Un échantillon des 18 000 références du catalogue d'hydroscand.
Un échantillon des 18 000 références du catalogue d'hydroscand.

CONNECTIQUE. La troisième implantation du spécialiste suédois de la connectique des fluides dans la capitale bourguignonne en annonce d’autres.

Une quinzaine d’ouvertures sont prévues pour mailler le territoire national, sans compter la mise en place d’un réseau de revendeurs, notamment en Alsace et en Franche-Comté.

Portrait d’une entreprise où la convivialité le dispute au plaisir de travailler en équipe.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Il y avait beaucoup de monde ce vendredi 17 janvier à l’inauguration du site dijonnais d’assemblage et de vente de flexibles hydrauliques et industriels d’Hydroscand France, filiale d’un groupe suédois éponyme.

Cette troisième implantation après Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), le siège social, et Le Havre (Seine-Maritime, Haute-Normandie) marque le lancement d’un maillage territorial, avec en projet l’ouverture d’une quinzaine d’unités à terme et la recherche de partenaires, notamment en Alsace et en Franche-Comté.

« Nous voulons jouer comme carte maîtresse la proximité avec nos clients industriels car nous proposons des produits sur-mesure, en caoutchouc, thermoplastiques, métalliques ou encore en composite et assurons tout le SAV », explique Didier Meurou, le directeur France.

Assemblage d'un flexible dans les nouveaux ateliers dijonnais.
Assemblage d'un flexible dans les nouveaux ateliers dijonnais.

Une présence dans 17 pays

Le dirigeant qui peut fournir jusqu’à 18 000 références répond aussi bien au besoin des concepteurs de biens d’équipement en flexibles hydrauliques à haute pression, transférant de l’huile, qu’à celui des autres industriels en raccords et tuyaux souples, pour véhiculer air, gaz ou eau à basse pression (moins de 150 bars).

Créée en 2010 à Chalon-sur-Saône, la filiale française, qui a déjà investi 2 millions d'€ dans ses développements, réalise 3,3 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie près de 25 personnes. Elle vise cette année les 4 millions d’€ d’activité et une dizaine d’ici à cinq ans.

Le site chalonnais, situé en zone nord et spécialisé dans l’hydraulique auprès de grands comptes comme Terex ou encore Areva, s’étend sur 3 500 m2 et sert de plate-forme logistique.

Sa maison mère suédoise (220 millions d’€ de chiffre d’affaires, 940 salariés), présente dans 17 pays avec 160 implantations, a été fondée il y a quarante ans par Björn Holmström et son épouse.

Didier Meurou, à droite, et Björn Holmström, le fondateur d'Hydroscand.
Didier Meurou, à droite, et Björn Holmström, le fondateur d'Hydroscand.

Qui est Didier Meurou ?

Né dans les flexibles avec un papa qui possédait une entreprise similaire, Didier Meurou n’en a pourtant pas fait tout de suite son métier. Titulaire d’un BTS commerce, cet homme de 42 ans, s’est déjà passionné pour l’informatique en collaborant comme développeur et gestionnaire de projets dans différentes SSII.

Le groupe qui avait racheté l’affaire son père le débauche en 2007 pour lui confier la direction commerciale.

Sa liquidation fin 2009 le conduit à contacter Hydroscand. Trois jours après, Björn Holmström vient le rencontrer et lui propose de monter sa filiale française qu’il pilote depuis avec un management très « famille professionnelle ».

Ce citoyen suédois, qui a dépassé les 75 ans, affiche une forme olympique. Avec sa femme Kaisa-Lena, il parcourt le monde à la rencontre de ses équipes et vient de boucler en deux semaines un périple en Angleterre, Turquie, Autriche et France.

Fin mars, il recevra au nord de la Suède, dans une ville au nom imprononçable, tous ses directeurs pour un séminaire de travail. La succession semble d’ores et déjà assurée avec ses trois fils qui travaillent dans l’entreprise.

Crédit photo : Traces Ecrites

Commentez !

Combien font "3 plus 4" ?