Eco)Bref.

- Ferroviaire. Le site industriel SNCF de Saulon-La-Chapelle, près de Dijon, met en service une chaîne de soudure de rails pour 5,2 millions d'€, financés par Réseau Ferré de France.

Cette chaîne de soudure par induction, longue de 1,6 km, permet désormais de fabriquer des barres de 108 mètres au lieu de 80 mètres, optimisant la production de rails de de 432 mètres (soit quatre barres de 108 mètres). Le retour sur investissement est de l'ordre de cinq ans.

Le site de Saulon-La-Chapelle fournit actuellement l’ensemble des rails des lignes à grande vitesse en construction et approvisionne les chantiers de rénovation des lignes classiques en rails de 9 à 432 mètres.

Il est l’un des deux établissements français produisant de longs rails soudés, avec celui de Moulin-Neuf (Oise).

- Commerce. La commune de Viry (Jura) rachète pour l'euro symbolique le bâtiment, le fonds de commerce et les stocks de l'épicerie coopérative, l’une des dernières du Haut Jura, afin de pérenniser ce service de proximité.

Inspirées du mode d'organisation mutualisée des fruitières à comté du Jura, les épiceries coopératives, regroupements de consommateurs en vue d'acheter en gros des biens de consommation, se sont propagées en Franche-Comté avec les théories de Fourier, philosophe bisontin (1172-1837).

Autrefois très répandues également à Lyon, elles renaissent aujourd'hui à l'initiative du groupe d'achat collectif 3 Ptits Pois sous la forme de micro magasins de quartier.

Le Progrès, édition Saint-Claude, Roger Pansard, 18 juillet 2011.

www.leprogres.fr/economie/2011/07/18/la-coop-d-alimentation-centenaire-cedee-a-la-commune-de-viry

http://www.3ptitspois.fr/nous/3-ptits-pois/

Le portail Achat Côte-d'Or du réseau national des chambres de commerce, AchatVille.com annonce des résultats en progression, depuis le renouvellement de sa charte graphique, largement inspirée des CCI de Bourgogne et de Franche-Comté.

Le nombre de pages vues augmente de 20 % par visite ainsi que le temps moyen de consultation (+ 12 %), annonce la CCI de Côte-d'Or.

En Côte-d'Or, la plateforme totalise 200 adhérents (20 nouvelles adhésions depuis janvier 2011) et 850 000 visiteurs uniques par an, générant près d’un million de visites.

Le meilleur vendeur en ligne, Le Marché Militaire (4 rue de la Préfecture à Dijon) a généré en 2010 un chiffre d’affaires de près de 20 000 €.

http://www.achat-ville.com/41-par-region.htm

- Chanvre. L'incendie, apparemment criminel des entrepôts de la société Eurochanvre à Arc-lès-Gray (Haute-Saône), ne met pas au chômage technique les 15 salariés, mais l'entreprise se trouve privée de 3 à 4 mois de stocks. 4000 m3 de paille de chanvre se sont envolés en fumée le week-end du 14 juillet.

Cette société du groupe coopératif Interval fabrique de la cellulose à partir de la plante de chanvre pour l'isolation des bâtiments, la papeterie et la plasturgie.

http://franche-comte.france3.fr/info/3000m3-de-paille-de-chanvre-detruits--69695591.html?onglet=videos&id-video=BESA_1458221_170720110904_F3

La Presse de Presse, Didier Cheminot, 20 juillet 2011.

http://www.lapressedegray.com/actualite/Colossal-incendie-a-Eurochanvre-999.html

- Plan social. L'entreprise Yumbo, spécialisée dans la mécano-soudure, à Chauffailles (Saône-et-Loire) ferme dans les prochains jours. Les 44 salariés seront licenciés sous quinzaine.

Le Pdg n'a pas été suivi par les salariés dans son plan de reprise : ne garder qu’une trentaine de personnes tout en supprimant la prime de présence et le 13ème mois.

«Les salariés restants auraient dû travailler entre 10 et 12 % de temps en plus par mois pour gagner entre 3 et 5 % de plus par mois», a expliqué le patron de l’entreprise au Journal de Saône-et-Loire.

Le Journal de Saône-et-Loire, Charles-Edouard Bride, 19 juillet 2011.

- Parité monétaire. Si elle peut ravir les commerçants de la zone frontalière française, le hausse du franc suisse (l'euro est passé sous la barre d'un CHF pour la 1ère fois le 19 juillet 2011, soit un franc suisse = 0,87 euro) inquiète les industriels suisses.

L'Est Républicain cite l'exemple du groupe chimique Lonza. Il vient d'exposer à ses 260 employés de Bâle, une augmentation du temps de travail de 41h à 43h par semaine durant 18 mois, pour compenser l'impact du change sur les résultats du groupe. Les salariés qui refuseront seront… licenciés.

Le Pays, Aire Urbaine, Adrien Dentz, 19 juillet, p. 21.

- Chiffres. Selon l'Insee, General Electric, Alstom Power et Converteam, trois entreprises spécialisées dans l’énergie dans le Territoire de Belfort, rassemblent 4 300 salariés à Belfort et font vivre 18 100 personnes réparties sur 4 départements et 13 bassins de vie. Avec les sous-traitants, fournisseurs, prestataires de services, le nombre d'emplois salariés atteint 7 500.

www.macommune.info/actualite/categorie-economie-11.html

Historiquement le plus industriel de Bourgogne, avec les poids-lourds Areva, Arcelor Mittal, Industeel, Thermodyn, Michelin…, la Saône-et-Loire est le département bourguignon qui a le mieux résisté à la crise.

Entre le 2ème trimestre 2008 et le 4ème trimestre 2009, c’est là que l’emploi industriel a le moins baissé. L'industrie perd tout de même 5 700 postes et 2300 emplois.

En 2010, la Saône-et-Loire a regagné 1 200 postes : + 0,9 % en CDI et CDD, et +23 % en intérim.

Source : Insee Bourgogne.

Document complet en ligne : "La Saône-et-Loire face à son avenir"

http://www.insee.fr/fr/regions/bourgogne/collection.asp?id=51

Historiquement parmi les plus bas de France, le chômage en Alsace s'est envolé avec la crise. L'augmentation des offres, de 2,7% en 3 mois, est-elle un signe de reprise ? La télévision locale Alsace 20 saisit l'occasion pour analyser le regard de la société sur les chômeurs, avec un témoignage de Pôle Emploi sur les comptes que les demandeurs d'emplois doivent lui rendre. Peu sont toutefois radiés des allocations chômage.

http://www.wat.tv/video/alsace-reprise-economique-3ovmd_3klpr_.html

- Au loup ! La fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) du Doubs a mobilisé 450 éleveurs du secteur de Pontarlier pour trouver une solution face aux attaques des élevages du plateau de Levier par un loup venu du plateau des Glières (Haute-Savoie).

La convention de Berne de 1979 protège le loup, mais ses règles peuvent être dérogées «si l'animal pose des problèmes d'ordre économique». La décision revient au préfet.

Le Pays, Aire Urbaine, Jean Becker, 20 juillet, p. 21.

Pas de doute, il y a bien aussi un loup dans les Vosges. Il a été photographié le 8 juillet à quelques kilomètres du col du Bonhomme, côté Haut-Rhin, par un appareil à prise de vue automatique mis en place par les techniciens de l’ONCFS.

Les éleveurs font notamment valoir qu’ils ne peuvent garder leurs bêtes enfermées en permanence, ni assurer une surveillance constante à l’extérieur, si ce n’est à grands frais.

Les victimes de dégâts en série dans leurs troupeaux d’ovins sont indemnisées.

L'Alsace, Luc Marck, 18 juillet 2011.

http://www.lalsace.fr/actualite/2011/07/18/le-loup-des-vosges-photographie-dans-le-haut-rhin

Commentez !

Combien font "4 plus 7" ?