Mis à plat par l’épidémie de coronavirus, le secteur de la culture, oublié des aides de l’Etat jusqu’à la veille du déconfinement, courbe l’échine. En particulier les nombreux petits festivals régionaux qui n’auront pas lieu cet été et pour beaucoup, n’avaient pas de visibilité financière au-delà d’une seule édition. L’exemple de No Logo : le festival de reggae dans le Jura se dit d’autant plus fragilisé qu’il avait établi son modèle économique sur l’absence de subventions et de mécénat.

L’entretien – au téléphone – a eu lieu quelques heures avant les annonces d’Emmanuel Macron au monde culturel, le 6 mai. Florent Sanseigne, le fondateur du festival jurassien No Logo qui devait avoir lieu du 14 au 16 août 2020, aura sans doute apprécié le prolongement de......
Cet article est réservé aux abonnés
icone journal
Accédez à tous nos contenus
en illimité à partir de 7,50 € HT/mois
icone mains
Soutenez un journalisme indépendant
icone ordinateurs check
Accédez à une information vérifiée, documentée et utile à votre business

Commentez !

Combien font "7 plus 8" ?