Parmi les derniers investissements, une nouvelle découpe laser…
Parmi les derniers investissements, une nouvelle découpe laser…

EQUIPEMENTS THERMIQUES. Le fabricant d’appareils de chauffage au bois de Vieux-Thann (Haut-Rhin) se remet de la défection de son premier client il y a trois ans.

Lean, investissements, innovation, internalisation, diversification…, et franchise entre salariés lui ont permis de redresser la barre.

Avec un effectif intact de 48 salariés, le chiffre d'affaires retrouve le niveau d’avant le « choc ».

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Comme il a déjà pas mal bourlingué dans la direction d’entreprise, ce n’est pas à 54 ans que Gaby-Yves Bald va adopter la langue de bois qu’il n’a jamais pratiquée.

Pour la célébration des 35 ans de Fondis, fabricant de foyers et inserts de cheminées bois de Vieux-Thann (Haut-Rhin), il ne cache pas la vérité :  "oui, la PME a bu le bouillon".

C’était en 2010.

« Le premier client qui représentait 20 % du chiffre d’affaires nous a lâchés brutalement pour nous copier en faisant  fabriquer dans un pays low cost. Ce fut un choc énorme. Nous nous sommes demandés comment passer le lendemain », raconte t-il.

Trois ans plus tard, Fondis est toujours là, avec un effectif intact de 48 salariés et un chiffre d’affaires annuel qui revient peu à peu à hauteur de ses 10 à 11 millions d’euros d’avant le « choc ».

Il a atteint 8 millions d’euros en 2012 et devrait croître de 5 % cette année.

Comment Fondis a-t-il procédé ? On pourrait répondre que la PME s’est « retroussée les manches » point barre, Gaby-Yves Bald étant plutôt économe de sa parole publique. Mais ce serait un peu court.

Dans le détail, Fondis a rationalisé son process de production et travaillé fortement la réduction des stocks, en s’inspirant des méthodes de lean management.

Le dirigeant a pris d’ailleurs conseil auprès d’experts du genre dans l’automobile.

Il a aussi inventé. L’innovation constitue sa carte d’identité depuis longtemps et certaines des nouveautés ont été pensées ou lancées avant 2010. Mais cette politique est de plus en poussée.

…et une nouvelle plieuse.
…et une nouvelle plieuse.

Une cheminée qui chauffe et rafraîchit

Fondis vient de sortir la cheminée multiénergie qui chauffe en hiver … et climatise en été. Son catalyseur de fumée réduit de 90 % les polluants clés comme le monoxyde de carbone et les poussières.

« Le produit n’est pas forcément attendu sur le marché, il mettra son temps pour se faire sa place, c’est normal. Il apporte la preuve qu’innovation et respect de l’environnement ne sont pas contradictoires dans notre domaine d’activité », insiste le président de Fondis.

Autre levier, la diversification a pris plusieurs formes. Fondis réalise désormais aussi des climatiseurs de caves à vins, recommandés notamment « pour les bouteilles haut de gamme mais aussi pour la conservation des primeurs », foi de dirigeant.

Le fabricant développe aussi des radiateurs électriques en verre à inertie. Enfin, depuis deux ans, il ajoute à sa palette une activité de distribution des poêles à granulés de l’allemand Wodtke.

L’association s’est nouée selon un mélange de prudence et de confiance, entre deux partenaires qui se sont jaugés : « On se connaît, on s’apprécie, le partenariat élargit notre gamme et répond à leur volonté d’être mieux présents en France. Bref, nous avons le sentiment de partager la même philosophie, alors on a dit OK », relate Gaby-Yves Bald.

Pour la commercialisation de ses propres productions, Fondis s’appuie sur des revendeurs artisans.

« La grande distribution, bien qu’elle représente 50 % du marché, ce n’est pas pour un indépendant comme nous, qui sommes également à l’écart des réseaux spécialisés ».

Une politique d'investissement soutenue

Dans une conjoncture pas évidente, Fondis a aussi décidé d’investir en quantités significatives eu égard à son chiffre d’affaires : 3,4 millions d’€ ont été injectés sur les deux exercices 2012 et 2013, en bâtiments (rachat de  surfaces de la métallerie voisine) et en outilllage de production.

Une découpe laser et une nouvelle plieuse ont mobilisé quelque 700 000 €. « Elles permettent de fabriquer des séries de plus en plus courtes, en réponse à une demande de plus en plus variée », expose Frédéric Haas, directeur technique.

Gaby-Yves Bald, le P-dg de Fondis.
Gaby-Yves Bald, le P-dg de Fondis.

Tous ces investissements ont en point commun la reprise en interne d’étapes du process jusqu’alors sous-traitées.

Dernier facteur de redressement, selon le P-DG : les valeurs de l’entreprise. Leur liste est classique, mais on peut retenir l’honnêteté. « Elle signifie que dans l’entreprise, on se dit tout, même ce qui ne va pas ou ce qui ne fait pas plaisir », explicite Gaby-Yves Bald.

On vous l’avait dit, le bois chez Fondis, on le met dans la cheminée, pas dans la langue !

Photos : Christian Robischon et Fondis.

Commentez !

Combien font "9 plus 1" ?