ECO)BREF. Naissance de l'Agence de développement Economique Nord Franche-Comté (ADN-FC). L'extension de la plateforme de pile à combustible (PAC) de Belfort inaugurée aujourd'hui. Le distributeur bourguignon Schiever ne vendra plus d’espèces de poissons menacées. L’imprimerie Schraag au rang des octogénéraires. APRR-AREA dote son réseau autoroutier de bornes de recharge électrique. Les routes départementales de Bourgogne aussi. Nouvelle usine d'eau potable de Suez Environnement en Côte-d'Or.

 

- L'agence de développement économique du Nord Franche-Comté (ADN-FC) est née.

aden
De droite à gauche : Damien Meslot, président de l'agence de développement économique de l'Aire urbaine Belfort-Montbéliard, Marcel Bonnot, vice-président et Gilles Cassotti, directeur. ©Pierre-Yves Ratti.

Finie la concurrence entre les agglomérations belfortaine et montbéliardaise, distantes de quelques kilomètres, du moins pour attirer les entreprises ... C'est ce qu'ont assuré en choeur le président de la nouvelle agence de développement économique du Nord Franche-Comté, Damien Meslot, maire de Belfort et président de la communauté d'agglomération belfortaine, et son vice-président Marcel Bonnot, président de Pays de Montbéliard Agglomération, lors de sa présentation à la presse le 30 juin.

L'ADN-FC, agence de développement économique de l'Aire urbaine Belfort-Montbéliard (Héricourt qui fait également partie de l'aire urbaine n'a pas souhaité s'y adjoindre pour l'instant), a vocation de favoriser l'implantation de nouvelles entreprises dans le Nord Franche-Comté et d'aider les entreprises existantes, qu'elles soient en cours de développement ou en difficultés.

Gilles Cassotti, ancien commissaire à la réindustrialisation est le directeur de cette nouvelle structure, issue d'un rapprochement entre l'agence d'urbanisme (ADU) du Pays de Montbéliard et l'Adebt, agence de développement de Belfort et de son Territoire. Elle compte douze salariés issus de ces deux structures et disposera d'un budget annuel de 1,3 million d'€.
Lire aussi WebAireInfo.

 

- L'extension de la plateforme de pile à combustible (PAC) de Belfort inaugurée ce 2 juillet.

 

pileacombustible
©AeA Architectes (Mulhouse).

 

Née d'un plan d’action national sur l’hydrogène et les PAC en 2005, l'équipement implanté sur le campus de l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) et géré par l’institut FC-LAB, s'agrandit de 2600 m2 pour appuyer les industriels qui souhaitent développer les applications de la pile à combustible. L'investissement s'élève à 3,7 millions d'€ HT.

Du 6 au 9 juillet, Belfort accueillera une école d'été sur ​​le thème de la pile à combustible et des systèmes électriques dans le transport où seront présentées les dernières innovations dans ce domaine.

 

ridy

 

- Le groupe Schiever ne vendra plus d’espèces de poissons menacées.

 

schiever

 

Après avoir supprimé l’an dernier la vente d’œufs de poules élevées en batterie (*), le groupe bourguignon de distribution bannit de ses rayons douze espèces de poissons surexploitées ou menacées d’extinction. On ne pourra notamment plus acheter dans 31 de ses supermarchés Atac, bi1 et Maximarché : l’anguille, le congre, l’espadon, le marlin et du requin.

Chaque année, 100 millions de requins sont tués par de la pêche et du braconnage. Une espèce surexploitée : les nageoires pour la soupe, les dents pour des bijoux, la mâchoire pour des souvenirs à touristes, la peau pour la maroquinerie, le cartilage pour des gélules et poudres médicinales et l'huile de foie pour l'industrie cosmétique.

Cette surexploitation menace sa survie car le renouvellement de la population est très lent, explique le groupe Schiever. Leur maturité sexuelle est tardive (presque dix ans pour certaines espèces) et sa gestation longue, jusqu’à 22 mois. Aujourd’hui plus de 90 % des populations de requins ont été éliminées des mers du globe ce qui menace gravement la stabilité de tout l’écosystème marin.

Le groupe Schiever, implanté à Avallon (Yonne), est dirigé par Vincent Picq. Il réalise plus de 1,3 milliards d’€ TTC de chiffre d’affaires et emploie 6000 collaborateurs.

(*) Pour lequel deux ONG l’ont distingué et, en particulier, CIWF qui a récemment remis à l’entreprise le trophée de l’œuf d’or dans le cadre de l’exposition universelle de Milan.

 

- L’imprimerie Schraag passe dans le rang des octogénéraires.

 

schraag

 

L’entreprise d’impression offset que dirige Fanny Schraag affiche une très belle longévité : 80 ans. La petite fille du fondateur de l’entreprise de Trévenans (Territoire de Belfort) tient bon la barre en assurant des prestations complètes sur toute la chaîne graphique.

Schraag, qui réalise 4 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie 32 personnes, travaille notamment pour les clients exigeants de la cosmétique, de la pharmacie et du luxe. « Nous sommes des généralistes, mais faisons uniquement du sur-mesure », indique Fanny Schraag. Des prestations récompensées l’an dernier par l’obtention du label Imprim’Luxe. De quoi voit venir le siècle avec un minimum de sérenité.

 

look

 

- APRR-AREA dote son réseau autoroutier de bornes de recharge électrique.

 

D’ici à la fin de l’année, les conducteurs de véhicules électriques pourront réalimenter leur batterie à une borne de recharge rapide (80% en 30 minutes) sur les aires de service du réseau autoroutier APRR-AREA étendu sur 2300 km. La première vient d’être installée sur l’aire de Dijon-Brognon (A31).

 

borneaprrAu total, 45 aires seront équipées, soit en moyenne une tous les 80 km, permettant d’effectuer le trajet Paris-Lyon sans les affres d’une panne de courant. Ces réalisations ont été rendues possible grâce au projet Corri-door, co-financé à hauteur de 50% par l’Union Européenne et conduit par le groupe EDF avec les constructeurs automobiles Renault, Nissan, BMW, Volkswagen et le groupement de grandes écoles ParisTech.

 

Le coût d’une borne, fabriquée par l’entreprise Evtronic à Pessac (Gironde), est de 80 000 à 100 000 €, ingénierie et signalétique comprises. Universelle et communicantes, les bornes s’adaptent à tous les véhicules électriques.

 

Pour les utiliser, il suffit de s’abonner et d’acheter un pass auprès de Sodetrel (filiale d’EDF) ou une carte à la station-service de l’aire. Il n’en coûtera à chaque fois que quelques €.

 

- Les routes départementales de Bourgogne aussi.

 

Les routes départementales de Bourgogne ne sont pas en reste avec le projet d'installation de 300 bornes de recharge d'ici 2017, grâce au rapprochement des quatre syndicats d'électricité et le soutien du conseil régional. Dans la Nièvre, le Sieeen (Syndicat intercommunal d’énergies, d’équipement et d’environnement de la Nièvre) prévoit d’en mettre en place 32. Un appel d’offres est en cours. Une partie seront des bornes rapides capables de recharger à 80% une batterie de 43-50kW en 15 à 20 mn. Le déploiement démarrera par les routes les plus fréquentées.

 

 novium 20150316_1

 

- Suez Environnement inaugure une nouvelle usine d'eau potable en Côte-d'Or.

 

usineeaupotable_1

 

Raccordée au réseau fin mars, l'usine d'eau potable de Chênesaint à la Roche-en-Brenil (Côte-d'Or), a été inaugurée le 26 juin. Cette 3ème unité de production, d'une capacité de 2000 m3/jour, fut un challenge pour le syndicat intercommunal d’adduction d’eau potable et d’assainissement de Semur-en-Auxois et son concessionnaire Suez Environnement, agence Bourgogne Champagne Jura, basée à Dijon, qui a confié la construction à Gaz-et-Eaux.

La nouvelle source d'approvisionnement devait être opérationnelle avant le démarrage des travaux de renforcement du barrage du lac de Pont-et-Massène, d'ici la fin de l'année. Ce réservoir de 82 ha était la principale des deux sources d'alimentation des 56 communes du syndicat. Les variations importantes de la qualité de l’eau brute du lac entraînait des pics de turbidité que le syndicat pensait résoudre, sans calendrier précis.

Le compte à rebours commence fin 2013 avec l'annonce par Voies Navigables de France (VNF) de travaux sur le barrage. L'investissement s'élève à 2,1 millions d'€, dont 840 000 € apportés par l'agence de l'eau Seine-Normandie.

 

Photos non signées fournies par les entreprises.

Commentez !

Combien font "2 plus 8" ?