ACCOMPAGNEMENT ÉCONOMIQUE. Pour la première fois en 156 comités d’engagement, le réseau Entreprendre Bourgogne a accepté la présence d’un journaliste.

Sous couvert de respecter l’anonymat du candidat à la création d’entreprise désigné ce jour-là comme lauréat, nous pouvons vous expliquer de l’intérieur le fonctionnement d’un de ces réseaux de chefs d’entreprise bénévoles qui couvrent aujourd’hui toutes les régions françaises et épaule chaque année de très nombreux créateurs ou repreneurs d’entreprise.

Comment les porteurs de projet sont-ils détectés, audités et présentés ?

En fonction de quels critères sont-ils retenus ou rejetés ?

Qu’imposent les membres adhérents en terme d’accompagnement ?

Quel est le rôle d’un parrain ?

Et enfin, quel bilan affiche Entreprendre Bourgogne depuis sa naissance en 2002 ?

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Un certain agacement gagne le 156 ième comité d’engagement du réseau Entreprendre Bourgogne (*) ce vendredi 16 décembre 2011.

Le candidat se fait attendre et la dizaine de membres présents commencent à s’impatienter. On peut les comprendre.

Tous bénévoles, comme les 102 autres adhérents de l’association bourguignonne, présidée dorénavant par Gérard Desbois, (**) dirigeant du groupe beaunois Hillebrand, et dédiée à détecter puis épauler les créateurs et repreneurs d’entreprise, ils ne ménagent ni leur temps ni leur peine en faveur de cette démarche économique citoyenne.

«Pas de panique !», clame André Renard, le directeur salarié, qui a le chic pour rétablir les situations mêmes les plus périlleuses, «on s’est mal entendu sur l’heure du rendez-vous et il sera là dans trois quarts d’heure».

Le malheur des uns faisant le…, on en profite pour dresser le bilan du réseau régional, depuis sa création en 2002.

«Nous avons accepté 139 projets sur les 155 examinés et distribué 3,23 millions d’€ de prêts d’honneur (***), auxquels s'ajoutent 64 000 € en provenance d’Inotec, notre fonds national pour un soutien spécifique à l’innovation», explique Marc Benner, président du comité d’engagement.

«Mais, il y a mieux, car au-delà de ces chiffres, nous affichons un taux de pérennité de 96% à trois ans, de 92% à cinq ans et de 88% à neuf ans, soit le premier de France. En outre, une étude de l’IFOP révèle un taux de satisfaction de 100%», ajoute t-il.

Une philanthropie très étudiée

Le candidat arrive enfin et comme tous ces prédécesseurs dispose de 20 minutes pour expliquer les tenants et aboutissants de sa future entreprise.

Auparavant, il a été reçu par André Renard et son équipe. Cette étape franchie, un instructeur l’a ensuite vu plusieurs fois. Il a du également rencontrer cinq chefs d’entreprise du réseau Entreprendre Bourgogne, plus un expert-comptable et un banquier.

«Il ne s’agit pas d’accepter n’importe quel projet, non par goût de la sélection à tout prix, mais pour ne pas envoyer au casse-pipe des femmes et des hommes qui risquent leur argent dans une nouvelle vie professionnelle, sans s’assurer d’une très forte viabilité», argumente André Renard.

C’est pourquoi, sur 90 projets reçus en moyenne chaque année de toute la Bourgogne, entre 15 et 22 seulement arrivent au comité d’engagement.

Notre candidat, qui propose des solutions informatiques d’optimisation des flux énergétiques, environnementaux et de production, peine à être clair. Il s’embarque dans des explications souvent trop techniques et manque de force de  conviction.

À sa décharge, l’exercice n’est guère facile devant un aéropage au visage fermé qui ne dit mot.

Chacun y va ensuite de sa question et parfois des plus redoutables :

- Je n'entrevois pas très bien votre valeur ajoutée.

- Je manque d’informations sur votre concurrence.

- Expliquez-nous comment vous aller recruter puis motiver vos collaborateurs.

Tous les points faibles sont abordés sans concession.

«Merci monsieur, nous allons maintenant délibérer entre nous et vous donner dans la foulée le résultat du vote, sachant que la règle qui nous anime est l’unanimité», conclut Marc Benner.

Un accompagnement obligatoire durant deux ans

Une fiche devant eux, chaque membre du comité note déjà ses impressions, puis en fait part  à tour de rôle.

Les oreilles du candidat doivent siffler.

- Je n’ai rien compris à son verbiage.

- Il ne tiendrait pas une minute devant un banquier.

- Ce dossier n’est pas abouti et le business plan me semble très léger.

- Il manque de pugnacité.

- Oui, mais son projet est technologiquement très porteur car il répond à un besoin d’avenir. Aussi s’il est soutenu commercialement, il devrait réussir.

- On pourrait lui imposer, avant de débloquer le premier chèque, de réaliser au moins la moitié des commandes annoncées.

- Dans ce cas, je suis d’accord pour l’aide de 20 000 € demandée .

- Moi aussi.

- Et moi aussi.

Reste au final un récalcitrant qui s’incline en posant une dernière condition : que le soutien commercial soit immédiat.

C’est fait, le nouveau lauréat reçoit la bonne nouvelle, mais il devra encore respecter d’autres engagements.

Voir un parrain qui lui sera affecté pour compenser ses points faibles, tous les mois pendant deux ans et intégrer un club de créateurs - il y en a cinq cette année -, tous récents lauréats comme lui, pour partager ses difficultés, se confronter à d’autres expériences, faire un point complet régulier.

«La pire des choses est la solitude que vit tous les jours un jeune chef d’entreprise, aussi nous faisons tout pour en atténuer les effets», glisse un membre du comité d’engagement qui, même aujourd’hui très entouré et à la tête d’une boîte florissante, dit la ressentir.

(*) Le réseau bourguignon s’appuie sur une équipe de 3 collaborateurs, dispose d’un budget de fonctionnement de 300 000 € et d’un fonds pour des prêts d’honneur d’environ 500 000 €.

(**) Il succède à Marcel Hélias.

(***) Prêts taux zéro octroyés sur 3,5 ans, avec un différé de remboursement de 18 mois. Chaque porteur de projet bénéficie en moyenne de 23 000 € accordés à titre personnel et versé pour moitié dès le dossier définitivement bouclé, puis six mois après.

À consulter :

http://www.reseau-entreprendre-bourgogne.fr/association/fr/s01_home/s01p01_home.php

http://www.reseau-entreprendre-franche-comte.fr/association/fr/s01_home/s01p01_home.php

http://www.reseau-entreprendre-alsace.fr/association/fr/s01_home/s01p01_home.php

Lire aussi notre article sur Hillebrand :

https://www.tracesecritesnews.fr/actualite/hillebrand-fluidifie-sa-croissance-2521 Crédit photo: Traces Écrites
1 commentaire(s) pour cet article
  1. JMPdit :

    Ancien permanent du comité d'engagement de Réseau Entreprendre, j'ai eu plaisir à lire cet article qui m'a rappelé ces excellents moments d'échange et de prises de décision, où l'enjeu est souvent celui d'un tournant de vie pour le porteur de projet. Bonne année à tous et bonne continuation à Réseau Entreprendre Bourgogne, dirigé avec beaucoup de talent par son Directeur André !

Commentez !

Combien font "2 plus 9" ?