Galilé installe chez Alstom au Creusot un robot de manutention et de soudage hors normes. Création d’un cluster de la construction bois en Bourgogne-Franche-Comté. Un Club French Fab Bourgogne naît en Saône-et-Loire pour promouvoir l’industrie. Laurent Vigneron, nouveau directeur général de Bayard. Le vin de Bourgogne explose ses ventes à l’export. L’UIMM pose la première pierre d’un Pôle d’Excellence en nouvelles technologies de soudage et technologies additives à Chalon-sur-Saône. Beau succès du salon Auto Moto Retro de Dijon. Chalon-sur-Saône achève le réaménagement de son entrée sud. Martine Lota, nouvelle DRH de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté.

• L'industriel Farman (groupe Galilé) innove pour Alstom dans la robotique de soudage

La filiale du groupe industriel bourguignon Galilé a mis au point pour le constructeur ferroviaire Alstom et son site du Creusot (Saône-et-Loire), spécialisé dans les bogies et amortisseurs de trains, un robot très innovant. L’équipement imaginé par Farman, implantée à Tours (Indre-et-Loire), combine trois robots en un, ce qui permet de robotiser des opérations de soudage de pièces en acier ou en inox et de réaliser des opérations de manutention de pièces volumineuses pouvant aller jusqu’à 1 tonne et 5 mètres de long. Il a coûté un million d’€ et compte parmi les très rares exemplaires exploités dans le monde.
Pleinement opérationnel fin mai, mais inauguré ce jeudi 4 avril, le robot réduira par ailleurs la pénibilité de certaines tâches réalisées directement par des opérateurs. Alstom emploie plus de 700 personnes au Creusot et fabriquent en moyenne chaque année 1500 bogies et 15.000 amortisseurs pour l’ensemble de la gamme de matériels roulants du groupe. L’unité génère environ 1 900 emplois chez ses fournisseurs régionaux.
Après un demi-siècle d’aventure aéronautique, Farman s’est ensuite tournée vers l’automobile et les métiers de la soudure. Quant à sa maison-mère Galilé, fondée et dirigée par Eric Michoux, elle fédère 500 salariés et réalise de 70 millions d’€ de chiffre d’affaires en regroupant notamment une dizaine d’entreprises industrielles. D.H.

 

Kremernouvellepub

 

• Création d’un cluster de la construction bois en Bourgogne-Franche-Comté 



parkingsemcebfc
Le parking silo de 563 places entièrement en bois et démontable que construit la Société Est Métropole dans le parc Valmy à Dijon. © Traces Écrites.

Alors que le 9e Forum International Bois Construction s’ouvre ce 3 avril à Épinal (Vosges) et se poursuit jusqu’au 5 avril à Nancy, une dizaine d’acteurs de la construction bois et de la production de matériaux biosourcés en Bourgogne-Franche-Comté viennent de créer, le 27 février dernier, l’Association de préfiguration du cluster régional, Bourgogne-Franche-Comté, de la construction bois.
L’initiative revient à Thierry Coursin, le PDG de Société Est Métropoles qui a fait de la construction bois l’axe de son développement avec la construction en cours d’un parking silo tout en bois sur le parc tertiaire Valmy à Dijon, et président du groupement d’entreprises Forestarius. Christian Balanche, dirigeant de l’entreprise Simonin à Montlebon, dans le Doubs, est le président délégué.
« Ce cluster doit s'intégrer dans le réseau des structures existantes et non développer des concurrences internes à la région », précise l’entrepreneur. Il existe en effet déjà un cluster matériaux biosourcés, le Reci pour « rénovation éco-construction innovante ». Basé à Chalon-sur-Saône et piloté par l'entreprise IDEM, il promeut également le chanvre et le carton recyclé.
Parmi les sujets des travaux du cluster de la construction bois, la promotion du bâtiment bas carbone, de l’économie circulaire avec des bâtiments flexibles et modulables faits d’éléments démontables et réutilisables, et de la maquette numérique (BIM), comme mode de suivi de la construction et de la gestion du bâtiment. C.P.

 

frtpbfc 


• Un Club French Fab Bourgogne naît en Saône-et-Loire pour promouvoir l’industrie

frenchlab
Etudiants à la découverte des entreprises industrielles au French Tour Lab de passage au Creusot le 21 mars 2019.

De passage le 21 mars au Creusot, dans leader de la Semaine de l’Industrie, le French Fab Tour débouche sur le projet de création d’une déclinaison bourguignonne de cet étendard de l’industrie française lancé par Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances en 2017.
Sandrine Lonak, responsable Développement commercial & Industrialisation des nouveaux produits chez BSE Electronic au Creusot  et Romain Pellet, responsable marketing de ATS Ingenierie à Montchanin, sont les chevilles ouvrières du Club French Fab Bourgogne avec le soutien de la French Fab & BPI et de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Le bassin d’emploi du Creusot-Montceau est une parfaite illustration des savoir-faire industriels français, entre la métallurgie, la mécanique, l’ingénierie. Régulièrement, leurs entreprises ouvrent leurs portes aux étudiants pour leur faire connaître le potentiel des métiers de l’industrie. Au French Fab Tour, ils sont venus rencontrer des industriels, CV en main. « On attendait beacoup d’étudiants, on a pas été déçus », commente Rodolphe Roy, président d’ATS Ingenierie. C.P.

 

btdsystem

 

Laurent Vigneron entre par la grande porte chez Bayard

Patrick Oudet, patron et sauveur de la marque de vêtements masculins Bayard, a recruté ce mois de janvier Laurent Vigneron au poste de directeur général. Discret et affable, cet homme de 54 ans pourrait même devenir la relève idéale à moyen terme. Son pedigree plaide en sa faveur. Après une maîtrise de sciences de gestion, ce Nancéen d’origine intègre la distribution pour ne plus la quitter depuis.

laurentvigneron

Et excusez du peu : Union des coopérateurs de Lorraine, Go Sport, Naf Naf, Chevignon, où il demeure sept années comme directeur France et Europe des ventes au détail (dites : retail). Puis ce sera l’optique (Afflelou), la VPC, avec les 3 Suisses, comme directeur de la filiale belge et aussi tout l’international. Ses pas le conduisent après en Afrique (Cameroun, Côte-d’Ivoire…) où il construit et exploite des centres commerciaux. Enfin c’est la rencontre avec Patrick Oudet et le courant passe. La suite s’écrira…, demain ou après-demain. D.H.

 

• Le vin de Bourgogne explose ses ventes à l’export

latour
Cave des vieux millésimes chez le négociant beaunois Louis Latour. © Louis Latour.

On frise le milliard d’€ pour le vin de Bourgogne à l’international avec des ventes passant de 907 millions d’€ en 2017 à 940 millions cette année, soit une progression de 3,7 %. Les marchés asiatiques, nord-américains et scandinaves ont permis d’accroître cette performance, dont 37 % de plus en valeur absolue  à mettre à l’actif de Hong Kong, plaque tournante pour les réexportations en Asie. La hausse est liée à une meilleure valorisation, puisque le volume expédié est resté stable (+ 0,2 % seulement).
Cette très faible progression en volume s’explique surtout par un fort recul au Royaume-Uni, qui souffre du manque de Chablis, alors que trois marchés ont soutenu le flux : États-Unis, Canada et Suède (600 000 bouteilles supplémentaires chacun). La Chine n’est pas bien orientée, mais le vignoble bourguignon y limite la perte (elle a nettement ralenti ses importations de vins AOC français : - 25 %). Le plus inquiétant se trouve au Japon qui réduit ses volumes pour la 7ème année consécutive depuis le record de 2012. Le Crémant de Bourgogne, lui, continue de battre des records. D.H.

 

negociants

 

• Un Pôle d’excellence en nouvelles technologies de Soudage, additives et numérique

poleuimm

Ce pôle ouvrira en 2020 et ambitionne de former les apprentis aux nouvelles technologies : soudage robotisé, impression 3D métal, usinage robotique… Mais également structurer une filière complète du Bac à l’ingénieur.
Le coût matériel de ce projet d’avenir s’élève à 7,1 millions d’€, financé à hauteur de 3.2 millions d’€ par l’UIMM nationale, 3 millions par la Région Bourgogne-Franche-Comté, 476 000 € par le Centre de Formation d’Apprentis de l’Industrie, 200 000 € par le Grand Chalon et 200 000 € par l’UIMM 71.
Au sein du pôle, un espace de production « usine du futur » sera créé, avec des équipements connectés, de la cobotique, de la réalité virtuelle et augmentée. Le but étant de former aux besoins futurs des entreprises. Le pôle devrait permettre d’accroître les effectifs de plus de 50% en cinq ans.
Car de nouvelles formations vont voir le jour : chargé d’affaires en chaudronnerie, tuyauterie et soudage, fabrication addictive, procédés innovants appliqués au matériaux… Les formations IUMM Bourgogne concernent actuellement : 360 apprentis (BAC, BTS), 273 alternants (Licence, Master, CQPM en contrat de professionnalisation) et 2000 salariés en formation professionnelle. D.H.

 

crri

 

• Beau succès du salon Auto Moto Retro de Dijon

automotoretro
© P. Maupetit / Dijon Congrexpo.

Avec ses 120 exposants, dont une quarantaine de clubs, pas moins de 400 véhicules et une dizaine d’expositions, du 29 au 31 mars dernier, la quatrième édition du salon Auto Moto Retro de Dijon s’inscrit parmi les premières manifestations nationales du genre.
Malgré une légère baisse de fréquentation, il a attiré 16.100 visiteurs dans un espace plus spacieux et aéré pour un public pour le moins séduit voire admiratif des vieilles Citroën et des magnifiques, voire sublimes, Mini qui fêtent respectivement en 2019, leurs 100 ans et 60 ans. D.H.

 

caissedepargnebf


• Chalon-sur-Saône achève le réaménagement de son entrée sud

chalon
L'immeuble de bureaux qui sera construit à côté du parc public aménagé par le Grand Chalon dans quelques mois. © Desfossey

A partir de fin juin 2019, sur la parcelle de 19.600 m2 qui accueillait jusqu’en 2017 l’ancienne Halle Freyssinet, sur la commune de Saint-Rémy, le Grand Chalon va lancer l’aménagement d’un parc paysager offrant trois types d’espaces de détente et de loisirs : des équipements sportifs (2 terrains de basket, 2 de tennis et 1 agrès de fitness et cross fit), de la végétation dense et un espace de convivialité, agrémenté de petits bosquets. 
Mais la vocation économique du site est préservé.
Le groupe hôtelier Desfossey va réhabiliter un bâtiment industriel (celui de la STEF) pour y réaliser plus de 5.000 m2 de locaux tertiaires sur 6 niveaux et un parking de 211 places. Le permis de construire vient d’être délivré. Le projet se situe dans l’environnement des immeubles de bureaux du programme Sucrerie Blanche porté par la SCI L’Immobilière et rue Grange Frangy (SCI Manouchka), dont l’achèvement est prévu pour le second semestre 2019.
En mai 2017, le Grand Chalon avait obtenu la résolution de la vente du terrain, récupérant la propriété de la parcelle et dans la foulée, démoli la halle. La collectivité engage dans ce projet 2,142 millions d'€  (démolition,  parc paysager et voiries) qu’elle compte achever fin 2019 ou début 2020. C.P.

Martine Lota, nouvelle DRH de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté

bpbfc

Par le bénéfice d’une mobilité au sein du groupe bancaire mutualiste, Martine Lota quitte la Banque Populaire des Alpes pour celle de Bourgogne Franche-Comté. Cette « bleue » dans le jargon interne (couleur des Banques Populaires) a pourtant longtemps été rouge, c’est-à-dire une collaboratrice de la banque amie, la Caisse d’Épargne, d’abord en tant que directrice de centres d’affaires, puis chef de projet et directrice de groupe.  
L’année 2007 voit cette titulaire d’un DESS en Finances, doublé d'un diplôme d’études comptables supérieures, intégrer la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes à la direction des ressources humaines.  Au siège dijonnais de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, elle remplace Yves Colin, parti à la retraite. D.H.

Commentez !

Combien font "7 plus 8" ?