À Dijon, Biomaneo recueille des moyens supplémentaires auprès de BFC Croissance & Innovation pour poursuivre le développement du dépistage de la pathologie génétiquement transmissible la plus répandue au monde : la drépanocytose. À Nancy, Cirkiwi a mis au point l’équivalent d’un Google du tourisme dont les algorithmes ouvrent l’accès à une base de données mondiale de 3 millions de points d’intérêt.


• BFC Croissance & Innovation entre au capital de Biomaneo, spécialiste du dépistage médical par spectrométrie de masse

biomaneodirigeants
Valérie Geoffroy et Patrick Ducoroy, fondateurs de Biomaneo. © Arnaud Morel

Le développement de la start-up médicale Biomaneo se poursuit. Signe de la confiance qu’elle suscite, l’entreprise de Dijon, épaulée par l’incubateur du Pôle des microtechniques, Propulseur, vient de procéder à la seconde levée de fonds de son histoire, avec l’entrée au capital de BFC Croissance & Innovation, la société de capital développement de la Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté, à hauteur de 600.000 €.
Bpifrance, investisseur initial avec Invest PME (groupe Siparex) et BDR IT (Caisse d’Épargne Bourgogne-Franche-Comté), a profité de l’opportunité pour ajouter 250.000 € au pot, portant la levée de fonds à 850.000 €.
Depuis sa création, en mai 2016, la SAS au capital social de 60.909 €, cofondée par Valérie Geoffroy et Patrick Ducoroy, est parvenue à asseoir son expertise en matière de dépistage médical par spectrométrie de masse et à rassurer ses investisseurs quant à sa capacité à faire décoller son chiffre d’affaires. Si celui-ci s’établit, en 2019, à un maigre 240.000 €, il devrait grimper, espèrent les dirigeants, à 1,2 million d’€ d’ici deux ans.


nouveau reseauconcept



Biomaneo a développé un procédé de détection néonatal de la drépanocytose, une anémie chronique qui est la pathologie génétiquement transmissible la plus répandue au monde (310.000 naissances concernées chaque année). Avec une triple particularité : l’analyse se fait à partir d’une goutte de sang sèche, donc aisément transportable, et le processus peut se réaliser à une cadence élevée, en s’appuyant sur l’analyse informatique des données du spectromètre.
« C’est pour répondre à une demande du CHU de Lille que nous avons conçu NeoSickle pour détecter la drépanocytose, mais notre procédé peut s’adapter à de très nombreuses autres pathologies. Nous travaillons sur d’autres projets en analyse néonatale et également autour du cancer colorectal, et des maladies dégénératives comme Alzheimer », décrit Valerie Geoffroy.
Car avec son procédé d’analyse par spectromètre de masse, Biomaneo a la possibilité de généraliser des dépistages qui ne sont aujourd’hui qu’occasionnels. « Nous sommes en mesure de réaliser 2.000 analyses quand les procédés plus traditionnels ne dépassent pas les 400. C’est la clef pour baisser le tarif individuel des analyses, et pouvoir ainsi les généraliser », estime la scientifique. L’avantage en terme de détection précoce et de prévention est énorme. 
Arnaud Morel

Propulseur, deux ans et un premier bilan

La biotech Biomaneo est l’une des start-up épaulées par l’accélérateur d’innovation Propulseur qui fêtait son 2e anniversaire hier soir, mardi 17 décembre, à la citadelle de Besançon. Un anniversaire sous forme de premier bilan, où les 11 jeunes pousses régionales accompagnées (60 emplois au total) sont venues présenter, en 3 minutes chrono, le pitch de leur activité.
Parmi elles donc Biomaneo mais aussi AFULudine, Archeon, Bioexigence, Biomnogène, Casis, Cohesives, Glial Technology, H2SysLymphobank et Med’Inn’Pharma.
Lancé début 2018 par le Pôle des Microtechniques, Propulseur est un outil pensé pour faire monter les dirigeants en compétences et accélérer leur business. Né de la démarche French Tech, à laquelle le pôle avait candidaté, l’outil prend en charge jusqu’à 70% des prestations grâce au financement public-privé (budget : 1,1 million d’€ sur quatre ans) de ses dix partenaires : la Région Bourgogne-Franche-Comté, Grand Besançon Métropole, la Caisse d’Epargne Bourgogne-Franche-Comté, le Crédit Agricole Franche-Comté, BFC Angels, Bpifrance, Deca BFC, INPI, Village by CA et la SATT Sayens. M.C.

 

BPBFC

 

• Cirkwi agrège 3 millions de points d’intérêts touristiques

cirkwiequipe
L'équipe de Cirkwi, moteur de recherche spécialisé dans les attractions touristiques. ©Cirkwi

Cirkwi prépare à Nancy la montée en puissance de son moteur de recherche touristique « World is Mine » (Wim). La société de 18 salariés (chiffre d’affaires non communiqué) présentera cet outil du 7 au 10 janvier 2020 sur le plus grand salon mondial des nouvelles technologies, le CES de Las Vegas.
Après deux ans de R&D, le moteur de recherche destiné aux acteurs du tourisme mais dont les informations sont aussi accessibles au grand public, a été lancé en septembre dernier. Il donne accès à une base de données de près de 3 millions de points d’intérêt touristiques géolocalisés et retranscrits dans toutes les langues présentes sur Internet.
Concrètement, les algorithmes de Cirkwi explorent le web mondial pour y extraire des données sur les centres d’intérêt touristiques. Celles-ci sont ensuite interprétées, indexées et structurées.
« Selon une enquête Ipsos, 86% des voyageurs choisissent leur hébergement en fonction des points d’intérêt touristiques, contre 50% pour la marque et 66% pour les avis clients. Dès lors, on comprend pourquoi ces informations constituent le graal des professionnels du tourisme et de l’hôtellerie », analyse Sylvain Caucheteux, le directeur général de Cirkwi.

 polevehiculedufuturtexte



L’ancien directeur commercial de Pierre & Vacances puis de Belambra a été recruté début 2018 pour affiner la stratégie numérique. « L’enjeu consiste à permettre aux professionnels du tourisme de reprendre la main sur le marketing et la communication en faisant la promotion de leur environnement proche » détaille-t-il. En effet, 70% des chambres d’hôtel vendues dans le monde le seraient par des intermédiaires digitaux moyennant des commissions parfois élevées.
L’entreprise fondée en 2011 par Benoît Milan a l’avantage de disposer d’un solide bagage dans l’agrégation de données géolocalisées pour avoir notamment collaboré avec l’IGN (Institut National d’Information Géographique) ou encore le Guide du Routard, etc. Avec Wim, elle joue la carte d’un outil exhaustif, mis à jour en permanence et entièrement personnalisable.
Afin de populariser son outil commercialisé sous forme de licences, Cirkwi a ouvert gratuitement l’accès à son moteur de recherche à 50 start-up de l’univers du tourisme pendant 6 mois à un an. Par ailleurs, trois collaborateurs sont partis en novembre dernier en Islande pour expérimenter sur le terrain les propres outils de l’entreprise (notre photo de Une).
Courant 2020, la jeune pousse nancéienne devrait engager une levée de fonds de 2 à 5 millions d’€ en vue de poursuivre l’industrialisation, la R&D et la commercialisation de son outil.
Philippe Bohlinger

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Patrick Dutartredit :

    L'aventure humaine et scientifique de Biomaneo est tout à fait superbe!! Le diagnostic mis au point par l'équipe est très efficace et la difficulté rencontrée par une start-up est de se rendre visible tout en gardant son efficacité de recherche intact pour le développement de nouveaux outils. Parler d'un "maigre chiffre d'affaires" devrait être remplacé par "un chiffre d'affaire très encourageant " car quand on connaît la difficulté du domaine ciblé, loin du brouhaha médiatique et des réseaux sociaux "lemming nesques" (mot inexistant dans les dictionnaires, mais hautement significatif!!), on ne peut qu'être surpris de ce résultat, gage de succès pour l'avenir.

Commentez !

Combien font "4 plus 3" ?