BRÈVES ALSACIENNES. Velcorex prépare le velours biosourcé avec Capital Initiative. Ricoh limite la casse sociale à 113 licenciements secs. Strasbourg trouve une 4ème voie pour fluidifier le trafic ferroviaire. France Chimie Grand Est étend ses CQP à la Lorraine. Fabrice Jerineck, nouveau directeur du site de Dow à Lauterbourg.

• Velcorex prépare le velours biosourcé

 

velcorexteinture
Velcorex axe sa recherche et développement sur la réduction de l'impact de son process sur l'environnement. La PME avait été l'initiatrice du procédé de teinture sans eau. © Velcorex.


Le fabricant textile Velcorex since 1828 se lance dans un projet d’approvisionnement et de transformation par les matières « éco-responsables ». Bioequitex, son nom, vise à développer le recours au chanvre, au lin, ou encore à l’ortie, pour la matière première et les étapes suivantes, de tissage et confection.
Déjà initiatrice de la teinture sans eau, la PME de 70 salariés de Saint-Amarin (Haut-Rhin) entend ainsi poursuivre sa transition écologique. Le financement du projet fait l’objet d’un montage avec l’investisseur local Capital Initiative avec crédits financiers et garanties par la communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin.
Velcorex, dernier fabricant français de velours, se présente « comme le plus important en Europe et le plus connu dans le monde » selon la qualification de son dirigeant Pierre Schmitt, qui est à la tête d’un groupe de plusieurs PME textiles alsaciennes.

 bpalcseconde

 
• Ricoh limite la casse sociale

 
La restructuration de Ricoh Industrie France à Wettolsheim (Haut-Rhin) sera rude, mais moins que redouté. L’usine de produits bureautiques supprimera bien 248 postes sur un total de 900 salariés. Mais l’accord conclu par les organisations syndicales sur les modalités de départ ramènera à 113 le nombre de licenciements secs. Reclassements internes, départs volontaires et réorganisation de plusieurs ateliers aboutissent à ce nombre prévisionnel.
Le groupe japonais Ricoh invoque la crise du marché de l’impression induit par l’essor du digital pour justifier la réduction de voilure de son usine française, située à côté de Colmar. Le recentrage sur les activités « à fort potentiel » l’a décidé à abandonner sur ce site la production de toner pour copieurs et de privilégier la fabrication de papier thermique et l’activité de recyclage.

 

 

Kremernouvellepub

 

 

• Strasbourg trouve une 4ème voie pour fluidifier le trafic ferroviaire

sncf
En 2022, les 8 km de voies ferroviaires en construction au nord de Strasbourg devraient désengorger le trafic à l'arrivée sur l'agglomération et permettre d'augmenter le nombre de trains. © SNCF Réseau.


La construction de la « 4ème voie » a débuté mi-octobre entre Strasbourg et la commune de Vendenheim, située au nord. Les 8 kilomètres de tronçon concernés mobilisent 117 millions d’€, pour 6 km de voies neuves et la rénovation de 2 km. A leur issue en 2022, les travaux permettront de désengorger le trafic ferroviaire qui vient se concentrer aux abords de l’agglomération alsacienne.
Les trains, qui circulent à quatre voies depuis le nord  en provenance de France et de l’étranger, viennent aujourd’hui buter sur un segment réduit à trois voies afin d’en délester une pour la gare de triage de marchandises de Hausbergen.

Celle-ci conservera sa fonction. L’ajout de capacité permettra de faire circuler 23 trains (TGV, TER, fret) par heure et par sens sur cette section, contre 17 actuellement. Le financement se répartit entre l’Etat, la Région Grand Est (41 millions d’€ chacun), l’Union européenne (25 millions) et SNCF Réseau, maître d’ouvrage.


industriesfutur
• France Chimie Grand Est étend ses CQP à la Lorraine


L’Union des industries chimiques (UIC) Grand Est devient « France Chimie Grand Est ». Le changement de dénomination a été l’occasion pour ses responsables de présenter récemment l’intensification des efforts en matière de formation. L’outil prisé du CQP (certificat de qualification professionnelle) de la branche va s’étendre à la Lorraine en début d’année prochaine, après avoir fait ses preuves en Alsace, où 13 CQP ont été développés au sein de 19 entreprises.

La profession vient également de signer son contrat d’objectifs territorial (COT) avec le conseil régional du Grand Est qui réaffirme et renforce ses objectifs en matière de recrutement  - observation des métiers, recensement des besoins, meilleure insertion - et de formation. Ces actions ont lieu alors que s’est engagée à l’échelle de la France l’Année de la chimie 2018-19 « de l’école à l’université ».
Dans le Grand Est, le secteur de la chimie compte 130 sites pour un total de 13 000 emplois. Le contexte économique reste assez porteur : la production de la chimie en France s’est inscrite en hausse de 4,6 % l’an dernier, portée surtout par la chimie organique, et la prévision se situe à 3 % pour cette année.

 

 

Banniere-640x90-BTD-SYSTEMS

 

dowjerineck• Fabrice Jerineck, directeur du site de Dow à Lauterbourg


Fabrice Jerineck prend la succession de Jean-Philippe Meyer, nommé à la direction du site du groupe chimique à Wiesbaden en Allemagne.
Originaire de Strasbourg, cet ingénieur a débuté sa carrière chez Rohm And Haas que la société Dow a racheté en 2010.

Depuis juillet 2018, il est directeur des opérations pour Dow Coating Materials en Europe, Moyen Orient, Afrique et Inde, fonctions qu’il conserve simultanément avec la direction du site du Bas-Rhin.
L’usine alsacienne de Dow qui emploie 250 personnes, produit des additifs pour peintures et revêtements utilisés principalement dans les vernis, les peintures décoratives, l’imagerie digitale, la fabrication du cuir, du papier et des textiles tissés et non-tissés ainsi que des additifs pour plastiques utilisés principalement dans l’emballage, l’automobile, le bâtiment et les biens de construction.

Un investissement de 7 millions d’€ vient d’être inauguré dans de nouveaux équipements permettant aux peintures murales d’absorber les molécules de formaldéhyde.

Commentez !

Combien font "4 plus 10" ?