AÉROPORT. Le lancement des études d’avant-projet et, probablement, l’organisation du débat public, constitueront les étapes 2012 du dossier au long cours du raccordement ferroviaire de l’aéroport Bâle-Mulhouse.

En espérant le financement de ses 200 millions d’€.

Parallèlement, l’aéroport investit dans le fret. Sur ses fonds propres, il injecte 40 millions d’€ pour ouvrir l’an prochain une nouvelle halle fret de 18 000 m2.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

On commence à rentrer dans le vif du sujet raccordement ferroviaire. Les études d’avant-projet seront lancées au cours du second semestre. Elles viennent prolonger les études préliminaires techniques et économiques achevées l’an dernier sous maîtrise d’ouvrage de Réseau Ferré de France (1).

«Celles-ci ont confirmé de manière experte notre intuition que la meilleure variante consiste en l’implantation de la gare au contact direct de notre aérogare. C’est donc cette option qui est retenue», souligne Vincent Devauchelle, directeur adjoint de l’Euroairport.

Exit donc l’hypothèse, sujette à caution et bien plus coûteuse, d’un raccordement à 700 mètres avec tapis roulant pour assurer la liaison effective des équipements.

Le projet prévoit 7 km de ligne nouvelle depuis la gare de Saint-Louis (Haut-Rhin).

Le calendrier souhaité reste un démarrage des travaux en 2014 pour une mise en service en 2017, selon une cadence de deux ou quatre trains par heure et par sens.

Le timing va être conditionné par l’organisation ou non d’un débat public, au sens officiel de ce terme. «Avec son coût confirmé à 200 millions d’€, le projet se situe dans la fourchette 150 à 300 millions d’€ où un débat public est possible mais pas obligatoire», rappelle Vincent Devauchelle.

Juridiquement, cette situation suppose que l’Etat prenne la décision de rendre le projet éligible : sa position est attendue pour la fin du premier trimestre. Suivrait la saisine de la Commission nationale du débat public par des personnes morales.

Concrètement, on imagine mal le projet se dispenser de la procédure, quand on connaît la surveillance sous laquelle les associations – surtout les suisses – aiment à placer l’Euroairport. Et l’empressement qu’elles auront à saisir la Commission.

Financement : pas d'avancée récente

Les défenseurs du raccordement ont eux-mêmes pris les devants. Ils ont commencé par créer à l’automne 2010, l’EAP Express, association qui rassemble désormais une cinquantaine de collectivités et acteurs socio-économiques sous la présidence de Jean-Marie Bockel, le président de la communauté d’agglo de Mulhouse.

Récemment, EAP Express a organisé une première exposition sur le projet à destination du grand public.

Le débat public lui-même pourrait encore se dérouler en 2012, estime t-on à l’Euroairport.

Sur le front du financement, pas d’avancée récente. Les engagements cumulés des collectivités françaises (conseil général du Haut-Rhin), suisses (Etat fédéral et canton de Bâle-ville) et allemandes (Land de Bade-Wurtemberg) représentent un quart du montant à réunir.

Sachant que l’Etat suisse semble vouloir faire dépendre sa participation au règlement positif de la question du droit fiscal et social sur la plateforme, dossier épineux dont la France promet le déblocage dans le courant de ce trimestre.

Ces projets se poursuivent dans un contexte de trafic contrasté en 2011 : boom des passagers aboutissant au record de 5 millions, mais recul du fret de 4 %, à 103.700 tonnes.

«La baisse s’explique d’abord par la fermeture pour rénovation de la piste principale pendant trois mois. Notre confiance dans le fret n’en est pas altérée : la demande exprimée nous amène à réviser à la hausse nos investissements en sa faveur», indique Jean-Pierre Lavielle, président de l’Euroairport.

(1) réalisées par le groupement Algoé (assistance à maîtrise d’ouvrage), Adauhr (agence d’urbanisme départementale du Haut-Rhin, pour les études d’aménagement du territoire), Setec (déplacements, données socio-économiques), SMA (données ferroviaires), Systra (études techniques et environnementales) et Menscom (étude du contexte territorial).

Photos : EuroAirport.

Commentez !

Combien font "6 plus 9" ?