Une ambiance (non contractuelle) de la cité de la gastronomie (Anthony Béchu, architectes)
Une ambiance (non contractuelle) de la cité de la gastronomie (Anthony Béchu, architecte)

ECO)BREF.

- Elue cité de la gastronomie avec Tours, Lyon et Rungis, Dijon voudrait être la première à ouvrir dès juin 2016 sur 3 ha du site de l'ancien hôpital du centre-ville.

La ville lance un appel à manifestation d'intérêt (date limite des candidatures le 2 septembre) pour construire et exploiter le projet de 17 000 m2 qui comprendra 4 pôles, principalement dans les bâtiments classés monuments historiques : culturel (musée, centre de formation, écoles hôtelière et de sommellerie), commercial (vinothèque, marché couvert, aire de pique nique, commerces), d'hébergement (hôtel haut de gamme et résidence hôtelière) et logistique (accueil du public, bureaux du gestionnaire).

Ce partenariat public privé vise à réduire le plus possible les financements publics d'un projet estimé à 54 millions d'€.

Approuvée par le conseil municipal de Dijon le 24 juin, la procédure de consultation sera examinée jeudi par le conseil d'agglomération du Grand Dijon. Un écoquartier de 600 logements, sur les 3 ha restants du site, est lancé parallèlement. « Rien n’empêche un candidat d’englober l’écoquartier dans son projet afin d’en favoriser l’équilibre financier », précise t-on à la mairie de Dijon.

Associée à la candidature de Beaune, la filière viticole bourguignonne porteuse d'un projet de Cité des Vins de Bourgogne se rallie à la cité élue. Côté politique, ce n'est pas encore le cas. « Une cité de la gastronomie qui n'en sera pas une !!!  » déclare le maire de Beaune sur Twitter : Alain Suguenot ‏@A_Suguenot 20 Juin

Les cités de la gastronomie sont destinées à promouvoir le repas gastronomique des Français, entré au patrimoine de l'Unesco en 2010.

- PSA Peugeot Citroën a annoncé hier 25 juin qu'il allait recruter 200 personnes supplémentaires sur son site de Mulhouse (Haut-Rhin) en septembre afin d'augmenter la production de son nouveau crossover urbain, le Peugeot 2008.

Fin mai, le constructeur automobile avait déjà annoncé le recrutement d'une centaine d'intérimaires et de contrats d’insertion. L'arrivée d'environ 200 personnes supplémentaires va permettre de monter une équipe complète. Les postes non pourvus par les mutations des salariés volontaires des usines d’Aulnay et Rennes, le seront en intérim sur le bassin d'emploi mulhousien.

Pour doubler la production (616 véhicules/jour mi octobre), les lignes de la 2008 tourneront 13 samedis matin de septembre à décembre en heures supplémentaires majorées à 45 % : cela concernera 1500 personnes en alternance un samedi sur deux.

L’usine de Mulhouse emploie actuellement 7 700 salariés permanents et environ 300 intérimaires.

Provéa fabrique des équipements pour la fabrication de tubes.
Provéa fabrique des équipements pour la fabrication de tubes.

- Provéa, spécialisée dans les équipements pour la fabrication de tubes à Venarey-lès-Laumes (Côte-d'Or) livre un nouvel équipement de contrôle qualité des tubes à la Cofrend, seul organisme en France habilité à former et à certifier les experts en Contrôle Non Destructif (CND).

En association avec Foerster France pour le matériel lié au courant de Foucault, Provéa a conçu un banc complet : chargement du tube, entraînement de celui-ci, centrage de précision, réglages de la position des éléments de contrôle vis-à-vis de l’axe du tube, etc.

Provéa fait partie du réseau Galilé. Lire à ce sujet les articles de Traces Ecrites News : Escofier, le dernier mohican de la machine-outil française et CLM, le lilliputien du nucléaire français.

- La banque publique d'investissement (BPI) est opérationnelle en Franche-Comté depuis le 20 juin. Présidée par Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional - pilote du réseau en tant que chef de file du développement économique -, la BPI est dirigée par Jérôme Bouquet, directeur régional d'Oséo.

La BPI regroupe Oséo, CDC Entreprises et le fonds stratégique d'investissement (FSI) pour le financement des entreprises.

Elle est installée au Parc Artemis, 17 D, rue Alain Savary - 25000 Besançon. Tél : 03 81 47 08 30.

- La France suspend les taxes d'aviation civile et de solidarité aux vols du secteur helvétique de l'aéroport de Bâle-Mulhouse qui devaient être applicables au 1er juillet 2013, en attendant des négociations avec la Suisse.

Bien que la convention de 1949 stipule que le droit français est mis en oeuvre sur l'ensemble de la plateforme en matière fiscale et sociale, la législation suisse, plus favorable aux entreprises, s'est toujours appliquée en zone douanière suisse.

En savoir plus : 24heures.ch

Relire aussi l'article de Traces Ecrites News : Le droit du travail spécial attend le verdict du terrain.

 

Commentez !

Combien font "4 plus 10" ?