EOLIEN. Mise à jour 2-01-2013. Le 28 décembre 2012, le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône a validé la reprise de Siag France, fabricant de mâts d'éoliennes au Creusot (Saône-et-Loire) par Pelican Venture.

Seul à avoir déposé une offre, le holding de contrôle du groupe industriel Gorgé conserve les 82 contrats à durée indéterminée ainsi que les contrats de professionnalisation et d'apprentissage.

Il y a quelques mois, la société a déjà repris Céole, également fabricant de mâts d'éoliennes, basé à Dijon.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Un + un = deux ! Après le Côte-d’Orien Céole à la fin de cet été, Pélican Venture s'offre  Siag (un peu moins de 20 millions d’€ de chiffre d’affaires), le second fabricant national de mâts éoliens, lui aussi bourguignon, implanté sur la commune du Creusot (Saône-et-Loire).

Le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône qui s'était donné un répit jusqu'au 28 décembre pour statuer sur le sort de l'entreprise, en redressement judiciaire depuis le 18 octobre dernier, a validé l'offre du holding de contrôle du groupe industriel Gorgé.

Les difficultés de la filiale française du groupe allemand Siag proviennent d’une rétractation du marché de l’éolien, mais également de la boulimie de croissance externe de sa maison-mère d'outre-Rhin qui, telle la grenouille, a voulu se faire plus grosse que le boeuf.

Siag a successivement installé une filiale aux Etats-Unis, créé une usine en Égypte, fortement malmenée par les événements locaux, et acheté d’anciens chantiers navals pour les transformer en site éolien off shore, le tout dans une conjoncture plus que difficile qui l’a menée, elle aussi, au redressement judiciaire.

Un pari sur l’avenir

Le holding de contrôle du groupe Gorgé hérite certes d’une entreprise endettée «de plusieurs millions d’€», mais qui possède des atouts non négligeables : un site bien équipé et un effectif de 82 salariés, aux compétences reconnues.

Avec le contrôle des deux fabricants de mâts éoliens français, l’industriel très présent dans les équipements énergétiques, fait un pari sur l’avenir.

«Il croit à terme dans un rebond de l’éolien et se positionne judicieusement en conséquence», relate un interlocuteur proche du dossier et qui préfère conserver l’anonymat.

Fondé en 1990 par Jean-Pierre Gorgé et aujourd'hui dirigé par son fils Raphaël, le groupe éponyme chapeauté par la holding Pelican Venture, développe trois grands métiers. Le premier concerne les systèmes intelligents de sûreté, où il conçoit notamment des équipements de robotique en milieux hostiles et contraints : déminage sous-marin, manipulation de matière radioactive...

Il fabrique par ailleurs des produits spécifiques de protection en milieu nucléaire et est également un opérateur important dans la protection incendie.

Gorgé, qui emploie plus de 1300 collaborateurs, affiche pour son premier semestre 96,8 millions d’€ de chiffre d’affaires, en très léger retrait par rapport à l’an dernier, prouvant ainsi que malgré la crise, il reste financièrement solide.

Crédit photo : Traces Ecrites et Siag

Relire sur le sujet les articles de Traces Ecrites News :

Siag fait la bonne  soudure au féminin

Dominique Legros cède Céole à Pelican Venture

Rien ne va plus dans l'éolien

Commentez !

Combien font "1 plus 4" ?