Cet ingénieur de 38 ans fait le grand saut dont il rêvait depuis ses débuts professionnels. Il vient de reprendre au groupe Inicia de Patrice Chagnaud, la société Fluidexpert à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), spécialisée dans les équipements de transmission de puissance et les centrales hydrauliques.

 

Lionel Renier vient d’acquérir Fluidexpert à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), qu’il dirigeait depuis 2015, une filiale du groupe Inicia spécialisée dans les machines spéciales de transmission de puissance et les centrales hydrauliques. Il met ainsi ses pas dans ceux de Didier Stainmesse, repreneur fin 2018 de Novium (*), autre filiale d’Inicia basée à Saint-Vallier (Saône-et-Loire) et constructeur d’engins de travaux ferroviaires dont il était également le directeur.
« Dans les deux cas, Patrice Chagnaud, le fondateur et président d’Inicia, désireux de préparer sa retraite, a eu le souci de préserver l’équipe en place », souligne Lionel Rénier qui assouvit son désir très ancien de devenir chef d’entreprise.  

 mecateam

 

L'opération de transmission était en réflexion commune depuis deux ans et s’est concrétisée le 1er décembre dernier. Non sans le refus des banques traditionnelles de l’entreprise qui n’ont pas cru dans les aptitudes de cet ingénieur mécanicien de 38 ans. La reprise avec effet de levier (LMBO) a fort heureusement trouvé dans le Crédit Coopératif un interlocuteur et un accompagnant de choix pour porter la dette. Lionel Renier a aussi pu compter sur Réseau Entreprendre Bourgogne (REB) qui lui accorde une avance remboursable de 50.000 €, et sur un ami industriel à Dijon.

Souplesse et développement de petites séries

atelierdetests
Atelier de tests de tous les équipements produits. © Traces Ecrites


« Je me suis toutefois fortement engagé en termes financiers et au niveau des garanties », confesse le repreneur, dont la capacité à rebondir en période crise n'avait pourtant pas à être démontrée. Avec une baisse de 30% de l'activité sur l'exercice 2020, pandémie oblige, Fluidexpert (chiffre d’affaires de 7,5 millions d’€) génère quand même du résultat.

L'homme a du métier pour avoir roulé sa bosse une dizaine d’années dans de grands groupes (Renault et Valeo), puis chez CMD, mécanicien et hydraulicien, notamment implanté Fourchambault (Nièvre). Il sait aussi prendre de la distance face aux difficultés en menant une réflexion stratégique, concoctée durant les mois du premier confinement, pour conduire Fluidexpert à atteindre en 2023 les 12,5 millions d’activité.

 

flandria

 

Fluidexpert fédère une communauté de 60 femmes et hommes qui partagent un savoir-faire et une culture. Des atouts précieux pour faire évoluer rapidement l'entreprise vers plus de souplesse, un management que le nouveau dirigeant veut très participatif, une ouverture du capital aux cadres et la volonté de regarder vers le grand large par l’exportation, notamment en Algérie et au Maroc.

La PMI bourguignonne veut aussi modulariser certaines productions, comme les centrales hydrauliques, afin d’optimiser ses coûts. « Nous faisons du sur-mesure depuis toujours et continuerons à en faire, mais il nous faut aujourd'hui évoluer et explorer d'autres voies. »   Avec un bureau d’études de 13 ingénieurs et techniciens, cette mutation partielle de la production va bientôt voir le jour. Dernier facteur de nature à favoriser un développement : pas moins de la moitié de ses clients sont fidèles depuis 20 ans.

(*) Avec huit autres cadres.

fluidexpert
Le site  de Fluidexpert sur la zone Saoneor à Chalon-sur-Saône a été construit et équipé en 2015 pour 3 millions d’€. © Traces Ecrites

 

hydrauliquepuissance
Fluidexpert parie, entre autres, sur l'export pour se développer. © Traces Ecrites

Commentez !

Combien font "3 plus 2" ?