ECO)BREF. Ynsect rejoint Innovia à Dole. Le coup de pouce des collectivités à PSA Sochaux. Unibail-Rodamco relancé aux Trois Frontières. Les carriers de Bourgogne Franche-Comté en alerte. Bernard Stirnweiss, nouveau président de la CCI Alsace. Antoine-Sylvain Blanc, président du conseil d’orientation et de surveillance de la Caisse d’épargne de Bourgogne Franche-Comté.

 

- La start-up Ynsect rejoint Innovia à Dole.

 

ynsectsocad
L'equisse du projet réalisé par la Socad, société d'économie mixte du Jura et de Haute-Saône.

 

Société spécialisée dans la production industrielle d’insectes à Evry, dans la région parisienne, Ynsect va implanter sur la zone Innovia à Dole (Jura,) une usine de démonstration des multiples applications possibles, de la farine animale à la chimie verte (cosmétique, pharmacie).

 

Le bâtiment de 3 400 m2 sera construit par la société comtoise d’aménagement et de développement (Socad) qui le louera à la start-up.

 

Soutenue par Bpifrance et membre du pôle de compétitivité Vitagora, Ynsect a procédé l'an dernier à deux augmentations de capital, pour 7,3 millions d'€, auprès de ses actionnaires d'origine Demeter Partners et Emertec Gestion, et d'un nouveau partenaire, New Protein Capital, basé à Singapour.

 

novium 20150316_1

 

- PSA Sochaux installe ses fournisseurs à la porte de l'usine avec l'aide des collectivités publiques.

 

Par un protocole d'accord signé le 30 avril 2015, PSA Sochaux cède 26 ha de foncier (sur un total 10 fois supérieur) et 110 000 m2 bâtis, à un ensemble d'acteurs de l'économie mixte, activés par la communauté d'agglomération du Pays de Montbéliard et avec un soutien financier de la Caisse des dépôts.

Il s'agit de : la société publique locale Territoire 25, la société patrimoniale Pays de Montbéliard Immobilier d’Entreprises (PMIE).

 

PSA qui n'utilisait plus ces bâtiments y installera au second semestre, les futurs fournisseurs de son nouveau modèle. Cinq premiers équipementiers, parmi lesquels Faurecia, sont déjà choisis et génèreront près de 200 créations d’emplois, a annoncé Yvan Lambert, directeur de PSA Sochaux.

 

Cette " Zone d’Implantation Fournisseurs " voisinera à terme une opération urbaine qui conduira à la démolition d'une partie des bâtiments industriels et la restructuration des accès et réseaux. L'investissement global s'élève à 20 millions d'€.

 

Dans l'immédiat, Territoire 25 engagera 6 millions d'€ de travaux pour réhabiliter les 55 000 m2 nécessaires à l'installation des fournisseurs de PSA. Pays de Montbéliard Immobilier d’Entreprises en deviendra le propriétaire et le gestionnaire.

 

Pour participer à cette opération, la société patrimoniale procède à un augmentation de capital de 4,5 millions, avec un abondement de la communauté d'agglomération et l'entrée du conseil régional de Franche-Comté.

 

ridy

 

- Unibail-Rodamco relancé aux Trois Frontières.

 

La signature fin mars d’une promesse de vente avec les collectivités locales relance le projet de complexe commercial d’Unibail-Rodamco à Saint-Louis (Haut-Rhin), à la frontière de la Suisse et de l’Allemagne.

 

Le groupe vise depuis de longues années un terrain idéalement placé à proximité de l’aéroport Bâle-Mulhouse et qui sera connecté au tramway de Bâle en 2018. La nouvelle mouture devrait ramener les surfaces à environ 50 000 m2 de vente, contre 90 000 m2 initialement envisagés en un retail park et un village de marques.  Sa programmation reste à définir.

 

Les collectivités espèrent une ouverture entre 2020 et 2022, mais il reste toutes les étapes administratives à franchir pour un dossier déjà freiné dans le passé par des recours.

 

Le complexe devra trouver sa place dans une zone de chalandise transfrontalière à potentiel, mais déjà pourvue de façon significative. Elle concentre dans un rayon de quelques kilomètres les 32 000 m2 du « Stücki » de Bâle, développé par l’Allemand ECE, ainsi que les 40 000 m2 - prochainement agrandis de 5 000 m2  - du « Rheincenter » à Weil en Allemagne, propriété du groupe local Edeka.

 

Le maire de cette commune récemment reliée au tram bâlois souhaite en outre la relance d’un autre projet de 16 000 m2, abandonné il y a quelques années par le promoteur hollandais MAB.

 

look

 

- Les carriers de Bourgogne-Franche-Comté alertent les pouvoirs publics.

 

A leur tour, les professionnels des carrières et des matériaux de construction alertent l'opinion publique sur leur situation économique. En Bourgogne-Franche-Comté, selon l'Unicem, un salarié sur cinq est en activité partielle. « C'est la dernière étape avant la mise en sommeil de sites », affirme Laurent Delafond, son président. Producteurs de granulats, fabricants de béton prêt à l'emploi ou préfabriqué, mais aussi de roches ornementales, subissent le recul des chantiers que leurs clients, les entreprises du bâtiment et des travaux publics, ont récemment dénoncé (Lire l'article de Traces Ecrites News ici).

 

carriere

 

La contraction de l'activité se chiffre entre 25 et 30% depuis 2007 en Bourgogne Franche-Comté (certes des années fastes avec notamment la construction de la LGV Rhin-Rhône). L'an dernier, le recul se chiffre à 15% par rapport à 2014.

 

Le ralentissement des investissements publics, renforcé par la succession des élections locales « déteint sur le privé », constate l'Unicem. En 2013, la filière régionale comptait 260 entreprises, réalisant un chiffre d'affaires de 600 millions d'€.

 

stirnweiss
©Dorothée Parent.

- Bernard Stirnweiss, élu président de la CCI Alsace.

 

Co-fondateur du cabinet d'expertise comptable et commissaire aux comptes SFA Stirnweiss Finck et Associés et ancien trésorier de la CCI Alsace, Bernard Stirnweiss succède à Jean-Louis Hoerlé.

 

Sa feuille de route conduira à la création de la CCI Territoriale d’Alsace en réunissant les CCI de Strasbourg, Mulhouse et Colmar.

 

« Si l'économie alsacienne  veut être entendue dans une région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine qui compte 170 000 entreprises, elle doit s’exprimer d’une seule voix », souligne-t-il.

 

Originaire de Metz, Bernard Stirnweiss a grandi dans le bassin houiller de Lorraine. Un parcours que cet alsacien d'adoption saura sûrement mettre à profit à l'heure de la réforme territoriale qui impactera aussi les chambres consulaires.

 

DROMAS
©J-Dromas.

- Antoine-Sylvain Blanc, président du conseil d’orientation et de surveillance de la Caisse d’épargne de Bourgogne Franche-Comté.

 

Suite à son assemblée générale annuelle, le renouvellement de gouvernance de la banque mutualiste conduit au remplacement de Jean-Pierre Gabriel par Antoine-Sylvain Blanc comme président du conseil d’orientation et de surveillance (COS), composé de 18 membres.

 

Cet homme de 67 ans, licencié en droit public, est un ancien gendarme qui a fini sa carrière militaire (1970-2001) au grade de colonel.

 

Il connaît bien la Caisse d’épargne pour avoir présidé une société locale d’épargne (SEL) en 2003, puis être devenu membre du COS en 2005 et président du comité d’audit depuis 2009. Il sera secondé par un autre nouveau venu : Jean-Marie Coeurdacier, élu vice-président en remplacement de Jean-Claude Passier.

Commentez !

Combien font "9 plus 10" ?