L'usine Essilor de Dijon produit 6 millions de verres par an.
L'usine Essilor de Dijon produit 6 millions de verres par an.
ECO)BREF.

- Inaugurée hier par Nicolas de Lambert, directeur général d'Essilor France et François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, la nouvelle ligne de production de verres de l'usine Essilor à Dijon (330 salariés, dont une soixantaine d'ingénieurs et techniciens, pour 6 millions de verres par an) sera la seule en Europe à fabriquer deux nouvelles gammes de verres à simple foyer du géant de l'optique ophtalmique. En polycarbonate, ces verres unifocaux, qui corrigent la myopie et de l'hypermétropie, seront mis sur le marché français, « ces prochains mois ».

En phase de test, l'équipement représentant un investissement de 4,2 millions d'€ est doté d’une ligne de vernissage (pour la résistance et la protection du verre) et de traitement sous vide (antireflets et anti-UV). Sa capacité de production est de 900 000 verres par an. Pas de création d'emploi à la clé.

- Les Alsaciens ont dit non, dimanche 7 avril, à la fusion des conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et du conseil régional d’Alsace qui devait être précurseur d’une réforme des collectivités locales au plan national. Dans le Bas-Rhin, le oui a recueilli 67,53 % des voix. Dans le Haut-Rhin, c’est le non qui l’emporte avec 55,74 %.

A Mulhouse, le Oui l'emporte avec 40 voix d'avance (467 blancs ou nuls). A Strasbourg, il domine largement avec 67%. A Colmar, le Non obtient les faveurs de 60% des électeurs.

Pour être validé, le projet de collectivité unique d’Alsace aurait du recueillir certes 50 % des suffrages exprimés, mais aussi au moins 25 % des inscrits, dans chacun des deux départements.
 Or, il y a eu une forte abstention : + de 60%.

- Le fabricant de parasols Vlaemynk à Mâcon (Saône-et-Loire) est placée en redressement judiciaire. Il emploie 40 personnes. En savoir plus sur Le Journal de Saône-et-Loire en cliquant ici - Laure-Hélène Mazuir.

- Le nouvel accident survenu la semaine dernière dans l'usine Aperam Alloys à Imphy (Nièvre) soulève des interrogations sur la sécurité chez le fabricant d’aciers spéciaux. Le 14 novembre 2012, deux employés d'un sous-traitant affecté à la maintenance d'un four avaient trouvé la mort. Relire l'article de Traces Ecrites News en cliquant ici.

Le 2 avril, un ouvrier d’une entreprise de sous-traitance a eu une jambe écrasée lors de la manipulation d'un lingot de près de 4 tonnes. En savoir plus sur Le Journal du Centre en cliquant ici - Ludovic Pillevesse.

- L'association Pierre de Bourgogne sort un court-métrage sur l'exploitation et la transformation de la pierre calcaire extraite des carrières de Côte-d'Or, de Saône-et-Loire et de l'Yonne. Le tournage s'est déroulé dans treize entreprises et montre les plus prestigieuses réalisations. On peut le visionner sur You Tube. Cliquer ici.

Jacques Lepage, président du holding Bourgogne Développement Industrie.
Jacques Lepage, président du holding Bourgogne Développement Industrie.

-  Bourgogne Développement Industrie (BDI), actionnaire de référence de Plasto, à Chenôve (Côte-d'Or), et de Ceisa Packaging, se renforce dans le domaine du packaging flexible, avec la reprise de Semoflex. Ce groupe est spécialisé dans la transformation et l’impression de polyéthylène à destination des marchés de l’hygiène, de la boisson et l’agroalimentaire.

Il commercialise des films, gaines, manchons et sacs imprimés depuis ses 4 sites de production, situés dans le sud, le centre et l’est de la France, ainsi qu’en Roumanie.

La société, qui réalise un chiffre d’affaires de 60 millions d'€ et emploie environ 300 personnes, devient le 3ème transformateur de polyéthylène en France et entre dans le top 15 européen.

BDI est un holding industriel créée en 2002 par Jacques Lepage et Roland de la Brosse. Il a repris et développé plusieurs entreprises industrielles actives dans les domaines des adhésifs (Plasto Technologies - 60 M€), des patchs pharmaceutiques (Laboratoire LPS - 5 M€) et du packaging (Ceisa Packaging - 60 M€), et maintenant Semoflex - 60 M€).

- Audika acquiert  centre de correction auditive Michelet à Clamecy (Nièvre). Le réseau français de centres de correction auditive (107,8 millions d'€ de chiffre d’affaires en 2012) annonce détenir une part de marché de 14% dans le secteur en France.

- 88 % des bourguignons considèrent comme essentiels la qualité et l’entretien des équipements publics. Plus de 3 bourguignons sur 5 jugent nécessaires d’investir pour l’entretien des équipements, pour l’économie et l’emploi local. Les investissements prioritaires à réaliser : les établissements de santé, les réseaux de télécommunication et la voirie. L'intégralité des résultats de ce sondage BVS commandé par la fédération régionale des travaux publics de Bourgogne, en cliquant ici. - Le club de la presse de Strasbourg vient de publier son dernier annuaire. Il répertorie plus de 760 contacts directs : journalistes, rédacteurs, attachés de presse, chefs d’agences, responsables de services communication, responsables d’organismes privés et publics et présidents d’associations, ainsi qu'un fichier de tous les médias et correspondants français et étrangers des médias en Alsace. Pour se le procurer : vmuller@club-presse-strasbourg.com - www.club-presse-strasbourg.com - La Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté annonce qu'elle préfinance le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Mis en place par le gouvernement, ce nouveau dispositif équivaut à une baisse de cotisations sociales, sous la forme d’une réduction de l’impôt à acquitter en 2014 au titre de l’exercice 2013. L’assiette est constituée par l’ensemble des rémunérations brutes soumises aux cotisations sociales, n’excédant pas 2,5 fois le SMIC.

Crédit photo : Essilor.

Commentez !

Combien font "5 plus 1" ?