rougeotHABITAT PARTICIPATIF. Encore embryonnaire dans l'Est, malgré une longueur d'avance en Alsace, l'habitat participatif émerge en Franche-Comté.

Un premier projet à Besançon aborde la phase concrète. L'association Habitat Participatif de la Pernotte (HPP) recrute le conducteur de travaux qui bâtira une quinzaine de logements dans le quartier des Chaprais.

 

Bénéficiant d'un cadre légal au sein de la loi Alur (pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) depuis février 2014, l'habitat participatif commence à faire des adeptes. Après l'Alsace, passée à l'acte depuis quelques années avec une quinzaine de projets réalisés ou en cours, Besançon voit naître son premier projet.

 

L'association Habitat Participatif de la Pernotte (HPP) est à l'origine de ce premier programme d'autopromotion, sur un terrain communal que la ville lui a vendu dans le quartier des Chaprais. « L'habitat participatif donne la possibilité aux futurs habitants de participer à la conception de leur propre habitat », explique Patrick Bourque, l'un des porteurs du projet (*). D'où aussi, des délais de conception relativement longs.

 

Des réunions publiques ont à ce jour mobilisé huit ménages prêts à investir dans un immeuble qui devrait compter une quinzaine de logements. Une prochaine le 24 janvier (**) espère recruter des acquéreurs supplémentaires. « Pour démarrer au plus vite le chantier en attendant d'autres futurs habitants, nous envisageons de laisser des parties nues, prêtes à aménager ».

 

Empreinte écologique

 

pernotte©atelier JGA

 

Quel intérêt offre cette forme d'autopromotion ? La démarche est d'abord citoyenne et solidaire.

La connotation bobo agace notre interlocuteur qui n'accepte pas non plus une assimilation à une vie en communauté. « La vie personnelle et intime de chaque famille sera préservée dans son espace privé », précise t-il. Le projet intègre en son sein des activités associatives comme celles du Café des Pratiques, lieu d’échanges et de culture implanté rue de Belfort qui déménagera sur les lieux.

 

La démarche se veut aussi écologique. « En exprimant leurs besoins, les futurs résidents contribuent à réduire l'empreinte énergétique de la construction : on ne bâtit que ce dont on a besoin et une notion de partage, acceptée dès l'élaboration du projet, prévoit des locaux collectifs, le plus souvent la buanderie ».

 

image001Chambres d'amis communes

 

Aux Chaprais, il est également prévu un atelier de bricolage et de jardinage qui évitera à chacun d'acquérir son propre matériel, des chambres d'amis communes ainsi qu'un jardin partagé.

 

Réalisée par l'architecte local Jérôme Guivier, l'étude de faisabilité d'une quinzaine de logements débouche sur un objectif de prix de vente à 2200 € TTC le m2.

 

Une somme proche de la promotion classique. Avec cependant, corrige Patrick Bourque, des matériaux sains qui ne sont pas forcément meilleur marché et un objectif de bâtiment à énergie positive qui devrait, espère t-il, susciter l'intérêt de l'Ademe.

 

pernottejardin
Côté jardin. ©atelier JGA.

 

Ce mois-ci, l'association lance une consultation pour recruter un assistant à maîtrise d'ouvrage, un homme de l'art qui finalisera les études techniques, le dessin architectural et conduira le chantier. Le permis de construire devrait être déposé au printemps.

 

(*) Habitat Participatif de la Pernotte, habitatparticipatifpernotte@gmail.com 06 30 10 33 85.

 

(**) 14h30 à 16h30 au Café des Pratiques, 105 B rue de Belfort à Besançon.

 

Commentez !

Combien font "5 plus 9" ?