RECYCLAGE/BOURGOGNE. La filiale en Saône-et-Loire du groupe Paprec, spécialisée dans le recyclage des plastiques ménagers non-alimentaires, compte investir jusqu’à 10 millions d’€ pour retraiter 40 000 tonnes par an.

Ce projet génèrera la création de 15 emplois supplémentaires et jusqu’à 30 à plus long terme si les capacités sont portées à 55 000 tonnes.

MPB est un site très stratégique pour sa maison-mère.

 

trieurmpb

 

Chez MPB, le projet de doubler les capacités de recyclage des plastiques ménagers n’attend plus que la réponse favorable d’Éco-Emballages, certainement cette fin septembre. La filiale du groupe Paprec, implantée à La Loyère (Saône-et-Loire), sait qu’elle a toutes les chances d’être retenue par l’organisme agréé par l’État pour organiser, superviser et accompagner le recyclage des emballages ménagers.

 

« Nous nous inscrivons parfaitement dans l’objectif du Grenelle de l’environnement de porter à 75% le taux de recyclage des plastiques qui n’est que de 22% aujourd’hui », explique Sylvia Blond, directrice de MPB. Un premier investissement de 8 à 10 millions d’€ est prévu pour porter la capacité annuelle de 25 000 à 40 000 tonnes de plastiques.

 

Contrairement à son process actuel, qui retraite en compound du polyéthylène haute densité (PEHD) et du polypropylène (PP) issus de balles de bouteilles et flacons déjà triées, pour des produits à destination du BTP, l’entreprise s’équipera d’un centre de tri et d’une aire de stockage sur 2000 m2 directement reliés à l’unité de recyclage.

 

Création d’emplois

 

« Nous pourrons travailler des emballages plus petits, comme les pots de yaourts et les barquettes de fruits et légumes, mais aussi un autre type de plastique, le polystyrène (PS) pour lequel toute une filière est à constituer », précise la dirigeante.

 

mpblaloyere

 

Opérationnel à la mi-2017, ce développement génèrera la création d’une quinzaine de nouveaux emplois et jusqu’à trente à plus long terme si la capacité intègre 15 000 tonnes supplémentaires.

 

Très en pointe dans son métier, MPB qui s’appuie sur 40 salariés pour un chiffre d’affaires de 18 millions d’€, a été rachetée début 2013 par Paprec au groupe Polieco, numéro un en Europe dans la fabrication et la vente de tubes annelés double paroi en polyéthylène haute densité.

 

exercice_illegal_boucle

 

Ce site est très stratégique pour sa nouvelle maison-mère, devenue leader national du recyclage des plastiques, et fait l’objet d’un rééquipement permanent. En témoigne, l’installation en cours d’une quatrième ligne de lavage, broyage et séchage pour un coût de 500 000 €.

 

sylviablondmpbQui est Sylvia Blond ?

 

Née à Chalon-sur-Saône, la directrice de MPB est un pur produit de la promotion interne. Titulaire d’un BTS assistante secrétaire trilingue, elle a gravi tous les échelons depuis 20 ans en occupant différents postes.

 

De l’administratif, elle est passée à la comptabilité, à la logistique, au commercial et à la gestion, pour enfin être nommée directrice du site en 2011. « Je me suis beaucoup formée en interne », précise cette femme avenante, modeste et passionnée par son métier.

 

 

 Le groupe Paprec et son P-DG en résumé.

 

Paprec emploie 4000 personnes et a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de plus de 800 millions d’€ pour 6 millions de tonnes de déchets traités et recyclés. Il connaît un taux de croissance annuel moyen de 29%.

Entreprise indépendante, Paprec est leader national du recyclage des plastiques, des piles et du papier, en seconde position pour celui des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et n°3 dans le bois, les déchets industriels, les déchets de bâtiment et de la collecte sélective.

 

paprecPaprec est également présent dans le recyclage de la ferraille, des métaux et des déchets toxiques.

Jean-Luc Petithuguenin la dirige depuis sa création il y a 20 ans. Diplômé de l’ESSEC, il a été contrôleur de gestion, directeur financier et directeur général d'une entreprise de BTP.

En 1990, il devient chargé de mission à la Générale des Eaux, puis directeur général des branches recyclage et nettoyage industriel au sein du même groupe.

Il reprend la société Paprec en 1994 et est également depuis 2000, président fondateur du groupe Helios, lleader français de la signalisation horizontale.

 

Photos fournies par le groupe Paprec.

 

Commentez !

Combien font "7 plus 6" ?