Sous les voûtes du cellier de Clervaux, chef de l'architecture cistercienne à Dijon.
Sous les voûtes du cellier de Clervaux, chef d'oeuvre de l'architecture cistercienne à Dijon.

VINS. Dijon a réussi son examen de passage comme cité viticole, dimanche en marge du salon Vinidivio, organisé par la Foire internationale et gastronomique.

Avec environ 150 participants, amateurs de vins et chefs d'entreprise, la 1ère paulée de Dijon n'a rien eu à envier aux ambiances vineuses auxquelles les côtes de Beaune et de Nuits-saint-Georges les ont habitué.

Particularité de cette édition qui en appelles d'autres : elle était totalement bilingue avec, pour hôtes de marque, des vignerons sud-africains.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Très vite le cellier de Clervaux, au centre-ville de Dijon, a emprunté l'atmosphère si particulière des paulées auxquelles les côtes de Beaune et de Nuits-saint-Georges ont habitué les amateurs de vin de Bourgogne.

A l'origine, la paulée est un repas qui réunit - encore aujourd'hui - vignerons et vendangeurs de tout un village ou d'une appellation, à la fin des vendanges.

Depuis, elle a aussi pris des connotations commerciales et touristiques. Les viticulteurs invitent leurs meilleurs clients et les amateurs de vin se joignent à leur table, mais le principe reste le même : chaque convive apporte une bouteille pour la faire goûter à son voisin.

Dimanche soir, en marge du salon Vinidivio organisé au sein de la foire gastronomique de Dijon, on n'a pas failli à la tradition. Les tables se sont remplies de bourgognes, mais aussi de vins du Cap Occidental en Afrique du Sud, l'invité de cette première édition qui avait pour singularité, d'être totalement bilingue.

A écouter leurs commentaires, ce fut un beau cadeau pour la trentaine d'exposants sud-africains du salon qui s'est clos hier soir 4 novembre. Certains étaient d'ailleurs loin d'être néophytes en vins de Bourgogne.

« Je connais même les vins de Bourgogne jusqu'à Vézelay, où je me suis rendue à bicyclette », raconte la propriétaire du Domaine des Dieux, à Hermanus qui a baptisé son Pinot Noir Joséphine en référence au village viticole de Fixin, à la sortie de Dijon qui s'enorgueillit d'un Clos Napoléon en référence à l'enfant du pays Claude Noisot, grand admirateur de l'Empereur.

Cyril Ravaux vinifie un vignoble dans le quartier des Bourroches à Dijon.
Cyril Ravaux vinifie un vignoble dans le quartier des Bourroches à Dijon.

La France, premier pays importateur de vins d'Afrique du Sud

Quant aux vignerons bourguignons, ils se sont employés à expliciter la démarche du président de DijonCongrexpo, passant de table en table pour proposer, magnum en main, de découvrir leur meilleure production.

« Cette première paulée appuie le nouveau concept de la foire gastronomique autour d'un pays producteur de vins de qualité encore méconnu de la plupart des Français, avec un salon dédié à l'intérieur de la manifestation traditionnelle », explique Jean Battault.

Une réorientation circonstancielle, comme le président de DijonCongrexpo l'a rappelé à l'assistance : le choix de Dijon comme l'une des étapes de la cité de la gastronomie et le projet d'inscription de la côte viticole au patrimoine mondial de l'Unesco.

« C'est le vin du kilomètre zéro », s'est exclamé Cyril Ravaux, prenant pour sienne la communication de la ville de Dijon sur la Cité de la gastronomie, « porte d'entrée de la route des grands crus de Bourgogne », en faisant déguster le fruit des 35 ares de Montre-Cul qu'il vinifie dans le quartier des Bourroches à Dijon, un des rares vignobles survivants dans la capitale régionale.

Dégustation de vins d'Afrique du Sud au salon Vinidivio. Photo : Jean-Christophe Tardivon.
Dégustation de vins d'Afrique du Sud au salon Vinidivio. Photo : Jean-Christophe Tardivon.

Pour boucler la boucle, un concours a récompensé les meilleurs crus proposés au salon Vinidivio. C'est Michel Fridjhon, l'un des spécialistes du vin sud-africain les plus renommés qui résume le mieux l'esprit de cette fusion franco-africaine.

« Ne cherchez ni Chablis, ni Meursault sud-africain ! Ils ont leur identité propre (…). La France est aujourd'hui le premier pays importateur de vins d'Afrique du Sud. Preuve que parler de concurrence serait un hors sujet total ».

Photos : Jean-Christophe Tardivon et Traces Ecrites.

   

Commentez !

Combien font "5 plus 2" ?