ECO)BREF.

- Solvay fait toujours le bonheur de la région Doloise (Jura) où l'entreprise est implantée depuis 1930 sur la commune de Tavaux. Le chimiste belge, qui emploie localement 1 400 personnes et réalise près de 800 millions d’€ de chiffre d’affaires, boucle un programme de près de 160 millions d’€ d’investissement sur deux ans.

La plus importante des réalisations concerne, pour 75 millions, la réalisation d’une salle d’électrolyse à membrane et lieu et place de deux existantes utilisant du mercure. Un double avantage en ressort : anticipation de l’arrêt de l’électrolyse à mercure en 2019 et économie d’1,5 million d’€ d’électricité par mois.

26 millions permettent d’augmenter de 50% les capacités de production de PVDF, un polymère (plastique) haut de gamme. Solvay investit par ailleurs 12 millions dans une plate-forme de forage de sel en Bresse, qui sera opérationnelle au printemps 2013. Les Echos du 23 novembre 2012, Monique Clémens, correspondante à Besançon.

- La ville d’Auxerre (Yonne) congédie Dijon Congrexpo en ne lui renouvelant pas la délégation de service public pour ces cinq prochaines années. Cette association, organisatrice, entre autres, de la foire internationale et gastronomique de Dijon, réagit dans un communiqué aux termes bien pesés :

«Dijon Congrexpo a pris acte, en lisant la presse, de la décision de la mairie d’Auxerre de ne pas reconduire sa filiale Auxerre Congrexpo pour gérer le Parc des expositions et congrès Auxerrexpo. Au terme de cinq années d’exploitation, nous avons pu faire le constat qu’en absence d’une réelle implication de la collectivité, la gestion du Parc des expositions et congrès ne pouvait être équilibrée.

Notre proposition prenait en compte ce fait. Elle n’a pas été retenue par la ville d’Auxerre qui a préféré confier la gestion d’Auxerrexpo (8000 m2) à une structure qui, contrairement à Dijon Congrexpo, ne dispose ni de compétence avérée, ni d’expérience dans le domaine de la gestion des parcs d’expositions et congrès. Nous pouvons donc légitimement nous poser la question de savoir si le choix de la ville n’a pas été fondé sur des critères autres qu’économiques ?».

Cette autre structure est Centre France Événements, filiale du groupe de communication Centre France et éditeur, localement, du journal L’Yonne Républicaine. Sur le site de cette société, on peut lire que : depuis 1996, elle a développé un réel savoir faire en matière de salons, grand public ou professionnels et qu’elle en organise pas moins de 14 à l’année.

Le rapport du conseil municipal d'Auxerre du 22 novembre, soumettant aux élus le nouvel attributaire, indique que le chiffre d'affaires 2011 du parc des expositions, stable autour de 684 000 €, génère une perte de 139 750 € avec un produit d'exploitation en baisse de 8%, lié à la baisse des locations de salles.

- Le fabricant de produits lactés Senoble, à Jouy (Yonne), se lance dans les desserts surgelés avec l'acquisition de 60% du capital de La Charlotte, à Boulogne-sur-Mer (30 millions d'€ de chiffre d’affaires, 230 salariés). Il entend se développer à l'international, États-Unis, Asie, Russie…

Lors d'un récent comité d'entreprise, le P-DG Marc Senoble, a par ailleurs annoncé aux salariés qu'il s'installait à Bruxelles avec une partie de la direction de sa holding. L'Yonne Républicaine du 22 novembre 2012, Willem van de Kraatswillem.

- De Strasbourg à Nevers en passant par Metz et Mâcon, le tramway de Dijon lance une campagne de communication dans le Grand Est pour inciter les chalands à venir faire leurs courses de Noël à Dijon. Jusqu'au 10 décembre 2012, de plus 1 700 affiches renvoie sur le site évènementiel shop-in-dijon.com.

A partir du 8 décembre (circulation gratuite les 8 et 9 décembre), l'ensemble du réseau de 20 km sera opérationnel. Lire sur DijOnscOpe, Jérémie Lorand.

- Hermès Métal supprime 29 postes (sur 720 salariés) à Monéteau (Yonne). La direction du spécialiste de l'agencement de magasins le justifie par une baisse du chiffre d'affaires de 25%, en régression depuis 2008.

Les salariés qui évoquent un endettement «pharaonique» et la suppression de 150 postes d'intérimaires, entendent saisir un expert pour tenter de faire invalider le motif économique de ces licenciements. Lire sur Auxerre TV

- General Motors cède son site de Strasbourg (990 salariés), dédié aux systèmes de transmission, au Belge Punch Metals International. Pour faciliter cette reprise, le constructeur de Détroit confie une charge de 200 000 boîtes de vitesse par an. Ce contrat devrait s’arrêter au lancement en production de la nouvelle transmission 8 vitesses de l’Allemand ZF. Punch Metals envisagerait d’investir 150 millions d’€ dans sa nouvelle unité. Les Echos du 21 novembre 2012, Christian Lienhardt, correspondant à Strasbourg.

- La gare TGV de Meroux a bouleversé les habitudes des décideurs économiques belfortains. «On peut travailler le matin à Paris et se réunir l’après-midi à Belfort», confie Alain Seid, président du club TGV Belfort-Montbéliard et président de la CCI du 90, lors des 5èmes rencontres de la grande vitesse, le 22 novembre à Dole (Jura). Selon Michel Paté, directeur des projets Alstom Transport à Belfort, «le TGV facilite les recrutements».

La SNCF annonce 8 millions de voyageurs depuis l'ouverture de la ligne il y a un an, soit 10 % au-delà des prévisions. Seulement 7 % des voyageurs emprunterait le TGV pour mettre le cap sur la Méditerranée. Le Pays du 23 novembre 2012, Jean Becker.

- A la veille de la fin de la période d'observation de la clinique Drevon à Dijon, le 17 décembre, en redressement judiciaire depuis octobre 2011, les représentants du personnel s'inquiètent du sort des 230 salariés. Ils  s'interrogent sur la stratégie du conseil d'administration de la fondation Transplantation, la maison mère. «L'actuelle direction générale semble être volontairement empêchée par le conseil d'administration de prendre des décisions qui lui permettrait de sortir de ses difficultés», dit un communiqué diffusé le 26 novembre. «On peut se demander si la stratégie n'est pas dorénavant de tout liquider rapidement (…) et empocher au passage une belle plus value financière provenant de la vente des activités ou des bâtiments?», ajoute t-il.

Récemment, la fondation Transplantation a fait savoir qu'elle recherchait un repreneur pour la clinique Drevon, préférant se recentrer sur la recherche médicale et les prestations de dialyse.

En savoir plus : Pourquoi Forenap dépose le bilan

Forenap : chronique d'une faillite annoncée

Commentez !

Combien font "8 plus 3" ?