De Buyer rachète la manufacture de couteaux Rousselon-Dumas-Sabatier à Thiers. SNM Aluminium Industrie dans les Vosges usine deux fois plus vite. Les travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté interpellent par vidéo les candidats aux élections régionales. Six offres en vue de la reprise de Liberty Rail Hayange et d’Ascoval. L’agglo de Mulhouse se crée son agence d’attractivité. Lionel Meunier, directeur général de la Mutualité Française Bourguignonne.


• Le vosgien De Buyer rachète la manufacture de couteaux Rousselon-Dumas-Sabatier à Thiers


Deux grands noms de la fabrication d’ustensiles de cuisine unissent leurs destins. La société De Buyer au Val d’Ajol (Vosges) annonce la reprise de l’intégralité du capital de Rousselon-Dumas-Sabatier installé à Thiers (Puy-de-Dôme), la capitale française de la coutellerie. Le rachat de cette manufacture de couteaux de cuisine (*) fondée en 1852 et propriété de Pascale et Lionel Sol sera effective au 30 juin. Ses 40 salariés (chiffre d’affaires de 6,5 millions d’€) entreront à cette date dans le giron de la PME vosgienne qui emploie 180 personnes.
Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie de croissance externe de De Buyer qui cherche à se constituer un portefeuille de marques complémentaires et reconnues à ses ustensiles de cuisson et de pâtisserie pour les professionnels des métiers de bouche. L’industriel propriété depuis 2015 de la société d’investissement Edify à Luxembourg, réalise un chiffre d’affaires de 36,2 millions d’€. P.B.

(*) Relire pour la coutellerie notre article sur Nogent 3 Étoiles.

 

BEWebinaire

 

• SNM Aluminium Industrie dans les Vosges usine deux fois plus vite

amcc
Le nouveau centre d'usinage vise à augmenter la capacité de production et réduire les délais de fabrication. © AMCC

 
Fabricant de profilés en aluminium du groupe AT Partner, SNM Aluminium Industrie à La Bresse (Vosges) achève un investissement de 1,5 million d’€ dans un centre d’usinage. Opérationnel depuis le mois de mars, ce nouvel outil augmente la capacité de production de 25% pour 2021, puis de 25% supplémentaires en 2022. Il vise aussi des délais de livraisons plus courts, sous six semaines, grâce à un temps d’usinage divisé par deux.
La nouvelle machine promet aussi des économies de matière première en générant moins de chutes, jusqu’à 3%, lors de la fabrication des menuiseries. L’usine de la Bresse emploie 500 salariés dans les Vosges. Elle est dédiée à la fabrication à façon de fenêtres, portes-fenêtres, coulissants et portes pour le marché des professionnels des marques du groupe AT Partner, dont la plus connue est Tryba. C.P.

 

pvffevrier

 

 • Les travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté interpellent par vidéo les candidats aux élections régionales

 

videotp
Pour visionner la vidéo, cliquez sur l’image


Les entreprises des travaux publics vivent principalement de la  commande publique. Aussi, les représentants de la filière ne manquent jamais d’alerter les candidats à toute élection locale. Pour les régionales des 20 et 27 juin prochain, Vincent Martin, président de la Fédération régionale de Bourgogne-Franche-Comté, les interpelle, via une vidéo, sur les missions moteurs  du conseil régional  : l’aménagement du territoire, le développement économique et la formation professionnelle.
Pour la profession, le développement territorial, et notamment rural, passe « obligatoirement » par un réseau d'infrastructures de qualité. Elle compte sur l’appui de la Région pour l’emploi du secteur : 11.000 « non délocalisables » et la préparation des futurs recrues, dont les besoins vont s’accélérer dans les 5 années à venir, précise Vincent Martin.
Cette vidéo a été envoyée aux candidats et à leurs équipes de campagne et est diffusée sur les réseaux sociaux de la FRTP BFC.

 

 L’agglo de Mulhouse se crée son agence d’attractivité

Le territoire de Mulhouse-Sud-Alsace se dotera de sa propre agence d’attractivité, début 2022. Le conseil communautaire de M2A (Mulhouse Alsace Agglomération) en a voté la création le 31 mai. Fruit d’une idée conjointe avec la CCI Alsace Eurométropole, la structure a vocation à assurer le marketing territorial aussi bien en tourisme qu’en développement économique, tout en veillant sur ce dernier point à ne pas empiéter sur les prérogatives de l’Adira, l’agence de développement économique alsacienne.
Dès lors, parmi trois scénarii de profil – purement touristique, « start-up de projets » et agence polyvalent à 360 ° – « c’est le second que nous avons retenu pour commencer, sans exclure d’arriver à terme au troisième », expose Laurent Riche, vice-président de M2A à l’économie et l’emploi. 
Doper le tourisme d’affaires, « faire venir des CSP+ et les garder comme résidents », stimuler les projets et en accompagner les porteurs, figureront au menu de l’agence, selon l’élu.
L’agence prend la forme d’un groupement d’intérêt public, exprimant ainsi sa volonté de s’appuyer sur les compétences et les moyens humains de partenaires comme l’office de tourisme et des congrès de Mulhouse et l’association Mulhouse Musées Sud-Alsace. Son unique salarié dédié sera le directeur, en cours de recrutement pour mettre en musique quelque 60 actions déjà identifiées. M.N.



flandria


• Six offres en vue de la reprise de Liberty Rail Hayange et d’Ascoval

hayange
Bercy devrait donner sa réponse à la mi-juillet concernant la reprise des deux entreprises jugées « stratégiques ». © Philippe Bohlinger

 

Six groupes ont déposé le 2 juin dernier auprès du ministère de l’Economie une offre en vue de la reprise de Liberty Rail Hayange (Moselle) et d’Ascoval (Nord).  Les deux sites industriels qui emploient respectivement 400 et 270 salariés, ont dernièrement fait les frais des difficultés de leur actionnaire GFG Alliance. Le groupe du milliardaire Sanjeev Gupta a en effet été mis en difficulté par la faillite début mars de la société financière britannique Greensill, son principal bailleur de fonds.
Bercy devrait donner sa réponse mi-juillet concernant la reprise de ces deux entreprises qu’il considère comme un « actif stratégique ». Hayange demeure le principal fournisseur de rails de la SNCF, tandis que l’aciérie Ascoval lui livre les demi-produits (blooms) nécessaires à sa production.
Les candidats à la reprise sont : le premier sidérurgiste mondial ArcelorMittal, l’allemand Saarstahl, l’italien Beltrame, l’indien JSW Steel, l’italien Acciaierie Venete et l’espagnol Sidenor. Entré en activité en 1892, le site de production de rails de Hayange a connu une valse de propriétaires ces dernières décennies (Arcelor, Corus Rail, Tata Steel, Greybull Capital, etc.). P.B.


Batifrancun

lionelmeunier• Lionel Meunier, directeur général de la Mutualité Française Bourguignonne

Cet homme de 49 ans succède à Natacha Lecas, en poste depuis 2016. Diplômé du CAFDES (Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale) et formé en école supérieure de commerce, Lionel Meunier rejoint la Mutualité Française Bourguignonne après 13 années passées dans le secteur de l’emploi et de l’insertion par l’activité économique. Entré depuis 12 ans à la Mutualité Française Bourguignonne, il était devenu en 2018 directeur délégué de l’offre de services et de santé. Avec ses 165 sites dans les domaines du grand âge, du handicap, de la santé, de la petite enfance, de l’hospitalisation, et ses 4.400 salariés, l’organisme est un acteur majeur de l’Economie Sociale et Solidaire en Bourgogne - Franche-Comté. D.H.

 

Commentez !

Combien font "2 plus 7" ?