Meirs prend ses aises à Montbard ; Les tréfileries de Bourgogne et de Meuse (ex-ArcelorMittal) deviennent allemandes ; BFC Angels parmi les moins chers du marché ; Hegelmann sur le marché du transport intérieur ; Braizat Étiquettes lauréate des Grands Crus de l’Yonne ; K6 FM élargit sa zone de diffusion ; Le Comité du Tourisme de Bourgogne Franche-Comté s'affirme comme ingénieriste reconnu.

• La société Meirs prend ses aises dans de nouveaux locaux à Montbard

Il était tant pour Vincent Stenger, président de la société industrielle Meirs de changer de locaux, tant la place lui manquait pour avoir des flux de production cohérents, bien recevoir sa clientèle et offrir un confort de travail à ses 14 salariés. « J’ai pris la décision de faire construire un nouveau site fin 2017 après un pic d’activité qui nous a fait passer de 1,6 million d'€ d’activité en moyenne à 1,8 million, car cela devenait un véritable casse-tête », explique de dirigeant.
Depuis quelques semaines, l’entreprise, spécialisée en mécanique de précision, rechargement d’outillage par soudure TIG et fourniture de défauts-étalons, bénéficie de 800 m2 d’ateliers et 400 m2 de bureaux sur un terrain de 8.000 m2. L’investissement global s’élève à un million d’€. D.H.

 caissedepargnebf

 

Les tréfileries de Bourgogne et de Meuse (ex-ArcelorMittal) trouvent un repreneur avec la société allemande Mutares

ArcelorMittal a annoncé la vente à la société allemande Mutares des deux sites de sa filiale Wire France : les tréfileries de Commercy (Meuse) et de Sainte-Colombe-sur-Seine (Côte d’Or). Comptant parmi les dernières et les plus anciennes productrices de fil acier en France, les deux usines emploient au total 111 personnes (69 à Commercy et 42 à Sainte-Colombe). Elles travaillent notamment pour l’automobile, l’énergie et le bâtiment.

Le choix de Mutares devrait signifier l’épilogue d’un feuilleton à rebondissement. Le leader mondial de la sidérurgie avait mis cette filiale en vente en 2018 et pensait trouver son repreneur avec Altifort, à l’automne dernier. Or depuis, ce jeune groupe métallurgique franco-belge avait défrayé la chronique en échouant à concrétiser la reprise de la très médiatisée aciérie Ascoval dans le Nord. Il n’a pas non plus pu conclure l’achat de Wire France, ce qui a amené ArcelorMittal à rechercher une autre solution. M.N.

• Les BFC Angels se positionnent parmi les moins chers du marché du financement capitalistique

bfcangels
Pierre Vieillard, président des BFC Angels, en compagnie de Laure Taiclet, la déléguée générale.
© Traces Ecrites.

Pierre Vieillard, président de BFC Angels, structure de financement privée des entreprises, est un homme pour le moins heureux. Son association de financement des entreprises régionales, née il y a 15 ans, se porte bien. Si seulement 5 projets ont été soutenus en 2018 (506.000 € investis), contre un peu plus les années précédentes, ses membres sont plus nombreux. Treize nouveaux business angels ont rejoint ses troupes fortes de 73 adhérents.
Point plus que positif évoqué lors de la dernière assemblée générale annuelle, début juin : les business angels de Bourgogne-Franche-Comté sont parmi les moins chers du marché, avec seulement 1 à 3% de frais prélevés lors d’une levée de fonds et un plafond de 3.000 € si la levée dépasse les 100.000 €. D.H.

awagirard
Deedo, la société de la belfortaine d’Awa Girard (debout sur la photo), qui fait partie des 60 entrepreneures de notre dernier magazine 60, le best of, a été épaulée par les business angels et dit ne pas le regretter. Spécialisée dans le streaming musical africain et panafricain, ellecompte couvrir d'ici à 5 ans, 27 pays et fédérer 50 millions d’utilisateurs.  © Traces Écrites.

 

 BPBFC

• Le groupe allemand Hegelmann s’installe sur le marché du transport intérieur

D’ici fin 2019, Hegelmann France prévoit l’acquisition d’environ 50 camions domiciliés en France, et l’embauche de 70 à 100 chauffeurs. Le groupe allemand créé en 1998 par les frères Hegelmann et aujourd’hui présidé par
Edgars Birovs peut ainsi travailler sur le marché français sans restrictions de cabotage.
Châtenoy-le-Royal, dans la périphérie de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) est l’une des quatre implantations dans l’hexagone, avec Calais, Avrainville (Ile-de-France) et Toulouse (agence comerciale). Il est installé à Chalon-sur-Saône sur 20.000 m2 dont 6.000 m2 de dépôt.
Hegelmann Group possède environ 2 500 véhicules et a pour ambition de porter ce nombre jusqu’à 4 000, à l’horizon 2020. C.P.
 

Batifrancun


• Braizat Étiquettes lauréate des Grands Crus de l’Yonne

marieaubin
L’entreprise de Marie Aubin, l’une des cheffes d’entreprise de notre dernier magazine 60, le best of, sorti ce mois de juin, vient d’être lauréate des Grands Crus de l’Yonne. Ce palmarès organisé par nos confrères de  la aradio France Bleu Auxerre et de la CCI de l’Yonne distingue le fabricant d’étiquettes dans la catégorie PME de moins de 50 salariés. D.H.
Photo © Traces Ecrites

 

btdsystem

 

• La radio dijonnaise K6 FM élargit sa zone de diffusion

franckpeloux
Franck Peloux, fondateur et directeur d'antenne de K6 FM, en compagnie d'Amandine Menigoz, du Comité territorial de l'audiovisuel, antenne délocalisée du CSA. Ils montrent les nouveaux récepteurs permettant de capter les fréquences de la radio numérique terrestre. © Traces Ecrites.

K6 FM, radio indépendante dijonnaise, membre des Indés Radios (130 émetteurs en France et 8,5 millions d’auditeurs quotidiens), va passer progressivement d’une zone de diffusion de 350.000 auditeurs potentiels à 1,1 million.
Ce miracle s’appelle la radio numérique terrestre ou, version anglaise oblige, Digital Active Broacasting. En résumé, de nouvelles fréquences vont être attribuées via un nouveau mode d’émission où il suffira de taper le nom sa radio préférée pour la suivre sans balayage, sans grésillements et avec une belle qualité de son.
Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a reconnu en K6 FM un média de proximité à la notoriété de plus en plus reconnue. Fondée par Franck Peloux, il emploie 6 personnes et génère un chiffre d’affaires de 600.000 €.
L’extension géographique de la zone de diffusion se fera à partir de l’année prochaine. À terme, K6 FM couvrira toute la Côte-d’Or, la Saône-et-Loire, une partie du Jura et la Haute-Marne jusqu’à Chaumont. Et elle aura l’opportunité de mutualiser sa régie publicitaire locale avec la bisontine Radio Plein Air qui ne lui sera pas concurrente. D.H.

 

frtpbfc

 

Le Comité du Tourisme de Bourgogne Franche-Comté ingénieriste reconnu

Le bilan 2018 du Comité du Tourisme de Bourgogne - Franche-Comté (CRT), présidé par Loïc Niepceron et dirigé par Sophie Ollier-Daumas, démontre que sa mission première est d’assurer la promotion régionale du tourisme en France et à l’international.  Mais pas seulement.
L’organisme, qui dispose d’un budget de 7 millions d’€, dont 80% de subventions, épaule aussi les prestataires publics comme privés. L’an dernier, pas moins 156 porteurs de projet et 7 collectivités ont bénéficié de ses conseils en termes d’hébergement ou  de développement culturel. 55 lieux ont aussi voulu organisé le Fantastic Picnic, l’occasion rêvée de former des ambassadeurs fiers de vanter leur région. Et cela fonctionne plutôt bien.
La Bourgogne Franche-Comté bénéficie de 59 millions de nuitées par an, dont 44% de clientèle étrangère. Les retombées économiques s’élève à 4,58 milliards d’€, soit 6,3% du PIB régional. Le CRT promotionne des marques propres comme Montagne du Jura ou encore Designed by Bourgogne. D.H.

Commentez !

Combien font "10 plus 9" ?