Ce week-end des 25 et 26 septembre, le chantier de la gare TGV de Besançon-Franche-Comté se dévoile au public. Celui de la gare de Belfort-Montbéliard l'a précédé samedi dernier.

Réseau Ferré de France, maître d'ouvrage de la ligne à grande vitesse et la SNCF, constructeur de la gare, y ajoutent un événement festif  intitulé "24h sur la ligne".

Le public découvrira à pied, en marchant (marche aux flambeaux) ou en courant (course à pied), la liaison ferroviaire entre la gare de Besançon-Viotte et la future gare TGV. En cours de rénovation, cette ligne de 12 km conduira les voyageurs du TGV Rhin-Rhône jusqu'au centre-ville de Besançon.

Programme détaillé du week-end et les modalités d’accès à la ligne : www.24hsurlaligne.com

Performances écologiques

Construite au pied de la colline boisée d'Auxon-Dessus, la future gare sera au stade du clos et couverte à Noël. On peut déjà facilement imaginer son apparence finale d'autant que les rampes d'accès aux quais sont terminées.

À demi-enterré, le bâtiment dessiné par l'architecte Jean-Marie Duthilleul fait allusion aux remparts de Vauban.

Mais ce sont surtout ses performances écologiques qui devraient rester dans les annales. Le bâtiment devrait consommer très peu d'énergie.

Un puits canadien déployé sur 1 800 mètres sous le parking rafraîchit le bâtiment des voyageurs en été et son préchauffage en hiver.

Une chaufferie aux granulés de bois optimise la température souhaitée en hiver.

L'énergie solaire est utilisée à la fois pour produire de l'électricité et chauffer l'eau sanitaire.

D'un coût de 15 millions d'euros, l'équipement sera livré à quelques jours près, dans un an.

Crédit photos : SNCF, Lab Services.

Commentez !

Combien font "9 plus 4" ?