ECO)BREF.
Jean-Pierre Alaux, directeur général d'Eurosit, Didier Arnaud Boréa, directeur général délégué en compagnie de l'explorateur,Jean-Louis Etienne.
Jean-Pierre Alaux, directeur général d'Eurosit, Didier Arnaud Boréa, directeur général délégué et leur équipe, en compagnie de l'explorateur Jean-Louis Etienne.

- Le fabricant nivernais de sièges Eurosit voit son engagement dans le développement durable reconnu par la remise du label Agir pour notre avenir décerné par la compagnie d’assurance Generali France.

Ce certificat distingue les entreprises les plus engagées en matière de prévention des risques et de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE).

Depuis 1994, Eurosit s’est engagée dans des process plus propres et des choix de matériaux moins impactants dans leur transformation.

Elle a réduit de 40% sa consommation d’eau, de gaz et d’électricité. Les eaux usées sont traitées dans une station d’épuration intégrée. Les déchets non recyclables sont traités par des filières agréées produisant de l’énergie. L’utilisation des colles à solvant a ainsi été divisée par 7 depuis 9 ans. Son objectif est de réduire de 10% ses émissions carbone.

Associée d’autres fabricants français de mobilier professionnel, l'entreprise a créé une filière de recyclage du mobilier.

- A compter du 4 février 2015, Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) reprend en régie directe la gestion de l'eau potable et de l'assainissement confié en 1992 pour trente ans à Véolia.

La communauté d'agglomération utilise une décision du Conseil d'État de 2009 qui limite à vingt ans la durée d'une délégation de service public. Les budgets de travaux pour l’eau potable et l'assainissement passeront d’un million d'euros chacun à respectivement 3,25 et 4 millions d'€, détaille Jacques Hélais, président de PMA qui précise que l’agglomération ne court pas le risque de devoir payer des indemnités à Veolia, car « le contrat est amorti ».

- Un 3ème samedi de novembre, le 30, sera travaillé à l'usine PSA de Sochaux sur la ligne de fabrication de la nouvelle 308.

Le succès de sa commercialisation se traduit par un passage de 600 véhicules/jour aujourd'hui à 650 à la fin de l'année.

La CGT rappelle qu'elle est opposée à ces séances de travail supplémentaires obligatoires, préférant le volontariat.

nouvelle plieuse.
La nouvelle plieuse acquise par Fondis.

- La PME alsacienne Fondis reçoit un trophée INPI de l'innovation dans la catégorie Dépôt de Dessins et Modèles.

En 35 ans, le fabricant d'appareils de chauffage et climatisation a déposé 20 brevets, 48 marques et 33 dessins et modèles. Les dernières innovations, aujourd'hui sur le marché : un radiateur électrique en verre à inertie et un climatiseur de caves à vins.

Cette capacité créatrice est motivée par un investissement annuel d'environ 6 % du chiffre d'affaires dans le développement produit et l'affectation de 10 % des effectifs à la R&D.

- Optimization Command & Control Systems (Occs) annonce sa naissance sur la zone de Temis à Besançon. Présidée par Sébastien Salmon, la start-up fabrique un instrument de mesure qui allie « pour la 1ère fois » open-source (logiciel) et open-hardware (matériel).

- EOS imaging (chiffre d'affaires de 9,42 millions d’€), le pionnier de l’imagerie médicale orthopédique 2D/3D, acquiert pour 4 millions d'€, OneFit Medical (environ 500 000 € de chiffre d'affaires).

Cette start-up de Besançon créée en 2011 par Sébastien Henry avec le soutien d'Invest Franche Comté (Siparex), développe et commercialise des solutions personnalisées en orthopédie pour la pose de prothèses du genou et de la hanche, qui permettent aux chirurgiens de disposer de guides de coupe adaptés à l’anatomie de chaque patient.

Le changement d'actionnaires lui permettra d'élargir la commercialisation à l'étranger à travers les trois filiales d'EOS imaging, à Cambridge (Etats‐Unis), Montréal (Canada) et en Allemagne, ainsi que le bureau de Singapour.

Pendant la construction de la maison Europassive.
Pendant la construction de la maison Europassive.

- La Maison Europassive de Gries (Bas-Rhin) a ouvert ses portes début novembre.

Il s’agit de la première construction en France qui cumule les trois labels Passivhaus (Allemagne), Minergie-P (Suisse) et BBC-Effinergie (France), selon son maître d’œuvre, l’agence bas-rhinoise KMO qui a déposé la marque Europassive dans l’espoir de susciter une harmonisation européenne des normes d’efficacité énergétique.

La maison individuelle à ossature bois de 156 m2 ne prévoit de consommer que 12 kWh/m2/an pour ses besoins de chauffage. La performance s’obtient par l’orientation Sud, les apports passifs d’énergie sociale à travers les baies vitrées, l’isolation en ouate de cellulose, la VMC double flux et surtout la réduction des ponts thermiques à 0,64 m2  : la construction sur 16 pilotis béton reliés à une dalle bois par des connecteurs métalliques les  divise par… 180 par rapport à une dalle béton classique.

Les 420 000 € de coûts totaux (soit 2 700 € TTC/m2) représentent un surinvestissement de 25 %  amorti sur 16 ans par les économies sur la facture d’énergie limitée à 350/400 € par an, selon Serge Kemp, le dirigeant-fondateur de KMO.

Photos : Eurosit, Christian Robischon (Fondis), KMO.

Commentez !

Combien font "10 plus 5" ?