AFULudine lève 1,2 million d’€ pour commercialiser son lubrifiant sans huile. Le jurassien Cartonéo inaugure un investissement de 6,5 millions d’€. Burocom entre dans le groupe C’PRO. Segula Technologies inaugure son nouveau centre technique à Montbéliard. Besançon attend du neuf pour son immobilier d’entreprise. Le Pays Lédonien obtient le label « French Impact ». Delfingen : progression de l’activité, mais baisse des résultats. Livdeo et son audioguide du Musée des Beaux-Arts de Besançon nominés aux Glami Awards du MusWeb de Boston. De nouveaux locaux pour l’Agence Économique Régionale Bourgogne-Franche-Comté à Besançon.

• Le fabricant de lubrifiants sans huile, AFULudine, lève 1,2 million d’€ pour asseoir ses marchés

Désormais installé à Dole sur 600 m2, le fabricant de lubrifiants sans huile, AFULudine né à Besançon des laboratoires de l’institut Femto-ST, vient de clôturer une levée de fonds de 1,2 million d’€ auprès d’investisseurs régionaux. Il s’agit de BFC Croissance et Innovation, Invest PME (groupe Siparex), du Crédit Agricole Franche-Comté Investissement et de Zébu Développement.
Les nouveaux associés qui détiennent une part à peu près équivalente des actions de la SAS ont ensemble la majorité du capital, mais les cofondateurs conservent le pouvoir décisionnel, précise Fabrice Lallemand, président. À l’instar de BFC Croissance et Innovation qui accompagne la start-up pendant 5 ou 6 ans, ces investisseurs n’ont pas tous vocation à rester durablement, mais à financer son développement.
AFULudine cherchait des moyens pour organiser sa force commerciale et marketing sur quatre segments différents. La start-up a démarré sur le marché des industriels, des découpeurs-emboutisseurs principalement qui utilisent quotidiennement de l’huile pour leurs outils et leurs machines. Celui du grand public s’est ouvert par un partenariat avec Onyx, distributeur de produits de bricolage qui les installent dans les grandes surfaces spécialisées.
Les artisans constituent un troisième marché de cibles très différenciées, des plaquistes aux garagistes en passant par les coiffeurs. Enfin, le quatrième, tout neuf, est celui du sport, le vélo en particulier, dans une pratique familiale comme de compétition. AFULudine espère trouver de vitrines dans des partenariats avec des club  de haut niveau. Un premier a été établi avec le Roller Club de Quingey (Doubs) « Les quatre marchés permettent de limiter les risques, mais ils empruntent des canaux de distribution très différents et une communication spécifique », commente Fabrice Lallemand.
Un premier technicien commercial va prochainement rejoindre l’équipe de 12 personnes qui se renforcera également d’opérateurs, notamment des électroniciens. Car AFULudine lance une nouvelle activité, complémentaire : la fabrication de matériels de pulvérisation.
L’objectif est de produire 100.000 litres de ce lubrifiant qui se caractérise par sa composition sans produit chimique, seulement faite d’eau, d’alcool et de molécules actives neutres. C.P.
 

femmeseco

 

 • Le jurassien Cartonéo inaugure un investissement de 6,5 millions d’€

cartoneo
© Cartonéo.

Il a fallu construire un bâtiment de 3.000 m2 pour loger l’engin. Pas moins de 13 semi-remorques l’ont livré et il aura fallu près de 8 semaines pour l’installer. Il s’agit de l’une des trois imprimantes numériques en Europe et la seule de France longue de 36 mètres et capable de sortir 5.000 feuilles/heure personnalisables.
La machine a rejoint le site du jurassien Cartonéo de Vaux-lès-Saint-Claude, entreprise familiale que dirige Edmond Perrier et qui affiche 122 années au compteur. « L’équipement, qui a coûté 6,5 millions d'€ d'investissement au total, nous permettra de réaliser des séries multi-références à l’attention notamment de fournisseurs de la grande distribution », explique le dirigeant.
Ce spécialiste de la conception, de l’impression offset/numérique, ainsi que de la fabrication de packagings et PLV en carton compact ou ondulé recyclé (un carton se recycle 10 fois en moyenne), réalise un chiffre d’affaires de 22 millions d’€ et emploie 110 personnes avec ses deux autres sites dans l’Ain et en Rhône-Alpes. D.H.

 

crri

 
• Burocom  entre dans le groupe C’PRO

Roland Girard, président du groupe Burocom l’a annoncé lors la 3ème édition du Concentré de Numérique qu’il a organisé à Besançon les 28 et 29 mars dernier. La société bisontine, spécialiste des solutions de bureautique, entre dans le groupe C’PRO, l’un des gros intégrateurs nationaux (1.400 salariés) en matière de bureautique, informatique, hébergement de données, gestion documentaire et téléphonie qui devient majoritaire à hauteur de 60% du capital.
Implanté à Valence, C’PRO possède 88 agences sur le territoire national. Il avait déjà acquis dans l’Est, fin 2018, le revendeur Lorraine Repro (chiffre d’affaires de 16 millions d’€, 60 salariés) à Nancy.
Roland Girard, toujours associé à hauteur de 40%, reste aux commandes pour accompagner le renforcement dans les métiers de l’informatique et des télécoms. Il peut déjà s’appuyer sur les compétences de SV Bureau (chiffre d’affaires de 1,5 million d’€, 6 salariés) implantée à Besançon et Montbéliard. Burocom (chiffre d’affaires de 7,5 millions d’€, 42 salariés) qui exploite 7 agences en Franche-Comté compte également s’implanter en Bourgogne.  C’PRO est déjà présent dans l’Yonne depuis 2017, après le rachat de Yonne Copie à Auxerre. C.P.

• Segula Technologie inaugure son nouveau centre technique à Montbéliard


segula
Le centre technique de Segula Technologies à Brognard construit par LCR avec le crédit bailleur Bâtifranc. © Ligne Bleue.

Livré et désormais inauguré, ce jeudi 4 avril ! Le nouveau centre technique que le crédit-bailleur Batifranc et le contractant général LCR ont construit pour Segula Technologies dans le parc d’activités de Technoland à Brognard, dans le Pays de Montbéliard accompagne le développement de la société d’ingénierie, partenaire historique de PSA Sochaux et Mulhouse. Le bâtiment de 2.500 m2 hébergera à terme 200 ingénieurs dont une trentaine recrutés cette année.
Dédié aux constructeurs et équipementiers automobile, le centre technique est équipée d’outils d’assistance aux opérateurs : de réalité augmentée qui leurs permettent d’ajuster et de vérifier leurs tâches en temps réel (un développement pour Renault), de réalité augmentée par lunettes en soutien à la maintenance préventive (développé pour Fiat Powertrain Technologies) et de contrôle de montage par intelligence artificielle : des signaux visuels ou sonores notifie à l’opérateur en temps réel s’il manipule les bonnes pièces et s’il les assemble correctement. C.P.

 

pub-siege-and-co


• Besançon attend du neuf pour son immobilier d’entreprise

innotech
Innotech, un immeuble construit par Sedia sera livré dans les douze mois. © Donzé Architecte.

Besançon aussi manque de bureaux neufs. Partageant le constat dressé à Strasbourg, Mulhouse et Dijon, l’agence bisontine du cabinet CBRE IDRE Desaulles relève cette pénurie dans son étude annuelle du marché de l’immobilier d’entreprise dans l’agglomération comtoise. L’offre neuve immédiate se limite à 6.460 m2 à fin 2018, « son niveau le plus bas, et elle est dédiée majoritairement à des opérations en compte propre », souligne le directeur d’agence Joël Delbart. Dans ce contexte, le boom des transactions, passé en un an de 6 500 à 29 800 m2 est, à fortement relativiser : il s’explique par les 16.000 m2 que les services d’Etat occuperont dans le pôle Viotte au sortir de la gare de centre-ville.
Sans eux, la demande placée en serait restée à 13.000 m2, score « plutôt faible » pour Besançon selon le cabinet-conseil. De même, l’offre future chiffrée à 20.400 m2 en 2019 et 22.200 m2 au-delà résulte pour beaucoup des prochaines prises en occupation par l’Etat et « de programmes portés par la puissance publique et très typés dans leur affectation », observe Joël Delbart, en référence aux immeubles Innotech et Bio Innovation attendus dans les douze mois sur la zone Temis. Selon ce dernier, des projets privés rencontreraient le succès, compte tenu d’une demande qui ne trouve pas chaussure à son pied aujourd’hui dans le centre-ville ancien, « avec ses contraintes de charges, de mises aux normes et d’accessibilité ».
Le panorama de CBRE IDRE Desaulles pour les locaux d’activités n’est guère plus satisfaisant. Avec 14 % d’un total d’offre disponible de 119.800 m2, le neuf demeure à un niveau « insuffisant ». Il traduit notamment un « manque de surfaces de 2.000 à 5.000 m2 en stockage et logistique près des grands axes routiers ». Deux programmes disponibles sortent du lot : 6.100 m2 restructurés des sites Oz sur la zone de Chalezeule et les 1.120 m2 de Proudreed à Serre-les-Sapins. M.N.

ideapark
Ideapark, des locaux industriels construits par Proudreed à Serre-les-Sapins. © CBRE.

 

btdsystem

 

• Le Pays Lédonien obtient le label « French Impact »

frenchimpact
Les représentants des 50 entreprises du Clus'Ter Jura. © Clus'Ter Jura.

Un nouveau pas vient d’être franchi par le Clus’Ter Jura et ses cinquante entreprises de l’économie sociale et solidaire qui ont permis au Pays Lédonien et ses six communautés de communes de décrocher le label « French Impact ».
La remise s’est déroulée le 22 mars dernier en présence de Christophe Itier, haut-commissaire à l’économie sociale et solidaire. Initiative du gouvernement, lancée début 2018, ce label entend rassembler tous les acteurs qui font de l’innovation sociale un levier de transformation.
A ce jour, 22 structures de l’économie sociale et solidaires et 20 territoires l’ont obtenu. Fédérés dans une association nationale, ils bénéficient d’un soutien en ingénierie, transfert de compétences et mobilisation de financement. D.H.

 

frtpbfc

 

• Delfingen : progression de l’activité, mais baisse des résultats

delfingen
© Delfingen.

L’équipementier automobile franc-comtois, spécialiste de la protection des réseaux embarqués et de tubes techniques pour transfert de fluides, voit son chiffre d’affaires 2018 progresser de 4,9% (+9,6 % à périmètre et taux de change constants), 214 millions d’€. Les ventes de la division Automobile, qui représentent 80 % du chiffre d’affaires total, progressent de 6,4 %, alors que la production automobile mondiale sur la même période est en retrait de 1,0 %.
Dans le même temps, le résultat opérationnel chute de 4 millions à 11,5 millions, avec pour seule explication offerte : « la détérioration du niveau de marge brute de 2 points dans un contexte de fortes tensions et volatilité sur les prix des matières premières. », dixit sec un communiqué de l'entreprise. Quant au résultat net part du groupe, il plonge de 38% à 5,8 millions d’€. D.H.

 caissedepargnebf


• Livdeo et son audioguide du Musée des Beaux-Arts de Besançon nominés aux Glami Awards du MusWeb de Boston

mba
© MBA.

Livdeo, la société de Besançon que dirigent Marc Perrey et Ciprian Melian, est nominée aux Glami Awards du MusWeb de Boston (USA), un événement annuel qui récompense les projets les plus innovants du secteur du patrimoine culturel, avec son  compagnon de visite numérique réalisé pour le Musée des Beaux-Arts de Besançon.
Disponible sur les tablettes et les smartphones des visiteurs, cette solution de diffusion de contenus numérique (GEED) qui fonctionne sans connexion Internet, apporte des commentaires et des images complémentaires lors les visites individuelles et permet un dialogue lors de visites accompagnées ou d’animations en groupes. Le grand oral devant un jury de 40 experts, avec comme concurrents, deux autres entreprises, américaine et australienne, se déroule ce 6 avril. C.P.

 BPBFC

 

aer• De nouveaux locaux pour l’Agence Économique Régionale Bourgogne-Franche-Comté à Besançon

L’ Agence Économique Régionale (AER) Bourgogne-Franche-Comté est désormais installée dans de nouveaux locaux à Besançon, au 46 avenue Villarceau aux côtés des services de la CCI et de l’école de commerce IMEA. Les équipes de promotion et de prospection occupent de façon totalement indépendante, le plateau de bureaux et d’espaces de rencontres situés au premier niveau.
Ils seront inaugurés le 20 juin à l’issue de l’assemblée générale de l’AER que déroulera à la Maison de l’Économie à Besançon.
 « L’Agence travaille depuis très longtemps en excellente intelligence avec les chambres consulaires et nous souhaitons que l’installation dans ces locaux améliore encore la visibilité de ce lien évident et renforce notre coopération », indique Arnaud Marthey, président. 

L’AER conserve son implantation à Dijon, à la Maison régionale de l’Innovation, rue de Sully. D’une quarantaine de personnes, les effectifs se répartissent pour moitié sur le site de Dijon, pour l’autre à Besançon. C.P.



Commentez !

Combien font "2 plus 6" ?