Cryla a transformé, le week-end dernier, ses ateliers de Temis à Besançon en galerie éphémère. L’oeuvre maîtresse de l’exposition signée de l’horloger Philippe Lebru et du peintre Renato Manese reste dans l’usine, à l’entrée du personnel. Par cette opération de communication, interne et externe, le petit groupe de microtechnique affiche son ambition de devenir un leader européen dans la miniaturisation de composants intelligents, tout en s’identifiant au territoire qui la vu naître il y a 70 ans.


C’est la volonté d’affirmer son ancrage dans le territoire bisontin alors qu’il dessine son avenir à l’échelle européenne, qui a motivé ce spécialiste du découpage et usinage de précision à inviter l’art dans son usine, sur le technopole Temis à Besançon. Vendredi 27 septembre, le groupe présidé par Thierry Bisiaux qui avait racheté Cryla en 2009, a réuni les milieux économiques et institutionnels locaux ainsi que les salariés et leurs famille pour une première : l’accueil, dans ses ateliers de production, d’une oeuvre commune à deux artistes contemporains reconnus, l’artisan horloger Philippe Lebru et l’artiste peintre Renato Manese.


BPBFC

 

Baptisée « Calame, la naissance de Cryla Group », l’oeuvre monumentale (4 mètres sur 5) se veut la « métaphore d'un coeur qui bât, d'un attachement indéfectible à un territoire ». Cryla n’est-elle pas née en 1951 à l’initiative de Gérard Langel, d’une spécialité locale, la fabrication de composants pour l’horlogerie ? Clin d’oeil à ces racines, Christiane Langel, la fille du fondateur est la marraine de l’oeuvre, vedette d’une exposition collective éphémère de près de 30 oeuvres, le temps d'un week-end. La pièce maîtresse restera, elle, au sein de l’entreprise, dans les locaux d’entrée du personnel.
En 70 ans, l’économie horlogère a évolué mais les savoir-faire sont restés, et Cryla les a mis à profit pour développer un petit groupe microtechnique qui a l’ambition de devenir pas moins qu’un leader européen dans la miniaturisation de composants intelligents et connectés. Il travaille aujourd'hui à 60% pour l’aérospatial et 20% pour le médical.


Tripler le chiffre d’affaires d’ici 2025

expocryla
Une vue de l'exposition collective éphèmère de 30 oeuvres.

La construction de ce groupe (Relire l’article de Traces Ecrites News de novembre 2018 : A Besançon, Cryla monte en puissance) a dernièrement pris la forme de trois croissances externes. Il y a tout juste un an, Cryla renforçait son pôle « découpage  » en rachetant Sérode, un spécialiste d’outillages de presse implanté à Pirey, dans Le Grand Besançon, et Lavoilotte, spécialisée dans le découpage et le formage de pièces complexes, dans le Puy-de-Dôme.
En janvier de la même année, Cryla créait Scalia, une structure agile organisée comme une start-up, dotée de technologies de pointe (impression 3D, micro-découpe jet d’eau, moulage sous vide, usinage 5 axes) pour répondre aux besoins des bureaux d’études.
Cet été, ce fut au tour de la branche « usinage de précision » de s’enrichir de l’acquisition de Megep, petite société basée à Pirey, également dans le Doubs.
L’ambition affichée d’ici moins de dix ans a récemment conduit Cryla à intégrer la première promotion de l'accélérateur PME de Bpifrance pour la Région Bourgogne-Franche-Comté.
L’entreprise vise 50 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2025 en grossissant encore, par de nouvelles croissances, sectorielles et géographiques. Elle en réalise aujourd’hui 18 millions dont 30 % à l'export, et emploie 130 salariés.
En accueillant la création artistique sur le lieu de travail comme il vient de la faire, le petit groupe microtechnique pense sans doute aussi à ses recrutements futurs qui attendent de plus de plus d’humain dans l’entreprise…

nouveaupfinanciere

 

lebrucryla
Philippe Lebru commente son oeuvre aux visiteurs.
peintrecryla
Le peintre Renato Manese a pour public, le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret
mgdcryla
Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté devant une oeuvre de l'artiste Renato Manese.

Photos fournies par l'entreprise.

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Christiane Langel Loriotdit :

    L'exposition était tout simplement féérique ! Encore bravo et merci à tous.

Commentez !

Combien font "4 plus 5" ?