L’opération de logements qui vient de s’achever à Dijon, à la place de l’ancienne Cité du Soleil, avenue de Stalingrad, est récompensée par l’Équerre d’argent, un prix renommé de l’architecture. Sophie Delhay a réalisé pour le bailleur social Grand Dijon Habitat un programme qui s’adapte au mode de vie de ses occupants.


L’Équerre d’argent que décernent les journaux spécialisés Le Moniteur et AMC chaque année, c’est pour les architectes et par ricochet, leur maître d’ouvrage, le Prix Pulitzer des journalistes et le prix Goncourt des écrivains. Pour la première fois à Dijon, un architecte reçoit cette distinction dans la catégorie « habitat » pour le programme de logements sociaux « La quadrata » que Sophie Delay a réalisé pour le bailleur social Grand Dijon Habitat.
Le jury présidé cette année par l’architecte Paul Chemetov a relevé, parmi 220 dossiers de candidatures, « un très beau projet qui s’intéresse davantage à l’habiter qu’à la façade et qui témoigne d’une grande humanité en même temps que d’une grande rationalité. »
En Bourgogne-Franche-Comté, peu d’ouvrages et maîtres d’oeuvre ont été remarqués de la sorte. En 2012, Renzo Piano avait reçu le prix spécial du jury pour le Couvent des Clarisses à Ronchamp (Haute-Saône) ; en 2015, c’était l’agence bisontine  Quirot & Vichard pour la conception de la maison de santé de Vézelay (Yonne) réalisée par la communauté de communes Avallon-Vézelay-Morvan. Bien avant, en 1996, Pierre-Louis Faloci par le musée du Beuvray (Nièvre).

 

nouveau reseauconcept



Grand Dijon Habitat, le bailleur social de Dijon Métropole se dit « aux anges », surtout en cette période où le logement social est chahuté par la baisse des allocations logement des locataires et une réduction des crédits d'Etat (Lire ici l’article de Traces Ecrites News). L'architecte relève que son projet, original et audacieux tout en restant dans les standards des prix du logement social, « n’aurait pas abouti sans la pleine adhésion de son commanditaire. »


Une addition de pièces carrées

banc
Une terrasse ou une loge à chaque appartement et, à droite de la photo, des « placards-coffres » sous les fenêtres qui font aussi office de bancs. © Sophie Delhay
cloisons
De grands coulissants en bois séparent les pièces : ils peuvent s’ouvrir ou rester fermés selon l’usage qu’en fait le locataire. ©Traces Ecrites

La singularité de « La quadrata » réside dans l’articulation des pièces des 40 logements, tous traversants. Ils sont composés d’une addition de pièces carrées de 13 m2, dont l’usage est libre. N’importe laquelle peut devenir séjour, chambre, bureau, salle à manger. De grands coulissants en bois, de près de 2 mètres de long, les séparent : ils peuvent s’ouvrir ou rester fermés selon l’usage qu’en fait le locataire.
Cette composition résume le travail de Sophie Delhay qui porte sur la juxtaposition de l’évolution de la société et de l’habitat. Avec comme fil conducteur, faciliter le « vivre ensemble ». « Finies les grandes pièces de séjour, l’habitat doit pouvoir suivre l’évolution modes de vie, de la cellule familiale », commente la jeune femme qui exerce à Paris. L’aménagement intérieur facilite aussi le changement d’usage des pièces, avec des placards verticaux et des « placards-coffres » sous les fenêtres qui font aussi office de bancs, ainsi que des Leds intégrés au plafond.


BPBFC

 

La superposition des différentes typologies, de type 2 à 5, est rendue possible grâce à la forme en gradins de l’immeuble qui offre à chaque logement, une terrasse ou en front de rue, des petites loges de 2 m2.  « Une alcôve, un espace intime », commente Sophie Delhay.

dellhayesquisse
L'immeuble La Quadrata en phase d'esquisse. © Sophie Delhay.

Les façades aussi se remarquent par leur vêture en aluminium ondulé qui change de couleur selon la météo par reflet de la lumière. Une référence à l’histoire des lieux ? Les 40 logements en question ont été construits à la place des cités d’urgence des années 1950 de l’avenue de Stalingrad, que les Dijonnais appelaient la Cité du soleil.
L’immeuble livré en juin 2019 et qui représente un investissement de 17 millions d’€ TTC, se situe dans un nouveau quartier baptisé Via Romana. Deux acteurs de la promotion, Nexity et Icade sont sur le point de livrer 164 logements en accession à la propriété. Grand Dijon Habitat a parallèlement réhabilité les 40 logements de la Résidence Blanqui, située en fond de site.

leds
L'éclairage est intégré dans des caissons ou aux plafonds. © Traces Ecrites


Fin d’année 2019 faste pour Sophie Delay.

Avant l’Équerre d’argent, la jeune femme a reçu en septembre, le Prix « coup de cœur » à la 3e édition des Trophées de l’Innovation HLM, organisés par l’Union Sociale de l’Habitat (USH) en partenariat avec la Banque des Territoires. Le commentaire du jury : « ce n’est pas un projet de 40 logements, mais un projet de... 240 pièces ! »
En ce mois de novembre, le projet Quadrata a également plu à l’association professionnelle Architecture et Maîtres d’ouvrage (AMO)  qui réunit tous les acteurs de l’acte de construire. Le Grand Prix du jury a récompensé «  la typologie la plus créative. » Diplômée de l’ENSAP de Lille en 1999, puis lauréate des Nouveaux albums des jeunes architectes en 2006, Sophie Delhay avait été avait nominée à l’Équerre d’argent en 2014 avec le projet de 53 logements à Lille, « Machu Pichu », sa première livraison en solo.
Cofondatrice de Boskop architecte (2004-2008), elle a créé sa propre agence, Sophie Delhay Architecte, à Paris début 2010. Enseignante depuis 2012 à l’École nationale d’architecture de Nantes, elle rejoint celle de Versailles à partir de septembre 2014.


Mieux connaître les atouts économiques de Dijon en cliquant sur le logo

invest

Commentez !

Combien font "10 plus 10" ?