Dominique Legros, qui vivait depuis février 2012 un redressement judiciaire, préfère ainsi assurer la pérennité de son bébé, né en 2007, tant en termes d’activité que d’emplois.

Pélican Venture est le holding de contrôle du groupe industriel et familial Gorgé, coté à la bourse de Paris (Euronext).

Positionnez votre curseur sur les photos pour lire les légendes et cliquez dessus pour les agrandir.

La vie d’un dirigeant d’entreprise n’est jamais une sinécure et s’apparente bien souvent à un parcours du combattant. Et lorsque l’adversité devient trop forte, mieux vaut avoir l’intelligence d’arrêter.

C’est ce que Dominique Legros vient de faire avec panache en cédant Céole, fabricant de mâts éoliens (*) qu’il avait créé en 2007 à Longvic, près de Dijon (Côte-d’Or), à Pélican Venture, le holding de contrôle du groupe industriel Gorgé.

Placée en redressement judiciaire le 22 février 2012, l’entreprise vivait depuis sous l’emprise d’une période d’observation de six mois, laps de temps salutaire pour trouver un repreneur qui pérennise l’activité et sauvegarde l’ensemble des 60 emplois.

«Il m’était très difficile de repartir sur des bases saines, dans la mesure où j’ai vécu le double handicap d’être endetté, du fait des investissements nécessaires pour développer ce type de production, et d’affronter un marché victime d’une législation de plus en plus dure pour monter des parcs éoliens», explique Dominique Legros.

Implantée sur 6,5 hectares et 10 000 m2 couverts, Céole a injecté plus de 6 millions d’€ d’investissements dans son outil industriel. Le façonnier attitré du Danois Vestas, numéro un mondial de l’éolien, lui aussi en pleine difficulté, livrait jusqu’à 90 mâts par an.

«Il faut 7 à 8 ans en France pour sortir de terre un parc éolien, alors que cela ne prend que deux ans et demi en Allemagne ; si l’on veut respecter l’objectif européen de 23% d’énergies renouvelables consommées, dont 10% d’éolien, soit 19 000 MW terrestres et 6000 MW offshore, il va falloir rapidement changer la donne», argumente Dominique Legros.

Un repreneur solide coté à la bourse de Paris

Président du cluster éolien Wind 4 Futur (**), l’homme militait en ce sens avec la petite cinquantaine d’entreprises qu’il avait su fédérer.

Dominique Legros continuera d'oeuvrer dans cette voie, non seulement à la tête du cluster, mais aussi en tant que conseiller pour Céole.

Car Pélican Venture, holding de contrôle du groupe familial Gorgé, réalise avec cette reprise sa première incursion dans les énergies renouvelables.

L’aventure de ce groupe industriel, dont le siège social est situé à Paris, commence en 1990 avec Jean-Pierre Gorgé et se poursuit depuis l’an dernier avec son fils Raphaël, nommé PDG. Hors Céole, il est constitué de six filiales qui développent trois grands métiers.

Le premier a trait aux systèmes intelligents de sûreté. Il s’agit principalement d’équipements de robotique en milieux hostiles et contraints : déminage sous-marin, manipulation de matière radioactive…

Gorgé réalise aussi des produits spécifiques de protection en milieu nucléaire et est également très présent dans la protection incendie. Coté à la bourse de Paris, il affichait en 2011 un chiffre d’affaires de 228 millions d’€ (plus de 1200 collaborateurs) et compte dorénavant à son capital le Fonds Stratégique d'Investissement (FSI), entré en décembre 2011 à hauteur de 8,40 %.

(*) L’un des deux fabricants français avec l’Allemand Siag, implanté au Creusot (Saône-et-Loire).

Relire sur ce cluster notre article : Naissance d'un cluster éolien Bourgogne

Crédit photo : Philippe Maupetit et Traces Ecrites

Commentez !

Combien font "7 plus 7" ?