RED Electric relocalise ses scooters électriques de Chine en France. Caddie en redressement judiciaire. Les soldes d'hiver anticipées d'une semaine et demie en Lorraine. Stellantis Mulhouse remonte en cadence pour 2022. Avis favorable pour le projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo. Opale Energies Naturelles coiffe les parkings à Dole de panneaux photovoltaïques.


• Le Nancéien RED Electric concrétise la relocalisation de sa production de scooters électriques en France


RED Electric, constructeur de scooters électriques basé à Nancy, a annoncé mi-décembre la relocalisation en France de la production de sa nouvelle gamme Model E développée pour les particuliers qui était assemblée en Chine. La start-up de 50 salariés (chiffre d’affaires non communiqué) a confié cette tâche à l’équipementier Chastagner au Mans (Sarthe). Son usine de 4.000 m² devrait permettre la production de 10.000 unités par an.
Cette relocalisation « à l’étude » en novembre  dernier (Lire ici l’article de Traces Ecrites News) constitue un tournant majeur pour RED Electric. « Assembler en France est un challenge passionnant qui implique la création de nombreux emplois directs et indirects associés. Nous révisons l’intégralité de notre supply-chain en circuits aussi courts que possible. Car, selon nous, un constructeur français ne peut être produit qu’en France », se félicite Bertrand de La Tour d’Auvergne, directeur général délégué de RED Electric.
Pour mener à bien ses projets, l’entreprise qui s’était lancée en 2015 avec un premier modèle charpenté pour les professionnels (plus de 3.000 exemplaires actuellement en circulation en France et en Belgique) a levé début 2021, 10 millions d’€ auprès des sociétés d’investissement A-Venture et Celeste Management. P.B.


bpalcnovembre 


• Caddie, une nouvelle fois en redressement judiciaire

caddie
Ateliers Réunies Caddie, le fabricant alsacien qui a donné son nom aux chariots de supermarchés a été placé en redressement judiciaire le 4 janvier. © Caddie


Sa trésorerie étant à sec selon sa direction, l’entreprise Ateliers Réunies Caddie, fabricante des célèbres chariots de supermarchés/hypermarchés s’est déclarée en cessation de paiement et a été placée hier 4 janvier en redressement judiciaire. Basée à Dettwiller (Bas-Rhin), Caddie qui emploie 142 salariés, subit le recul de la grande distribution et la hausse du prix de ses matières premières.
Ateliers Réunies Caddie est détenue majoritairement depuis 2018 par le groupe Polonais Damix, que les syndicats soupçonnent de rapatrier chez lui les productions les plus rentables. L’entreprise employait encore près de mille salariés il y a dix ans avant de connaître deux redressements judiciaires. Son dernier plan social, d’une cinquantaine de postes, est intervenu en 2020 à l’occasion du regroupement sur le site de Dettwiller. M.N.

 

 supplychainmulhouse

 

• Les soldes d’hiver anticipées d’une semaine et demie dans les quatre départements lorrains

vitrinedenancy
Les commerçants des quatre départements lorrains bénéficient d’une dérogation en raison de la concurrence transfrontalière. © Vitrines de Nancy


La valse des étiquettes a déjà démarré dans les boutiques de Lorraine. Les consommateurs profitent depuis le 3 janvier des soldes d’hiver, soit une semaine et demie en avance sur le calendrier national. Cette opération commerciale est en effet fixée du 12 janvier au 8 février pour l’ensemble de l’hexagone.
La Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle et les Vosges bénéficient depuis 2009 d’une dérogation en raison de leur proximité avec le Luxembourg et la Belgique. Ces deux pays frontaliers commencent habituellement leurs soldes dès le Nouvel an passé. Les commerçants du nord lorrain ont milité pour cet alignement, par crainte de voir leurs clients traquer les bonnes affaires de l’autre côté de la frontière.
Cette année, en Lorraine, les soldes s’arrêteront le 29 janvier. L’an passé, les quatre départements n’avaient toutefois pas bénéficié de ce passe-droit. Il faut dire que le Luxembourg avait instauré un confinement jusqu’au 10 janvier… P.B.

 

pvfnouveau

 
• Stellantis Mulhouse remonte en cadence pour 2022

psamulhouseforge
La forge de Stellantis à Mulhouse fournit l’ensemble des usines du groupe. © Stellantis/PSA


L’usine Stellantis de Mulhouse (Haut-Rhin) vise pour 2022 le retour à une production en rapport avec ses capacités : le seuil de 180.000 véhicules constitue son objectif, un niveau sans commune mesure avec les 64.800 unités dont elle a dû se contenter l’an dernier en raison de la pénurie de semi-conducteurs, et des 50.000 de 2020. En 2019, elle avait atteint par contre 230.000 véhicules fabriqués. 
La remontée doit résulter du passage à la production en grande série de la nouvelle 308 lancée cet automne (pour les versions berline et break, le modèle SUV suivra dans la dernière partie de 2022).
Cette montée en cadence entraîne la recréation d’une deuxième équipe de jour en ce mois de janvier et les syndicats espèrent y voir adjointe une équipe de nuit si le succès commercial est au rendez-vous. 
Une DS7 restylée est également attendue dans les unités de montage  qui assemblent aussi les 508 berlines et break.  Le « plan moyen terme » 2022/2024 accorde aussi la priorité aux unités de forge-fonderie et mécanique, éléments névralgiques du site de 5.000 salariés permanents, puisqu’ils fournissent l’ensemble des usines du groupe. Elles bénéficieront d’investissements pour préparer leur conversion aux véhicules électriques. M.N.


 banquedesterritoiresF

 


• Le projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo attend le décret d'utilité publique du Premier ministre

cigeo
L’Andra prépare le futur stockage souterrain dans son laboratoire de Bure (Meuse). © Philippe Bohlinger


A Bure (Meuse), le projet Cigéo de stockage souterrain des déchets nucléaires les plus dangereux du parc français avance vers sa déclaration d’utilité publique (DUP). Le 20 décembre, les commissaires enquêteurs ont rendu un avis favorable au dossier de DUP suite à l’enquête publique organisée par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Sur la base de leur rapport, après avis du Conseil d’Etat, la DUP pourrait être délivrée par décret du premier ministre.
L’Andra pointe l’avis « favorable sans réserve » rendu par la commission d’enquête. Pour sa part, le réseau Sortir du nucléaire dénonce « une procédure vide de sens démocratique » et affirme sa « détermination à attaquer en justice le décret d’utilité publique » dès sa publication. Il y a un an, l’Autorité environnementale avait soulevé plusieurs lacunes du projet Cigéo : durée de récupérabilité des déchets radioactifs jugée insuffisante, étude d’impact n’abordant pas les situations accidentelles, etc.
Une seconde étape règlementaire reste à franchir avant le premier coup de pioche. L’Andra devra encore obtenir la déclaration d’autorisation de création, une procédure spécifique aux installations nucléaires dont l’instruction prendra plusieurs années. P.B.

 

besançon

 
• Opale Energies Naturelles coiffe de panneaux photovoltaïques, 9.100 m² de parkings à Dole

doleexpoombriere
L’ombrière en construction sur le parking du parc des expositions de Dole. © Opale


La ville de Dole et la communauté d’agglomération du Grand Dole choisissent le bisontin Opale Energies Naturelles pour installer des ombrières solaires sur les parkings du parc des expositions DolExpo, du gymnase de Saint-Aubin et de la future aire de covoiturage d’Authume. Au total, 9.100 m² seront recouverts de panneaux photovoltaïques, pour une puissance totale de 1.850 kWc, ce qui représente l’alimentation de près d’un millier foyers en électricité. Une solution « pertinente » selon Jean-Pascal Fichère, président du Grand Dole « de décarbonation de l’énergie consommée sur le territoire, sans artificialisation des sols. »
Le chantier de construction a débuté fin novembre 2021 pour une mise en service prévue en mai 2022. Opale a choisi Eneria, fabricant de solutions de production d’énergie et de motorisation (filiale du Groupe Monnoyeur) comme contractant général et a confié les lots structures, fondations TP/VRD et électricité aux entreprises locales Ravoyard, Caniotti et EMJ 70. Opale Energies Naturelles (50 salariés) à Fontain, près de Besançon (Doubs) développe des solutions  de production d’énergie verte (solaire, éolien, méthanisation). C.P.

Commentez !

Combien font "6 plus 5" ?