EDF Renouvelables qui vient d’inaugurer la centrale photovoltaïque de Dijon-Valmy, la seconde plus grosse puissance installée en Bourgogne, porte douze autres projets dans la région. Le site de l’ancienne décharge sera alors rétrogradée en troisième position derrière l’aéroport de Saint-Yan, en Saône-et-Loire.

 

L’inauguration le 25 novembre de la centrale photovoltaïque de Dijon-Valmy, 16 hectares à la lisière nord de la ville et 15,5 mégawatts-crête (MWc*) de puissance installée, met en lumière la course que se livrent les opérateurs pour respecter les engagements de la loi relative à la transition énergétique. Celle-ci fixe à 40% la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030.

Avec 12 GW (gigawatts) de capacité fin 2020 selon le syndicat des énergies renouvelables, le photovoltaïque représente une infime partie, 4,1%. Pour respecter les objectifs, la source solaire devra être multipliée par trois dans la prochaine décennie, poursuit-il.  

 

justdijonavril

 

EDF Renouvelables, la filiale énergies renouvelables d’EDF, veut prendre une place de choix, 30% des parts du marché de l’énergie solaire d’ici 2035, rappelait à Dijon, son directeur exécutif Bruno Bensasson. Depuis le début de l’année, EDF Renouvelables a remporté des projets représentant 100 mégawatts. Trois  se situent en Bourgogne-Franche-Comté dans le département de Saône-et-Loire. Ils s'ajoutent aux neuf projets en construction totalisant 80 MGc. (Lire encadré)

Réalisés par Luxel, filiale d'EDF Renouvelables, les trois nouveaux projets issus du dernier appel d’offres solaires de la Commission de régulation de l’énergie, dit « appel d’offres CRE 4.10 », devraient entrer en phase de construction lors du dernier trimestre 2022 pour une mise en service en fin d’année 2023.  

A Sennecey-le-Grand, près de Chalon-sur-Saône, une centrale de près de 15 MWc (plus de 27.600 panneaux solaires) occupera une ancienne friche agricole de 13 hectares appartenant à la Communauté de Communes entre la Saône et la Grosne. Initié en novembre 2019, le projet produira l’équivalent de la consommation électrique annuelle d’environ 7.000 habitants. A Saint-Forgeot, près d’Autun, une ancienne mine (Les Télots) d’environ 9 hectares, portera une puissance installée de près de 8 MWc ( 14.600 panneaux photovoltaïques) qui produira l’équivalent de la consommation électrique annuelle de plus de 3. 650 habitants. La troisième, à Montchanin, est située sur l'ancienne décharge communale (7 ha) qui a tant défrayé la chronique dans les années 1990. D’une capacité de 5 MWc, la future centrale (9.400 panneaux) alimentera en électricité 2.400 habitants.

valmyetendue
La qualité de l'ensoleillement n'est plus un problème avec la dernière génération de panneaux photovoltaïques sensibles à la lumière, assure EDF. En photo, la centrale solaire de Dijon-Valmy à la frange nord de la ville de Dijon, implantée sur l'ancienne décharge de produits inertes. © Ramsès Productions
80 MWc en construction en Bourgogne-Franche-Comté

La Région n’avait compté jusqu’à ces dernières années, qu’un site de grande taille, celui de Massangis dans l’Yonne (56 MWc) en exploitation depuis 2012. EDF est en train de réaliser 9 autres projets (auquels s'ajouteront les trois récemment autorisés cités ci-dessus. Ils totalisent une puissance installée de 80 MWc et une production d’électricité pour plus de 100.000 habitants. 
Avec une puissance de 25 MWc, la centrale de l'aéroport de Saint-Yan en Saône-etLoire deviendra la seconde plus importante de Bourgogne, "détrônant" celle de Dijon-Valmy.

Côte d’Or
 : terrain inutilisé à Lux (9 MWc), délaissé autoroutier de l’A6 au Col de Bessey  (5 MWc)
Nièvre : délaissé autoroutier de l’A77 à La Charité-sur-Loire (10 MWc), ancienne carrière de Tracy-sur-Loire (8 MWc)
Saône-et-Loire : ancien centre d'enfouissement technique de Chagny (4 MWc), aéroport de Saint-Yan (25 MWc), friche industrielle d’Eternit à Vitry-en-Charollais (7 MWc), décharge d’Epinac (3 MWc)
Yonne : délaissé autoroutier à Subligny (9 MWc)  

 

 

Terrains inexploités ou dégradés

gabionsdeux
Les panneaux sont fixés au sol dans des gabions remplis de pierres. © Traces Ecrites

 

Friches industrielles, anciennes décharges, aéroports… ces terrains inexploités ou dégradés sont le terrain de jeu d’EDF Renouvelables alors que les organisations professionnelles agricoles s’inquiètent des opportunités que des terres arables peuvent offrir. L’opérateur a d’ailleurs signé en janvier une charte avec la FNSEA et l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture pour éviter l’effet d’aubaine des uns et des autres, même si le photovoltaïque peut constituer un complément de revenu des agriculteurs.

« Il y a un équilibre à trouver entre le développement des énergies renouvelables et les autres activités , a insisté le préfet de Région Fabien Sudry en réponse à l’inquiétude exprimée par la présidente de Région Marie-Guite Dufay, face aux risques de consommation de terres agricoles.  

A Dijon, la centrale Valmy (43.000 panneaux) qui satisfaira les besoins en électricité de 8.000 habitants a reproduit l’initiative qu’avait prise son concurrent Engie sur l’ancienne décharge d’ordures ménagères de Drambon en Côte-d’Or (12 MW, 5594 panneaux, 20ha). Elle est implantée sur le centre d’enfouissement technique (CET), fermé en 2018, renfermant des déchets inertes du BTP.

 

bpbfc

 

Une localisation qui a nécessité des techniques particulières, les fondations ne pouvant, pour des raisons de sécurité, être implantées en profondeur. Les panneaux sont fixés au sol dans des gabions remplis de pierres, chacun pesant 2 tonnes. Les câbles sont fixés en surface dans des chemins de câbles.
Les chemins de voirie et les plateformes ont également été surélevées par rapport au terrain afin de préserver le système de drainage existant. Pour l’entretien de la prairie semée sur la terre végétale protectrice, il est question « d’embaucher » des moutons…       

(*) Un mégawatt-crête (MWc) ou 1 million de watts-crête, unité de mesure de la puissance délivrée par un panneau photovoltaïque à son point de puissance maximum.        

                                     

Pourquoi choisir la Côte-d'Or ?

invest

Commentez !

Combien font "6 plus 5" ?