accueillera une nouvelle presse d'emboutissage à chaud de quelque 1.600 tonnes, pour réaliser des pièces de plus grande taille.

L'investissement opérationnel à l'horizon 2022 s'élève à 11 millions d'€. Un second bâtiment sera affecté à la  logistique pour un investissement de l'ordre de 9 millions d’€.  L’essentiel de l’activité de Voestalpine est dédié aux usines PSA de Mulhouse et de Sochaux. P.-Y.R.

 

 sipoagenda


- Le plasturgiste Benvic devient italien.

 

 

lucmertens
Luc Mertens, directeur général de Benvic et actionnaire auprès du fonds italien Investindustrial. © Traces Ecrites.


Le numéro un européen des mélanges de poudres et compounds PVC, référence pour le secteur du bâtiment pour lequel il fournit notamment les fabricants de fenêtres, est repris par Investindustrial, société d’investissement de l’Italien Andrea Bonomi. Il était la propriété du le fonds américain Opengate Capital. Luc Mertens, le directeur général entre au capital avec une partie du management.
Benvic (chiffre d’affaires de 200 millions d’€, 250 salariés à Dijon, en Espagne et en Italie) injecte 4 millions d’€ dans son outil industriel pour accroître ses capacités de production. Il se dotera, en septembre prochain, d’une nouvelle ligne à Dijon et, d’une autre sur le site espagnol de Barcelone, en fin d’année. D.H.

 cdjura

 

- Kuhn annonce une croissance à deux chiffres pour son 190ème anniversaire.

 

kuhnengin
Kuhn est devenu l'un des géants du machinisme agricole. © Kuhn.

 

Pour ses 190 ans qu’il va fêter cette année, Kuhn approche à nouveau le milliard d’€ de chiffre d’affaires, avec un ratio de rentabilité figurant parmi les meilleurs millésimes (bénéfice d’exploitation de 83 millions d’€). Le fabricant alsacien de machines agricoles a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 966 millions d’€ (+ 13%)  – son record remonte à 2013 avec 1,048 milliard d’€.
Sur son siège historique de Saverne (Bas-Rhin) où sont fabriqués faucheuses, faneuses, semoirs, et autres herses rotatives, la société du groupe suisse Bucher a investi fin 2017 dans un centre de stockage de pièces pour 17 millions d’€. Kuhn emploie 5.230 salariés dans le monde dont 1.500 à Saverne et la commune voisine de Monswiller. M.N.

 LCR


- La Société Est Métropoles construit à Dijon le plus grand complexe en bois de France pour la Caisse d’Epargne Bourgogne-Franche-Comté.

 

maquettesemcebfc
La maquette du siège de la Caisse d'Epargne (à gauche) et du parking silo, signés Graam Architecture.© Traces Ecrites.

 

En prélude au 8ème Forum International Bois Construction qui s’est tenu du 11 au 13 avril à Dijon, la Société Est Métropoles (SEM) et la  Caisse d’Epargne Bourgogne-Franche-Comté ont présenté officiellement leur projet d’immeuble de six étages et de parking silo tout en bois. Ou presque (à l’exception des dalles et des planchers, en béton. « Avec 9.000 m3, le parking est le plus gros chantier bois de France », affirme Thierry Coursin, PDG de la SEM. Et sans doute le seul démontable : « 83% de la matière brute pourront être réutilisée ailleurs. »
Des ouvrages de cette taille constituent une première à Dijon où le bois est peu utilisé en dehors des revêtements de façades, pour l’esthétique ou l’isolation thermique. La livraison du siège de la Caisse d’Epargne de Bourgogne-Franche-Comté, sur le parc Valmy,  est prévue pour fin 2019-début 2020 (coût : 22 millions d’€ TTC en travaux) et le parking situé à proxmité, fin 2018 (coût 25 millions d’€ TTC, maîtrise d'oeuvre comprise). C.P.

 

 négociants

 

- Une troisième Ecole de production en Bourgogne-Franche-Comté.

ecoleprodbesac
L'École de production de Besançon forme des jeunes sortis du système scolaire aux métiers de l'usinage. © Traces Ecrites.

 

Troisième initiative du genre de l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) en Bourgogne-Franche-Comté après Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et Dole (Jura), l’École de production de Besançon a été lancée officiellement le 16 avril. Installée à Palente dans les anciens locaux de l’entreprise Polycaptil dotés de fraiseuses et de tours numériques, l’école forme des jeunes qu ont décroché du système scolaire classique, aux métiers de l’usinage.

De 10 actuellement en préparation d’un CAP conducteur d’installation de production, l’effectif devrait accueillir en vitesse de croisière 40 à 45 jeunes. Les entreprises partenaires s’engagent à commander des pièces et des séries de pièces, car l’établissement veut trouver progressivement au moins 40% d’autofinancement. D.H.

 

bandeau635x106

 

A relire aussi

 

L'année de la Renaissance à Langres.

 

maisonrenaissance
L'une des maisons Renaissance de Langres les mieux conservées, rouvrira au public après une période de travaux, le 26 avril. Elle est l'une des attractions de l'année Renaissance à Langres qui évoque pendant toute la belle saison, l'architecture et le mode de vie de cette époque dans la cité fortifiée de Haute-Marne, la plus importante d'Europe. © Jean-Francois FeutriezJean-Francois Feutriez.

Commentez !

Combien font "6 plus 8" ?