Le Challenger 3160, grue mobile d'une capacité de 55 tonnes.
Le Challenger 3160, grue mobile d'une capacité de 55 tonnes.

LEVAGE. L’Américain Terex, troisième fabricant de grues, fait de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) son centre mondial des engins de moins de 100 tonnes.

Il présente ce vendredi 17 janvier un engin tout terrain très innovant, premier d’une gamme de quatre modèles, qui se pilote avec un seul opérateur.

Imaginé dans un premier temps en Allemagne, il a été complètement repensé par les 25 ingénieurs et techniciens de l’unité bourguignonne pour y être fabriqué sur place.

Présentation.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Par les temps qui courent, qu’un groupe américain délocalise d’Allemagne en France toute une partie de sa conception et production, l’affaire n’est ni banale ni courante et mérite quelques explications.

Car c’est ce que vient de faire le groupe Terex (7,5 milliards de $ de chiffre d’affaires, près de 20 000 personnes), troisième fabricant mondial de grues, qui crée à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) son centre d’excellence des engins de moins de 100 tonnes.

Pour sacraliser l’événement, l’unité bourguignonne (300 salariés) présente aujourd’hui son dernier-né : un engin mobile tout terrain d’une capacité de 55 tonnes, baptisé Challenger 3160.

Très innovant, il a pour caractéristique unique dans sa catégorie de se piloter avec un seul opérateur. Autre avantage et non des moindres, sa flèche télescopique atteint les 50 mètres.

Cette grue mobile de type « taxi » se conforme par ailleurs à la norme de charge à l’essieu de 12 tonnes maximum pour tous ses déplacements routiers et peut même, en cas de limitation plus sévère, décharger toute seule ses contrepoids.

En résumé, du bel œuvre et de la belle ouvrage mis au point par les 25 ingénieurs et techniciens du bureau d’études de Montceau-les-Mines.

Ligne de production des grues de moins de 100 tonnes à Montceau-les-Mines.
Ligne de production des grues de moins de 100 tonnes à Montceau-les-Mines.

5 millions d’€ d’investissement

Imaginée au départ en Allemagne - l’une des trois implantations de Terex en Europe qui exploite aussi un site en Italie -, cette machine de levage très polyvalente coûtait trop cher.

« Nous avons tout repensé à Montceau pour entrer dans les prix du marché (*) », indique François Truffier, vice-président mondial du marketing et de la stratégie pour la division grues (cranes en anglais).

Ce savoir-faire proprement français donnera à terme une gamme de quatre modèles d’ici à 2015. Pour assurer l’ensemble des fabrications sur place, Terex investit 5 millions d’€, dont 2 millions dans une nouvelle ligne de peinture.

L’enjeu est d’importance car le marché des grues de cette catégorie est actuellement stable, contrairement à celles de 150 à 220 tonnes en forte croissance et produites en Allemagne.

« Grâce à sa maniabilité, son adaptabilité à de nombreux travaux et son respect des normes, le Challenger peut ouvrir de nouveaux horizons commerciaux, même si nous ne gagnons en parts de marché que sur la concurrence », souligne François Truffier.

Il suffira de convaincre la clientèle internationale des levageurs qui louent machines et grutiers principalement aux entreprises du bâtiment avec un objectif affiché de plusieurs centaines d’unités par an.

Et comme signe prometteur, la grue présentée aujourd’hui a déjà été vendue et prendra la direction de l’Angleterre dans le courant du trimestre.

(*) L’unité est commercialisée au prix de 500 000 €.

François Truffier, vice-président de Terex (cranes) pour le marketing et la stratégie.
François Truffier, vice-président de Terex (cranes) pour le marketing et la stratégie.

Qui est François Truffier ?

A 47 ans, François Truffier possède un beau parcours professionnel.

Cet ingénieur Arts et Métiers, titulaire d’un master of business administration (MBI), a fait ses premières rames chez General Electric dans les moteurs d’avions.

Tout d’abord à Paris, puis à Cincinnati, dans l’Etat de l’Ohio aux Etats-Unis.

John Deere, fabricant de matériel agricole, le recrute ensuite pour s’occuper des études et des achats, mais aussi prendre en main pendant près de trois années l’unité de Gray (Haute-Saône).

Oliver Kuepper, directeur du site de Montceau-les-Mines.
Oliver Kuepper, directeur du site de Montceau-les-Mines.

Terex (Cranes) l’embauche ensuite comme directeur général France où il dirige notamment le site de Montceau-les-Mines avant de le nommer vice-président mondial en charge du marketing et de la stratégie.

Son successeur en Bourgogne est allemand en la personne d’Oliver Kuepper.

Crédit photos : Terex

1 commentaire(s) pour cet article
  1. Xavier CHARVETdit :

    Remarquable et Bourguignon Félicitations Xavier CHARVET

Commentez !

Combien font "9 plus 2" ?