BD. Chaque vendredi depuis maintenant deux mois, nous publions une planche de la BD des Winners (tome 1), éditée par la maison Bamboo que dirige près de Mâcon (Saône-et-Loire) Olivier Sulpice.

La sortie, aujourd’hui 1er mars 2012 du tome 2 nous donne l’occasion de mieux connaître Bruno Madaule, son auteur.

Un auteur complet qui fait textes et dessins en s’inspirant de l’air du temps et du sirop de la rue.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Qui êtes-vous Bruno Madaule ?

Je suis un dessinateur, scénariste et coloriste de bandes dessinées humoristiques. Après avoir publié chez Casterman, en collaboration avec deux auteurs, cinq albums des Zinzinventeurs, je travaille maintenant avec les éditions Bamboo qui sortent aujourd’hui mon second album des Winners.

J’ai bientôt 41 ans, vis à Castres (Tarn) et suis architecte de formation, tout comme mon père. J’ai exercé ce métier pendant des années en parallèle avec la BD et puis un jour, entre ces deux passions, j’ai choisi celle de raconter des histoires façon un peu gros nez. Côté caractère, je suis un ours, aussi bosser seul, à mon rythme et sans subir de hiérarchie me va comme un gant. Dernière chose : je dessine vite, mais c’est un peu atavique, toute ma famille dessine.

D’où vous vient l’inspiration pour vos losers, pardon vos winners ?

Je regarde, j’écoute et puis j’emmagasine des réflexions comme des images. Le plus difficile consiste à faire parfaitement coller les situations aux caractères de mes personnages principaux. Il faut tomber juste. Les gags ne viennent qu’ensuite et seulement après, le dessin. Parfois, je n’ai pas beaucoup à réfléchir. Une planche dans ce tome 2 montre Jim, le coach, parler à ses stagiaires à l’aide d’un verbiage anglo-saxon et s’étonner qu’ils ne comprennent rien. C’est criant de vérité, non…

Pourquoi avoir voulu caricaturer tout spécialement les professions de coach, de banquier et de responsable de communication ?

Parce que par les temps qui courent, elles sont vraiment caricaturales et je me demande parfois si la réalité ne dépasse pas mes petites histoires. Pour Christine, chef d’un service de communication qui brasse de l’air, un téléphone toujours scotché à l’oreille et n’écoute personne, ma femme qui a travaillé dans ce milieu m’a décrit beaucoup de situations que je reproduis.

Avec le tome 2, les Winners deviennent une collection, allez-vous intégrer d’autres personnages ?

Je ne le pense pas, mais des personnages en arrière-plan, comme le paysan éleveur de moutons, vont tenir régulièrement les seconds rôles.

Lire aussi notre article : Bamboo croque avec humour et humeur notre quotidien-3089

Le tome 2 des Winners et ses 44 planches est en vente dans toutes les bonnes librairies et sur les sites en ligne des libraires.

Crédit photo et illustration: Madaule

Commentez !

Combien font "9 plus 1" ?