ARCHITECTURE. Prix spécial du jury des prix d’architecture du Moniteur, le Couvent des Clarisses à Ronchamp (Haute-Saône), signé de l'architecte italien de renommée internationale Renzo Piano, récompense aussi le travail d'une entreprise franc-comtoise.

Albizzati Père & Fils à Danjoutin, près de Belfort (Territoire de Belfort), a construit la nouvelle porterie et le couvent ouvert l'automne dernier au pied de la fameuse chapelle de Le Corbusier.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Réuni le 26 novembre à Paris, le jury de la 30e édition des prix d'architecture du groupe Moniteur, couronne une triple persévérance. Pour déménager au pied de la chapelle de Le Corbusier à Ronchamp (Haute-Saône), la communauté des sœurs Clarisses de Besançon ont du s'affranchir des querelles de chapelles entre rigoristes craignant que soit dénaturé le site classé.

Sans compter qu'il leur fallait réunir un budget de 12 millions d'€, et faire appel à la générosité pour compléter le produit de la vente du couvent bisontin et les emprunts bancaires.

Choisi par l'association de l'œuvre Notre-Dame-du-Haut, l'architecte gênois Renzo Piano devait faire «un petit miracle» pour permettre aux sœurs de vivre silencieusement, mais pas cachées, dans un lieu sacralisé par Le Corbusier.

Déplacée de quelques dizaines de mètres, la nouvelle porterie où transitent les visiteurs de la chapelle de Le Corbusier se fait discrète et fonctionnelle. Elle est bâtie sur le flanc de la colline de Bourlémont, tout comme le monastère, en contrebas.

En retrait du passage des visiteurs, les bâtiments troglodytes du monastère s'étagent sur deux niveaux. Le niveau inférieur, dédié à l’hébergement, est formé neuf unités indépendantes pour accueillir les pèlerins.

Le niveau supérieur est l'espace de vie des religieuses avec douze cellules et une partie consacrée à la vie commune. Le monastère abrite également un oratoire d'une capacité de 35 personnes, deux ateliers de couture et trois parloirs.

Qualité visuelle qui irréprochable

«L’unité de l’ensemble réside dans l’emploi du béton qui a été entièrement préfabriqué et coulé sur place. Sa mise en œuvre a nécessité un travail complexe avec celui des terrassements  et leur ajustement presque chirurgical», commente le jury du Moniteur.

Les constructeurs du projet, au premier rang desquels l'entreprise Albizzati Père & Fils ont relevé le challenge.

Adepte des chantiers «pas ordinaires et beaux», Alain Albizatti, P-DG de l'entreprise de gros œuvre (10,7 millions d'€ de chiffre d'affaires, 85 salariés) qui porte son nom, s'en est donné à cœur joie.

L'entrepreneur de Danjoutin (Territoire de Belfort) a soulevé quelques défis techniques comme la construction de l'oratoire, fait d'une double coque.

Avec la complicité du bétonnier Belfort Béton Sabevi (groupe Roger Martin), il a mis en œuvre un béton brut apparent à l'intérieur comme à l'extérieur, d'une qualité visuelle qui devait être irréprochable. Semi enterrés, les bâtiments construits dans le flanc de la colline ont été ensuite recouverts des 25 000 m3 de déblais du terrassement.

Les intervenants de ce chantier

Maîtrise d’ouvrage : Association Œuvre Notre-Dame du Haut et association des amis de Sainte Colette)

Maîtrise d'œuvre : Renzo Piano Building Workshop, architectes et Atelier Corajoud, paysagiste (Paris).

Consultants : Sletec Ingénierie, M. Harlé, C.Guinaudeau, P.Gillmann, Nunc/L.Piccon

Surface du monastère : 1700 m² ; surface accueil des visiteurs (Porterie) : 450 m².

Publication de l'ensemble des résultats du Prix Moniteur Architecture, vendredi 30 novembre 2012, dans Le Moniteur.

Crédit photos : Michel Denancé  et Traces Ecrites.

Commentez !

Combien font "1 plus 2" ?