Après Vailog fin 2019, un autre promoteur immobilier en logistique, Vectura, annonce son implantation dans l'Aéroparc de Fontaine, au nord de Belfort. Il s'agit d'une plate-forme de 10.000 m2 destinée à la distribution du "dernier kilomètre", sur une centaine de km alentour. L'investissement de 15 millions d'€ représente un potentiel de 150 emplois directs.


« Nous voulons marcher sur plusieurs jambes », résume Damien Meslot. Autrement dit, à côté des grands donneurs d'ordres que sont GE, en difficulté (Lire l’article de Traces Ecrites News Près de 500 suppressions d’emplois chez General Electric), PSA et Alstom, le maire de Belfort et président du Grand Belfort cherche à diversifier le tissu économique. L'hydrogène est une piste (Lire ici l’article de Traces Ecrites News) ; la logistique en est une autre, qui se concrétise par une nouvelle arrivée, celle de Vectura, dans la zone de l'Aéroparc de Fontaine, ancienne base aérienne de l'OTAN transformée en zone d’activité.

Il s’agit d’un promoteur immobilier d’entreprise de Toulouse (chiffre d'affaires de 35 millions d'€), spécialisé dans la logistique et l’archivage. Il va construire un entrepôt de près de 10.000 m², dont 1.000 m² de bureaux sur une parcelle de 77.000 m² acquise pour un montant de 770.000 €. L’investissement immobilier s’élève à 15 millions d’€.

 

crri


Le permis de construire doit être déposé le mercredi 22 janvier, a précisé le maire de Belfort lors d’une conférence de presse hier 16 janvier, en compagnie de Florian Bouquet, président du Territoire de Belfort. Le potentiel d’emplois s’élève à 150 directs ainsi que 250 induits, à savoir des chauffeurs routiers.
Il s'agira d'une plate-forme de messagerie dite « du dernier kilomètre », dans un rayon d’une centaine de kilomètres, de Colmar à Besançon. Les activités dont le futur occupant n’a pas été révélé, démarreront dans un bâtiment provisoire en septembre de cette année. Car la livraison du bâtiment définitif est programmée pour septembre 2021.
En octobre dernier, c’était l’implantation de 76.000 m2 d'entrepôts logistiques et 6.000 m2 de bureaux par Vailog (groupe italien Segro) qui était annoncée. Un investissement de 80 millions d’€ dont les premiers mètres carrés sont attendus pour 2021.


Plus qu’un tiers de l'Aéroparc de Fontaine à commercialiser

fontaine
Les trois derniers projets d'implantation sur l'Aéroparc de Belfort. © Sodeb

« Avec l'ADN-FC [agence de développement du nord Franche-Comté] et la Sodeb [Société d'équipement du Territoire de Belfort], nous avons diagnostiqué que nous avions une position privilégiée sur l’axe Rhin-Rhône à proximité de l’Allemagne et de la Suisse, au centre d’un bassin de 100 millions de consommateurs dans un rayon de 400 km et un réseau autoroutier de qualité qui peut intéresser les entreprises de logistique », précise le maire.
Ces deux projets ainsi qu’une ferme solaire de 90.000 panneaux sur 37 hectares, construite par EDF (Lire ici l'article de Traces Ecrites News), « consomment » une part significative du foncier de l’Aéroparc de Fontaine qui s’étend sur une surface totale de 155 ha : 50 ha restent à commercialiser. Sourire aux lèvres, le président du Grand Belfort invite les chefs d'entreprise à « se dépêcher de réserver des terrains s'ils souhaitent s'y installer, sachant que les études d'impact ont déjà été menées, ce qui réduit d'autant les délais d’implantation. »

 

Batifrancdeux


Le Territoire de Belfort dispose encore de terrains sur deux autres ZAC, « Les Tourelles » et « Plutons », mais les élus indiquent avoir d'ores et déjà missionné l'Agence d'Urbanisme du Territoire de Belfort (AUTB) pour étudier la création d'une nouvelle zone d’activité.
Le Conseil départemental a par ailleurs relancé des projets d'aménagements routiers pour l'accès à l'Aéroparc de Fontaine, avec la prolongation d'une départementale (la RD 60) et la création d'un contournement des villages de Fontaine et de Frais. La plate-forme annoncée ce jeudi devrait en effet générer un flux de plus de 850 véhicules par jour.

Commentez !

Combien font "4 plus 1" ?