AGROALIMENTAIRE. Après Les Terrines du Morvan, les Salaisons Sabatier ajoutent à leur carte les hamburgers du groupe charcutier sarthois Bahier.
Dédiée aux produits à marque de distributeurs des linéaires de produits frais, la ligne de fabrication rachetée en janvier est installée dans l'atelier de sa filiale Dussert,  dans la Nièvre.
Ce nouvel axe de diversification permet au groupe agroalimentaire dijonnais d'enrichir sa propre gamme commercialisée sous la marque Maistre Antoine. Un burger de boeuf Charolais va sortir dans les rayons des grandes surfaces de Bourgogne en juillet prochain.
Avec cette nouvelle acquisition, la 3ème en guère plus d'un an, les Salaisons Sabatier devraient peser 18 millions d'€ en 2012 avec 130 salariés.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

«Preuve qu'il s'agit d'un marché porteur, la grande distribution me demande de devenir son fournisseur et non l'inverse», expose Arnaud Sabatier, PDG de du groupe qui porte son nom. Activité mineure pour le groupe de charcuterie Bahier (environ 400 salariés), situé à Sceaux-sur-Huisne dans la Sarthe (Pays de Loire), qui réalise l'essentiel des 70 millions d'€ de son chiffre d'affaires dans le boudin, les rillettes et les tripes, les burgers apportent au groupe bourguignon un nouveau savoir-faire et une niche commerciale porteuse.
Le fonds de commerce acheté en début d'année, avec le matériel, les contrats des fournisseurs (Socopa pour le bœuf), les stocks ainsi que les effectifs (4 personnes qui n'ont pas souhaité migrer en Bourgogne) représente un chiffre d'affaires annuel d'un million d'€.Bahier réalisait 80 % de son activité burgers sous marque de distributeurs (MDD ) et 20 % à sa marque propre, une activité désormais arrêtée. Les Salaisons Sabatier héritent d'un volume quotidien de 2000 unités, dont Casino est le principal client.

Un burger bourguignon en juillet

Longue de 19 mètres, la ligne de fabrication est installée dans les ateliers de Dussert situés à Arleuf (Nièvre) qui fabrique principalement des jambons secs. Quatre personnes, spécialement dédiées à cette nouvelle fabrication, ont été recrutées. Une 5ème embauche est en cours.
«Nous avons été bien soutenus par le conseil régional de Bourgogne et le conseil général de la Nièvre, car il fallait faire quelques adaptations dans les locaux», relève le dirigeant.
Avec ce nouveau produit, Arnaud Sabatier veut optimiser sa marque Maistre Antoine, sous laquelle il vend ses charcuteries sur un périmètre régional. Un burger bourguignon va être commercialisé en juillet dans les grandes surfaces de Bourgogne. Socopa assurera une traçabilité pour le bœuf de race charolaise. Le  dirigeant souhaite aussi améliorer la qualité du pain.

Avec cette nouvelle acquisition, la 3ème en guère plus d'un an, les Salaisons Sabatier devraient peser 18 millions d'€ en 2012 avec 130 salariés. Le groupe familial fédère l’entreprise d'origine, Les Salaisons Dijonnaises (charcuteries diverses), Dussert à Arleuf (Nièvre) et dernier fabricant de jambon sec du Morvan, Les Terrines du Morvan (pâtés et plats cuisinés) à Onlay (Nièvre) ainsi que Jambon de Bourgogne à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), fabricant de jambon persillé.
L'entreprise, adhérente de l'association Vive la Bourgogne et chantre des produits du terroir, ne vire pas à la malbouffe. Les burgers à la sauce Yankee deviennent un met des plus goûteux que de nombreux chefs et parfois de très grands, inscrivent à leur carte en les préparant avec de très bons produits : truffes, foie gras, viandes d'exception, pain briochés, fromages AOP...
Cette tendance culinaire s'appelle le fast good food. Notre confrère Le Monde, dans l'édition de son magazine M du 28 avril dernier, l'explique avec moult exemples. Au point de citer Alain Ducasse qui envisage de lancer un food truck. Traduction : un restaurant installé dans un camion gastronomique.

Lire sur le même sujet sur Traces Ecrites News :

Sabatier ajoute les Terrines du Morvan à sa carte

Au bon vieux temps du jambon du Morvan

Commentez !

Combien font "5 plus 7" ?