EssentielECO)BREF. Retour sur l'actualité de l'été.

- En liquidation judiciaire depuis mai 2012, la papeterie de Novillars (Doubs) redémarre en cette rentrée, sous la houlette de l'industriel libanais Fadi Gemayel. La papeterie va fabriquer du papier recyclé servant à la fabrication de l’alvéolé des cartons d’emballage. Oséo et les collectivités locales accompagnent l'investissement de 3 millions d'€ pour moderniser l'outil de production.

Le repreneur compte aussi relancer le projet de centrale de cogénération à biomasse porté par l'ancien propriétaire pour le chauffage de l'usine. Une quarantaine de recrutements sont annoncés : ingénieurs, comptables, techniciens, ouvriers de production.

- En gestation depuis plus d'un an, le projet d'une unité de méthanisation porté par Naskeo Environnement, s'installera sur un terrain de 21 700 m2, dans la zone artisanale La Combe, à Brevans, au nord de Dole (Jura). D'une capacité annuelle de 30 000 tonnes, l'usine fonctionnera avec des déchets verts et agricoles. Tenant compte des déclarations administratives et agréments à obtenir, Dole Biogaz, société détenue à 100% par Naskeo Environnement, annonce une mise en service courant 2016. L'installation devrait générer 6 emplois.

-  Beaune qui revendique justement le titre de capitale du vin de Bourgogne n'est pas en reste, après son élimination du réseau des cités de la gastronomie. Relire l'article de Traces Ecrites News ici. Le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) a annoncé cet été un investissement de 10 millions d’€ dans une cité des vins. Trois bâtiments distincts de 1100 m2 intégreront un parcours initiatique, des espaces de réception, d’animation et d’exposition, ainsi qu’une école des vins ouverte au grand public comme aux professionnels.

L’exploitation du site sera, soit confiée à une structure had hoc, soit déléguée à une société spécialisée. Cette réalisation n'entre pas en concurrence avec la cité de la gastronomie de Dijon, assurent ses promoteurs. La vinothèque beaunoise sera exclusivement dédiée aux vins de Bourgogne, celle de Dijon sera internationale.

La future fromagerie Delin sur la nouvelle zone d'activités de Gilly-lès-Cîteaux.
La future fromagerie Delin sur la nouvelle zone d'activités de Gilly-lès-Cîteaux.

- Le Crédit Agricole Régions Investissement et Sofiprotéol (investisseur dans la filière des huiles et des protéines) entrent au capital de la Fromagerie Delin (chiffre d'affaires de 9 millions d'€, 49 salariés) qui a posé, fin juillet, la première pierre d'une nouvelle unité de production à Gilly-les-Cîteaux (Côte-d'Or). Les investisseurs ont toutefois refusé de nous préciser à quelle hauteur se situe leur participation.

Cet investissement de 7 millions d'€ permettra de doubler la production des fromages double crème, dont le fameux Brillat-Savarin en démarche d’Indication Géographique Protégée (IGP). Relire à ce sujet l'article de Traces Ecrites News en cliquant ici.

- L'IGP (indication géographique protégée) Absinthe de Pontarlier est née cet été à la grande satisfaction des producteurs francs-comtois qui vivaient mal la concurrence de la fée verte suisse. L'arrêté est paru au Journal officiel du 19 juillet 2013. Relire à ce sujet l'article de Traces Ecrites News ici.

- Les crèches Baby & Co, fondées en 2007 par le groupe Delfingen Industry (Doubs), sont rachetées par La Maison Bleue, acteur important dans la création et la gestion de crèches pour les entreprises et les collectivités (90 crèches, 3 600 berceaux et 1 200 collaborateurs).

Baby & Co compte 5 crèches inter-entreprises en Franche-Comté, Lorraine et Rhône-Alpes et emploie 65 salariés. Une 6ème de 25 places ouvre en ce mois de septembre à Bessoncourt, dans le Pays de Montbéliard et une 7ème en septembre 2014, dans le parc d'activités de la Jonxion, près de la gare TGV de Belfort-Montbéliard.

Toujours à propos de Delfingen.  L'équipementier automobile d'Anteuil (Doubs), spécialiste des gaines de protection des faisceaux électriques et des tubes de transfert de fluides, transfèrera le 19 septembre sa cotation boursière d'Euronext vers Alternext. Il tire aussi très bien son épingle du jeu économique. Au premier trimestre son chiffre d'affaires progresse de 10% à 64,4 millions d'€, grâce aux marchés américain et asiatique.

Grâce à ce contrat avec le turbinier allemand, FrancEole s'assure une meilleure visibilité sur le marché de l'éolien toujours instable.
Grâce à ce contrat avec le turbinier allemand, FrancEole s'assure une meilleure visibilité sur le marché de l'éolien toujours instable.

- FrancEole, fabricant bourguignon de mâts éoliens, vient de signer un contrat de près de 10 millions d’€ avec le turbinier allemand Siemens.

Il concerne la réalisation de 24 mâts, d’une hauteur de 10 mètres et de 4 segments chacun.

Grâce à cette commande, Siemens équipera plusieurs parcs dans les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie avec sa nouvelle génération de turbines terrestres d’une puissance unitaire de 3 mégawatts.

« L’accord avec Siemens participe à l’amélioration de notre visibilité sur le marché de l’éolien qui reste encore à stabiliser », souligne Jean-Pierre Gorgé, président de FrancEole. Il fut aussi un travail de longue haleine, le temps d’obtenir le référencement de ce donneur d’ordres.

FranceÉole a été créée il y à peine un an par Pélican Venture, holding familiale du groupe Gorgé, suite au rachat des sites Siag du Creusot (Saône-et-Loire) et Céole, situé près de Dijon (Côte-d’Or). L’entreprise emploie 200 personnes et réalise plus de 30 millions d’€ de chiffre d’affaires.

De son côté, Siemens (secteur energy) est un constructeur de turbines, avec un parc installé comprenant plus de 12 000 turbines dans le monde, pour une puissance cumulée d’environ 20 000 mégawatts. En France, ses éoliennes équipent déjà une quinzaine de parcs terrestres pour une puissance cumulée supérieure à 300 mégawatts.

L’entreprise réalise dans l’énergie un chiffre d’affaires global de 27,5 milliards d’€, exercice clos fin septembre 2012. Elle exploite un centre de compétence mondial à Grenoble (Rhône-Alpes) et deux sites industriels (Grenoble et Saint-Louis, en Alsace).

- L'enseigne de magasins éphémères Chronostock a débarqué à Dijon en juillet. D'une surface de 140 m2, le point de vente situé rue de la Liberté, en plein centre-ville, fermera le 15 février 2014. D'ici là, il aura écoulé de la marchandise de petit électroménager et accessoires de cuisine « à des prix 20 à 70% moins chers que le commerce traditionnel ».

Il s'agit essentiellement d'invendus ou de produits impropres à la distribution traditionnelle (emballages abîmés par ex) en provenance des grossistes et fabricants. Edouard de Jandin et Bruno Poncet ont créé ce type de magasins à Lyon en 2008 et affichent un chiffre d'affaires de 12 millions d'€.

- Cristel, numéro un français des articles de cuisson haut de gamme en inox implanté à Fesches-le-Châtel (Doubs), nous rappelle opportunément deux dates importantes de salons professionnels où il exposera. Maison&Objet se déroule du 6 au 10 septembre au Parc des expositions Paris Nord-Villepinte et le salon Macef a lieu dans la foulée à Milan du 12 au 15 septembre.

Commentez !

Combien font "3 plus 7" ?