INNOVATION/ALSACE. Et la lumière jaillira des ficelles !

Le fabricant de fils et cordes textiles Meyer-Sansboeuf de Guebwiller (Haut-Rhin) s’apprête à sortir un produit capable de transporter l’électricité et de créer la luminosité grâce à ses Leds intégrés.

C’est la dernière innovation en date d’une PME qui n’en manque pas, condition de sa pérennité.

 

cordezoom
Ces cordes transporternt l’électricité et créent de la luminosité grâce à des Leds intégrés.

 

Présentée en ce mois de mai au salon Techtextil de Francfort, la nouveauté de Meyer-Sansboeuf à Guebwiller (Haut-Rhin) sera commercialisée cet automne. Il s'agit d'un produit capable de transporter l’électricité et de créer la luminosité grâce à ses Leds intégrés.

 

« Il répond à deux objectifs transversaux : apporter de l’information en temps réel et procurer de la sécurité pour le process et les personnes », expose Benoît Basier, président de Meyer-Sansboeuf. « Sans altérer la capacité de résistance de nos ficelles, cordes et tresses  », ajoute-t-il.


Selon l’épaisseur du fil, l’application ira de la suspension de luminaires à la levée de charges lourdes en milieu industriel, en particulier celles qui ont besoin d’être alimentées en électricité de façon permanente.

 

D’autres débouchés connexes sont possibles, y compris en milieu domestique comme les garde-corps lumineux dans les escaliers. L’information transportée dans la corde permettra aussi de connaître la température ou encore le poids, de façon à prévenir un risque de rupture de la charge manutentionnée.


cordeslumineusesMeyer-Sansboeuf poursuit de la sorte sa quête d’innovations. « Elles sont indispensables si nos entreprises textiles européennes veulent continuer à exister. Sur un effectif de 47 salariés, nous dédions désormais deux personnes en permanence à la R&D et nous consacrons à l’innovation 6 % de notre chiffre d’affaires, situé à 5 millions d’€ en 2014 », poursuit Benoît Basier.

 

« Tous nos efforts de R&D convergent vers un but : passer de fabricant à concepteur de solutions textiles de levage et tirage ».

 

Le dirigeant de Meyer-Sansboeuf s’efforce de donner l’exemple à l’ensemble de la filière dont il est l’un des porte-parole en tant que président de l’Union des industries textiles d’Alsace et cheville ouvrière du Pôle Textile Alsace.

 

exercice_illegal_boucle

 

 

La PME plus que centenaire de Guebwiller n’en est pas en effet à sa dernière nouveauté récente. Depuis trois ans, elle a développé une ficelle high-tech pour l’alimentaire, capable de tenir les viandes pendant la cuisson, en réponse à de nouvelles normes sanitaires drastiques. Le décollage est toutefois plus lent que prévu.

 

Le marché de la viande recule et s’agissant des nouvelles normes, elles tardent à s’imposer dans les faits, constate Benoît Basier : « Nous restons les leaders sur ce marché, mais l’an dernier, il a généré moins de chiffre d’affaires qu’espéré ».

 

Ficelle high-tech pour l'alimentaire


meyerproduction

 

L’enjeu est de taille pour l’entreprise, car l’industrie alimentaire représente son premier débouché. Les ficelles pour rôtis, salaisons et autres aliments ont apporté 40 % du chiffre d’affaires l’an dernier, devant l’industrie (levage et tirage de charges, 30 %), les traditionnelles ficelles de pelote pour les particuliers et, niche historique, les cordes pour le nautisme (15 % chacun).

 

En écho au nouveau produit lumineux, les applications industrielles sont considérées comme le prochain moteur de développement. Leur part est appelée à augmenter.


La PME parvient à maintenir un résultat d’exploitation et un résultat net positifs. Et elle persévère dans les investissements : cette année, elle injectera 700 000 € dans la modernisation de ses équipements.

 

Certifiée Iso 9001 depuis quelques mois, elle participe aussi à un projet européen de développement d’une fibre au moins 70 % naturelle qui puisse damner le pion aux fils synthétiques venus d’Asie.

 

Commentez !

Combien font "9 plus 2" ?