Le numéro mondial du petit électroménager a mis au point un appareil de cuisson à la vapeur qui préserve le goût des aliments. Baptisé Steamp’Up, il a été conçu et sera fabriqué à Is-sur-Tille, en Côte-d’Or, à deux pas du berceau historique de Selongey où est née au milieu du siècle dernier la Cocotte-Minute.

Le site SEB d’Is-sur-Tille, situé en Côte-d’Or et centre de compétences mondial des produits de cuisson électrique, récidive en innovation de rupture. Après avoir créé il y a quelques années l’Actifry, plus connu sous le vocable de friteuse sans huile, il lance un nouveau produit révolutionnaire sous la marque Moulinex. Baptisé Steam’Up, cet appareil électrique entend réinventer la cuisson à la vapeur en conservant le goût des aliments.
« Car il s’agit là du défaut majeur de ce type de cuisson qui donne des mets légers, mais sans trop de saveur », explique Bruno Blancho, chef de cuisine et chargé d’études à l’atelier culinaire SEB de Selongey (*).

 

 BPBFC

 

Steam’up se présente comme un générateur de vapeur qui se pose sur différents récipients ronds, voire carrés : poêles, plats, casseroles, saladiers…, et propulse de la vapeur de haut en bas, évitant qu’elle ne tourne autour des aliments. « Son autre atout est qu’il autorise des recettes complètes en mariant les ingrédients et que l’eau récupérée peut servir idéalement à préparer les sauces », complète le cuisinier.

 

Lire sur le même sujet  les articles de Traces Écrites News : 

Pourquoi le groupe SEB se lance dans la vente à domicile et  SEB s'invente un marmiton virtuel.

 

Cinq années de recherche et développement

Treize ingénieurs et techniciens, sur la petite centaine du site d’Is-sur-Tille qui développe pas moins de 120 projets par an, ont étudié ce nouveau produit. « La recherche pure s’est étalée sur quatre années et la mise au point pas moins de 18 mois avec, en outre, l’appui d’une vingtaine de consommateurs », explique Frédéric Seurat, le responsable du développement de la cuisson électrique.
Les principales difficultés rencontrées par l’équipe projet tenaient à l’injection de la vapeur vers le bas, sachant que naturellement, elle monte. « Il nous fallait aussi favoriser la production d’un appareil léger d'environ deux kilogrammes et respecter sa conformité avec toutes normes en vigueur, ce qui n’est pas le plus évident », précise Frédéric Seurat.
Le Steam’Up bénéficie d’une première fabrication de 40.000 unités jusqu’à la fin de l’année dans l’usine d’Is-sur-Tille (250 personnes) qui produit également des fours, l’Actifry et des friteuses de factures plus classiques.

steamup
Le Steam’Up a pour particularité de faire circuler la vapeur de haut en bas. © Groupe SEB.

« Nous avons affecté à l’assemblage du Steam-Up une équipe de sept personnes sur une ligne dédiée avec un banc de contrôle », explique Sandrine Vannet, la directrice générale de la société SEB chargée de l’organisation, de la coordination et de l’optimisation des sites de Selongey, Is-sur-Tille et Lourdes, ce dernier étant spécialisé dans les préparateurs culinaires, tels des hachoirs. Nombre de pièces en plastique sont également fabriquées dans l’unité côte-d’orienne, comme le réservoir et la jupe extérieure.

 

 caissedepargnebf

 

Le groupe SEB emploie 34.000 personnes dans le monde, dont près de 6.000 en France et environ 900 en Bourgogne. Son enveloppe innovation 2018 s’est élevée à 250 millions d’€ et fédère pas moins de 1.400 ingénieurs et techniciens.
Fondée en 1857 à Selongey par un rétameur appelé Antoine Lescure, sous la forme d’une atelier de ferblanterie, la Société d’Emboutissage de Bourgogne (SEB) prit son envol à partir du milieu des années 1950 avec l’autocuiseur Super-Cocotte.
Aujourd’hui, numéro mondial du petit électroménager et coté à la bourse de Paris, le groupe affiche un chiffre d’affaires de 6,81 milliards d’€ et 419 millions de résultat net.

(*) L’autre gros site industriel de SEB en Bourgogne et berceau historique du groupe qui fabrique chaque année environ un million d’autocuiseurs ou cocottes-minute®.

fabsteamup
Une production de 40.000 exemplaires est prévue jusqu'à la fin de l'année. © Groupe SEB.

 

Mieux connaître le bassin d'emploi d'Is-sur-Tille sur le site de

invest

 

Commentez !

Combien font "9 plus 6" ?