BTP/BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ. Loin de l’image d’Épinal, immuable, du bâtiment et des travaux publics avec marteaux-piqueurs, truelles et échaffaudages, la filière innove. Industriels et entreprises de travaux démontraient, au Carrefour des maires les 11 et 12 octobre à Besançon, leur capacité à moderniser leurs pratiques, souvent pour une meilleure prise en compte de l'environnement.
Quelques exemples puisés lors des “ pitchs » organisés par le cluster Éco Chantiers et l’Agence Économique Régionale (AER).

• JPS Granulats réduit l’empreinte carbone du ciment

jpsgranulats
L'usine de micronisation de JPS Granulats qui réduit en poudre les granulats de pierre calcaire. © JPS Granulats.


Exploitant de carrières de roches massives à Villers la Faye (Côte-d’Or), tout près de la fameuse pierre de Comblanchien, JPS Granulats qui s’est diversifié il y a une dizaine d’années dans le béton prêt à l’emploi, vient d’obtenir la certification NF-Liants Hydrauliques pour une formule de ciment plus respectueuse de l’environnement. La fabrication du clinker (matière de base du béton) est très énergivore car il s’obtient par calcination à plus de 1000 degrés d’un mélange de calcaire et d’argile.

Pour réduire la part de cette matière première artificielle dans le ciment (80% au lieu des 95% habituels), l’entreprise familiale incorpore un carbonate de calcium issu des granulats concassés de ses carrières et qu’elle fabrique elle-même dans une usine de micronisation. Résultat, le process de fabrication émet moins de 90 grammes de CO2 par tonne.

La prochaine étape sera l’ajout de laitiers de fonderie de haut fourneau qui devrait réduire la part du clinker à la moitié, et par conséquent l’impact environnemental de l’industrie cimentière, explique le duo de jeunes femmes qui travaille sur ce ciment plus écologique : Emilie Jacotot, responsable du laboratoire de JPS Granulats et Ana Paula Laborier, responsable qualité. 

 

Banniere-640x90-BTD-SYSTEMS

 

 

clotureenvironnement
Jean-Charles Cuenot, directeur de FCE. © Traces Écrites.

• France Clôture Environnement ensemence les terrains caillouteux


« Ne vous attendez pas à un green de golf », avertit Jean-Charles Cuenot, directeur général de France Clôture Environnement (FCE), entreprise bien connue à Levier, dans le haut-Doubs, pour ses travaux de paysage et de clôturage le long des autoroutes – et dernièrement le Parlement Européen à Strasbourg.

L’ensemencement que cet ingénieur de l’ESITC (École supérieure d'ingénieurs des travaux de la construction) a mis au point, est composé d’un mulch (des fibres végétales, de bois et herbes à pousse lente) mêlé à de l’eau, un fixateur et un activateur de germination. Il se pulvérise sous pression sur des terrains minéraux, sans couche de terre végétale.

« C’est une solution pour verdir des espaces sur lesquels on appliquait des produits phytosanitaires : chemins, allées de cimetière, parkings et sites industriels », explique le responsable de cette PME de 80 salariés qui réalise un chiffre d’affaires d’environ 10 millions d’€. 

 

 

 

banquepopmars

 

 

sevenans
Recyclage des matériaux : sur l’échangeur de l’A36 à Sévenans, dans le Pays de Montbéliard, les remblais ont été réalisés avec un granulat de verre cellulaire fabriqué à partir de 98 % de bouteilles de verre usagées et de 2 % d’activateur minéral. Le terrassement sur une longueur de 120 mètres et une hauteur de 4 mètres, est constitué de plusieurs couches de 40 cm recouvertes chacune d’une membrane géotextile. Les entreprises Vinci, Eurovia et Climent TP ont mis en oeuvre ce procédé de l’entreprise Misapor. © Vinci.

 

• Sopreco encourage l’utilisation de matériaux alternatifs sur les chantiers


Spécialiste de la détection et du géoréférencement des réseaux, l’entreprise de Morteau (Doubs), a travaillé avec le cluster Éco chantiers (qui réunit des entreprises de Franche-Comté sur ) sur un guide de réutilisation des mâchefers d’incinération en technique routière. Il répertorie par zone géographique les sources d’approvisionnement, les caractéristiques techniques des matériaux recyclés et les contraintes environnementales.

L’aboutissement est un Système d’Information Géographique (SIG) d’aide à la décision sous forme d’une application numérique baptisée GEOMIDND. La cartographie éclaire les maîtres d’ouvrage et les entreprises du BTP sur la possibilité d’utiliser ou non des matériaux recyclés selon la localisation de leurs chantiers. 

 

 

Kremernouvellepub

 


• Eurochanvre, BCB Tradical et Geochanvre : des solutions chanvre


Avec 2.000 hectares en Franche-Comté et en Champagne, la filiale de la coopérative céréalière Interval, basée à Arc-lès-Gray (Haute-Saône) est l’un des plus gros producteurs de chanvre industriel. En plus de la cultiver, il transforme la plante en paillage et litière pour animaux, en « compound » pour la plasturgie – APM à Dijon, filiale d’Eurochanvre avec Faurecia, l’incorpore dans les tableaux de bord des voitures –,  et en raison de la forte teneur de cellulose, en un isolant thermique et acoustique pour la construction. Les « paillettes » obtenues par broyage de la chévenotte (tige du chanvre) sont mélangées à un liant pour faire des mortiers et des enduits.


« La Franche-Comté dispose de toute la filière du chanvre, mais c’est l’une des régions où l’on construit le moins de maisons en chanvre », regrette Gilles Chanet, directeur industriel d’Eurochanvre. Il est l’un des membres fondateurs de l’association Construire en chanvre, bien décidée à faire bouger les lignes.


Le pari consiste davantage à convaincre maîtres d’ouvrage et maîtres d’oeuvre que de trouver des solutions techniques disponibles localement.

BCB Radical, le site bisontin du groupe Lloist, fabrique du béton de chanvre avec de la chaux aérienne (poudre de pierres calcaires portées à haute température), mélangée avec de la chévenotte. Grâce à ce  matériau, des panneaux de façades en ossature bois sont fabriqués dans une autre usine du groupe.

Quant à Géochanvre dans l’Yonne, elle développe des géotextiles et des toiles de paillage en fibres de chanvre (ou de lin) selon un procédé breveté d’hydroliage. La projection d’eau sous haute pression de la fibre végétale permet de fabriquer une toile sans aucun adjuvant. Plus durable dans le temps que le paillage en chanvre, cette solution également déclinée avec du lin, s’adresse aux aménagements extérieurs.

 

conduitedengins
La réalité virtuelle est entrée dans les formations à la conduite d'engins de l'Écopôle de Besançon, qui réunit les cursus d'apprentissage des métiers des travaux publics. © Traces Écrites.

 


Une filière qui embauche mais craint l'envol des prix du gazole



Alors que la profession des travaux publics embauche à nouveau non sans difficultés de recrutement d’ailleurs, dans les allées du Carrefour des maires, le discours des entrepreneurs portait surtout sur le projet du gouvernement de supprimer, dans la loi de finances 2019, le taux réduit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) sur le gazole non routier, mélange d’hydrocarbures tracé et coloré en rouge afin de s’assurer que son usage est restreint à des applications industrielles, aux Travaux Publics et agricoles pour lesquelles l’Union européenne a dans sa directive de 2003 reconnu la pertinence d’une réduction fiscale. 

« Cette augmentation brutale de 50 centimes le litre qui suit une augmentation de 40% ces 3 dernières années, aura un impact sur les marges d’exploitation des entreprises de l'ordre de 40% à 60% dans une filière qui se caractérise déjà par un faible taux de marge net de l’ordre de 2% du chiffre d’affaires », confiait Vincent Martin, président de la Fédération régionale des Travaux Publics (FRTP) de Bourgogne-Franche-Comté, co-organisateur du salon avec le cluster Éco Chantiers.

« Faudra t-il relever le prix des travaux pour absorber cette charge supplémentaire ? »

« Et comme le budget des collectivités locales, premier donneur d’ordre des travaux publics, n’est pas extensible, bien au contraire, elles vont réduire le volume de leurs travaux ; avec des conséquences sur la santé des entreprises mais aussi le niveau de qualité des équipements publics et les embauches qui ont repris ».

C'est la raison pour laquelle la FRTP invite toutes les entreprises de travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté, mais aussi les entreprises du Bâtiment relevant de la FFB et de la CAPEB, et des carrières et matériaux relevant de l’UNICEM, à manifester leur mécontentement lors d'une opération escargot, le 23 octobre 2018 de 7h à 13h sur le rond-point d’École Valentin à Besançon et sur la RCEA à la hauteur du rond-point de Cortelin, près de Chalon-sur-Saône.
Ce projet arrive au moment où le secteur embauche à nouveau, sur l'éllan d'une reprise des marchés publics fin 2017, début 2018, et un redémarrage dans le privé. La filière qui emploie 11.000 personnes en Bourgogne-Franche-Comté (110 entreprises) a répertorié 800 postes à pourvoir, à tous les niveaux de responsabilité et dans tous les métiers des travaux publics : routes, canalisations, génie civil, terrassiers et électriciens avec notamment un programme soutenu de travaux pour la fibre optique.

Commentez !

Combien font "10 plus 7" ?